par Frederic Papkoff

Histoire des Muscle Cars : AMC Rebel "The Machine"

Avec la Pontiac GTO ou la Plymouth Road Runner. C'est à un dérivé de la Rebel que sera dévolue cette tâche, avec une appellation digne d'un film de série Z : The Machine…

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Avec la Javelin et l'AMX, AMC améliore son image en matière de véhicules performants, mais n'est pas présent dans le segment des plus gros véhicules, les véritables Muscle Cars, comme la Pontiac GTO ou la Plymouth Road Runner. C'est à un dérivé de la Rebel que sera dévolue cette tâche, avec une appellation digne d'un film de série Z : The Machine…

AMC s'était déjà frotté en 1969 à ce marché avec la S/C Rambler, version plus performante de la Rambler, mais va plus loin en 1970 avec la Rebel, qui devient The Machine, conçue en collaboration avec Hurst. Elle est  dévoilée à la presse le 16 octobre 1969, mais effectue ses débuts publics le 25 octobre à l'occasion de la finale  du championnat du monde de course de dragster organisé par la National Hot Rod Association, à Dallas. Le dragster sera l'un des points clés du marketing de cette Machine, et le constructeur voulait que les 1000 premiers exemplaires soient exclusivement proposés en blanc avec bandes bleues et rouges. En réalité, seuls les 300 premiers seront dotés de cette décoration, le catalogue s'est ensuite enrichi de teintes plus classiques, mais avec le capot peint en noir.

Le style allongé du coupé Rebel avec son imposant montant C et son porte à faux arrière interminable est également enrichi d'une entrée d'air sur le capot, non factice. Le compte-tour est également implanté sur le capot. A bord, 6 occupants peuvent prendre place sur les deux banquettes, et seul un logo sur la planche de bord rappelle que l'on est à bord d'un véhicule doté de performances bien différentes de celles d'une sage berline.

Sous le capot, AMC installe son plus puissant moteur, un V8 6.4 développant 340 ch et surtout un couple de 583 Nm. Le châssis adopte la suspension qualifiée de Heavy Duty, et AMC lui donne une allure plus agressive en relevant l'arrière avec l'installation des amortisseurs plus fermes de la version break de la Rebel. Un choix qui fera long feu puisque la plupart des propriétaires, insatisfaits du comportement du véhicule, changeront ces amortisseurs au profit de ceux, plus conventionnels, des coupé et berline. La transmission est une boîte manuelle 4 rapports Borg Warner T10.

2.326 exemplaires seront assemblés avant sa disparition à la fin de l'année 1970.

Photos : CarType et MoparMuscle

Lire aussi :

- Histoire des Muscle Cars : Introduction

- Histoire des Muscle Cars : AMC AMX

- Histoire des Muscle Cars : AMC Javelin

- Histoire des Muscle Cars : Buick Skylark GranSport

- Histoire des Muscle Cars : Buick GS

- Histoire des Muscle Cars : Quelques autres Buick GranSport

Pour résumer

Avec la Pontiac GTO ou la Plymouth Road Runner. C'est à un dérivé de la Rebel que sera dévolue cette tâche, avec une appellation digne d'un film de série Z : The Machine…

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.