par Joest Jonathan Ouaknine

Geely cherche un partenaire

Un salon automobile o l'on ne parle pas de constructeurs Chinois, ce serait comme un numro d'Auto-Hebdo o ils diraient du mal de Renault F1: a n'existe pas. Au salon de Tokyo, Li Shufu (PDG et fondateur de Geely) fait parler de lui. Car il a dclar que Geely cherchait un partenaire.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Un salon automobile o l'on ne parle pas de constructeurs Chinois, ce serait comme un numro d'Auto-Hebdo o ils diraient du mal de Renault F1: a n'existe pas. Au salon de Tokyo, Li Shufu (PDG et fondateur de Geely) fait parler de lui. Car il a dclar que Geely cherchait un partenaire.

Au dbut, Geely tait la success story de l'automobile Chinoise. Issu de la fabrication de rfrigrateurs, de matriel de dcoration et de motos, Geely ( prononcer "djili") se lance dans l'automobile en 1996. Il est alors la seule entreprise prive. Les premires Geely sortent en 1998: la Merry (calque sur la Daihatsu Charade, mais calandrefaon Mercedes Classe C; disponible en 4 ou 5 portes) etla Beauty Leopard (inspire par la Hyundai Coup, mais en moche.) Et en 2003, Geely fonde Shanghai "Shanghai Mapple leaf Automobile" (SMA), qui fabrique des clones de ZX. Les Geely se vendent bien: elles cotent entre 30 000 et 40 000 yuans (3000-4000) et l'poque l'offre Chinoise est largement dficitaire par rapport la demande en automobiles du pays.

En 2005-2006, Geely tente sa chance en occident. Il dcouvre d'une part que les constructeurs font tout pour savonner la planche de leurs confrres Chinois (bonjour les stands dans les coins reculs des salons) et que pour y vendre des voitures, il doit largement progress en terme de qualit de fabrication, de scurit et de respect de la proprit intellectuelle. L'export en occident est donc remis plus tard.

Pendant ce temps, les autres constructeurs se sont organiss. La demande progresse toujours, mais l'offre la rattrape. Les Chinois deviennent plus exigeant et ils reprochent aux Geely leur pitre qualit de fabrication. Du coup, les ventes plafonnent. Le constructeur effectue des "mises jour", mais il manque de savoir-faire. La plupart des constructeurs Chinois possdent des joint-venture avec un constructeur tranger. Les trangers n'ont pas le choix: les importations sont surtaxes 25% et il leur est impossible de possder 100% d'une socit locale. Le partenaire Chinois en profite pour former ses propres ingnieurs et acqurir des comptences. Or, lorsqu'un constructeur tranger cherche un partenaire, Pekin le "conseille" de travailler avec une entreprise tatise (Dongfeng, FAW, SAIC...) ou dfaut d'une entreprise publique appartenant une province (Brilliance, ChangAn, NAC...)

Jusqu'ici, Geely n'a dcroch que les boites 6 vitesses d'Antonov et les taxis Anglais de Manganese Bronze. D'o la recherche d'un vrai constructeur, avec un modle pouvant se fabriquer en masse. Problme: presque tous les constructeurs occidentaux ont dj mont des joint-ventures et Geely n'a pas la rputation de bien travailler...

Alors, qui voudra de lui?

Pour résumer

Un salon automobile o l'on ne parle pas de constructeurs Chinois, ce serait comme un numro d'Auto-Hebdo o ils diraient du mal de Renault F1: a n'existe pas. Au salon de Tokyo, Li Shufu (PDG et fondateur de Geely) fait parler de lui. Car il a dclar que Geely cherchait un partenaire.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.