Accueil Constructeurs Histoire des Muscle Cars : AMC Javelin

Histoire des Muscle Cars : AMC Javelin

274
0
PARTAGER

Également issue d’un concept du programme AMX Project, la Javelin est lors de son lancement en 1968 une concurrente des Ford Mustang ou Chevrolet Camaro. Cousine de l’AMX, elle n’est pas une pure Muscle Car, mais ses motorisations comme sa large participation aux compétitions TransAm lui permettent de prétendre à ce titre, tout comme ses rivales directes d’ailleurs. Son style réussi en fait rapidement un succès pour AMC, et elle sera également assemblée en Europe…

Raccourcie, l’AMX ne propose que deux places, mais avec ses 4m80, la Javelin accueille 4 passagers. Plus grande et plus habitable que ses concurrentes directes, sont style séduit la presse par sa simplicité et son allure racée, avec son grand capot, son profil fastback épuré. Ce qui lui permet de rapidement prendre une bonne place dans le segment, et les ventes de 1968 témoigneront de ce succès avec plus de 56.000 exemplaires diffusés, puis un peu plus de 40.000 sur le modèle 1969 très peu modifié.

La gamme débute calmement avec un 6 cylindres en ligne de 3.8 (232 cid) et 145 ch ou 10 de plus avec un double carburateur. Viennent ensuite une série de V8. Le plus petit affiche 4.8l (290 cid) et 225 ch, il est suivi du 5.6 (343 cid) et 235 ch, qui grimpe à 280 ch avec ses 4 carbus. Au milieu de l’année, la Javelin hérite du V8 6.4 (390 cid) de 315 ch de l’AMX.

C’est avec la Javelin qu’AMC participera aux compétitions TransAm. En 1968, la Javelin atteint la troisième place, mais le constructeur sera le seul à avoir terminé toutes les courses de la saison.

En 1970, La Javelin évolue avec un nouveau visage, des moteurs, une suspension révisée, et à l’intérieur un changement de planche de bord et de sièges. Le 6 cylindres n’évolue guère, et le V8 4.8 cède sa place à un bloc 5 litres (304 cid) de puissance identique. Le 5.6 passe à 5.9 et gagne 10 ch en version double carbu, et 5 dans la version la plus puissante (285 ch). Le 6.4 gagne lui aussi 10 ch dans l’affaire sans changer de cylindrée. Les versions à 4 carbus sont livrées avec le « Go package » qui se reconnaît à ses entrées d’air « Ram Air » sur le capot.

Une édition limitée est également proposée pour profiter des succès en compétition, avec le lancement de la Javelin Mark Donohue SST, qui adopte le moteur 5.9 avec boîte auto à 4 rapports, le « Go Package » avec « Ram Air ». Une version « Trans Am » fut également produite, à seulement 100 exemplaires, avec des parties avant et arrière dérivées des modèles de compétition, tout comme la robe arborant les couleurs rouge, argent et blanc.

Cette Javelin fut également produite sous licence en Australie, au Mexique et aussi en Europe par Karmann dans son usine d’Osnabrück. Le petit constructeur allemand produira 280 exemplaires de 1968 à 1970.

La seconde génération arrive en 1971, avec un nouveau design qui sera moins apprécié. Plus longue et plus large, elle est aussi plus lourde. Sa gamme de moteurs reprend le 6 cylindres avec désormais 135 ch, puis une version 4.2l de ce moteur, avec 150 ch. Viennent ensuite les V8, avec le 5.0 dont la puissance tombe à 210 ch, tandis que le 5.9 ne change pas et reste disponible en versions 245 ou 285 ch. En haut de gamme, le nouveau 6.6 développe 335 ch.

Comme l’AMX à deux places disparaît lors du renouvellement de la gamme, la Javelin reprend à son compte l’appellation. Pour séduire le client, la Javelin AMX revendique une plus grande proximité avec les modèles de course. Le kit performance Go Package comprend un moteur de 360 ou 401 cid (5.9 ou 6.6) avec 4 carbus, une instrumentation spécifique, un freinage plus performant, un différentiel à glissement limité et un ensemble suspension / pneumatiques plus adapté aux performances de l’engin.

La Javelin évoluera légèrement en 1972 avec une nouvelle grille ou de nouveaux sièges, et achèvera sa carrière à la fin de l’année 1974 en pleine crise pétrolière en cédant sa place dans l’usine à la plus compacte AMC Pacer. Néanmoins, 1974 sera la meilleure année de ventes pour la seconde génération qui s’écoulera à 27.696 exemplaires.

C’est cette seconde génération qui va marquer la véritable réussite de la Javelin en compétition, en remportant la compétition Trans Am en 1971, 1972 et 1975 avec l’équipe Pesnke Racing / Mark Donohue.

Petite originalité de la Javelin en 1972, elle propose en option un intérieur signé Pierre Cardin. Le célèbre couturier appose ici sa griffe sous forme de six bandes rouge, blanc et argent qui ornent le fond noir des sièges, des habillages de portes ou du ciel de pavillon.

1968_Javelin_011968_Javelin_021968_Javelin_041969_Javelin_SST_021970_Javelin_021970_Javelin-SST_Marc-Donohue_011971_Javelin_AMX_021971_Javelin_AMX_051972_Javelin_SST_011973_Javelin_AMX_01

Lire aussi :
Histoire des Muscle Cars : Introduction
Histoire des Muscle Cars : AMC AMX
Histoire des Muscle Cars : AMC Rebel The Machine
Histoire des Muscle Cars : Buick Skylark GranSport
Histoire des Muscle Cars : Buick GS
Histoire des Muscle Cars : Quelques autres Buick GranSport

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz