par Joest Jonathan Ouaknine

A vendre: usine Chinoise d'automobiles pour 30 000€

Coup de balais chez le Chinois FAW: il compte se séparer de sa filiale Huali Tianjin, longtemps déficitaire. Vous êtes Chinois et vous possédez 300 000 yuans (soit 30 000€)? Huali Tianjin est à vous!

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Coup de balais chez le Chinois FAW: il compte se séparer de sa filiale Huali Tianjin, longtemps déficitaire. Vous êtes Chinois et vous possédez 300 000 yuans (soit 30 000€)? Huali Tianjin est à vous!

Tianjin est né en 1986 pour assembler des minivans Daihatsu. Plus tard, la firme fabriqua des Daihatsu Charade et des SUV Move. Les affaires étaient bonnes et Tianjin créa une deuxième société, Xiali, rien que pour produire les Charade. FAW absorba le tout en 2002.

Comme de nombreux constructeurs de deuxième zone, Tianjin n'a pas su passer la deuxième et les ventes stagnèrent. Ironie du sort: le Terios fabriqué par Tianjin est un flop, alors que son clone signé Zotye est un best-seller! La production se serait interrompue en 2006. Mais le Xinfu (photo du haut) figure toujours sur le site internet de la marque.

Pourquoi s'offrir un constructeur aux capacités de production obsolètes? D'une part, un constructeur comme Chery, qui multiplie les annonces de partenariats, a forcément besoin de sites.

Par ailleurs, il faut savoir qu'il existe de fait un numerus clausus en Chine sur les voitures particulières (hors monospaces et les SUV.) Pour en produire, il faut une licence.

Pékin n'en délivre quasiment plus, afin d'éviter de fragiliser les acteurs actuels. Great Wall en a obtenu une en agitant un accord d'exportation en Italie. Landwind profite de ses liens capitalistiques avec ChangAn. D'autres, comme ChangFeng, n'ont pas convaincu Pékin et ils rongent leur frein. Un moyen facile d'obtenir une licence est de racheter une marque. Ainsi, Youngman a ainsi pu construire des automobiles après s'être offert Yun Que. Yun Que avait brièvement construit des Subaru Justy, au moment du rachat, il était déjà en faillite depuis longtemps et Yougman n'a pas repris grand chose de Yun Que. Mais il a obtenu un feu vert des autorités. Ce qui prouve de l'hypocrisie du système. En s'offrant Huali Tianjin, ChangFeng (ou un autre) pourrait donc produire ensuite des voitures.

Pour autant, FAW a posé des conditions. L'acheteur doit être 100% Chinois (ce qui exclu les joint-ventures; désolé Renault), il doit disposer d'un capital de 1,6 milliards de yuans et être capable de porter la production du site à 150 000 unités (ce qui est énorme à l'échelle Chinoise.)

Source:

China Car Forums

A lire également:

Mensonge, salade ou vérité? Le V12 FAW

Pour résumer

Coup de balais chez le Chinois FAW: il compte se séparer de sa filiale Huali Tianjin, longtemps déficitaire. Vous êtes Chinois et vous possédez 300 000 yuans (soit 30 000€)? Huali Tianjin est à vous!

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.