Accueil Smart Cession du site Smart à Ineos : l’Etat veut des emplois pérennes

Cession du site Smart à Ineos : l’Etat veut des emplois pérennes

0
19
PARTAGER

La ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher, a insisté jeudi sur la vigilance de l’Etat quant à la « pérennité des emplois » du site Smart d’Hambach, racheté en décembre dernier par Ineos. Le gouvernement laissant ainsi entendre qu’il convenait de surveiller de prêt le dossier ….  quelques doutes étant permis …

Le gouevrnement sera vigilant sur la pérennité des emplois

« Le gouvernement sera vigilant pour que les engagements qui ont été pris permettent la pérennité des emplois industriels », a déclaré la ministre déléguée, entourée des dirigeants de Smart et d’Ineos.

Pour rappel, dans le cadre de l’opération, Daimler – maison mère de Smart – doit transférer l’ensemble des emplois du site et ceux de certains partenaires, soit au total 1.300 personnes, chez Ineos.

Mise en place d’un Comité de suivi

« En accord avec Daimler et Ineos, un comité de suivi sera mis en place et rassemblera l’ensemble des parties prenantes pour faire le point sur l’activité qui reste confiée par Daimler sur le site, ainsi que la montée en charge des projets du Grenadier » d’Ineos, a indiqué la ministre.

Ce comité se réunira pour la première fois au premier semestre de cette année, puis deux fois par an jusqu’en 2024. Date à laquelle prendra fin l’engagement de Daimler sur le maintien d’activités sur le site.

90 millions d’euros provisionnés dans un contexte tendu lié au Covid

Selon la ministre, 90 millions d’euros ont été provisionnés au cas où les volumes de production « ne seraient pas au rendez-vous », en raison du contexte économique engendré par la crise sanitaire.

Ineos confirme son ambition pour le site d’Hambach

Les dirigeants d’Ineos ont quant à eux eux affirmé leur ambition de transformer le site de Hambach dans les prochains mois. Objectif : produire le premier véhicule du groupe, le 4×4 Grenadier pour une commercialisation dès 2022, et une production annuelle de 3 0.000 à 35.000 exemplaires.

« 2021 est une année très importante pour nous, car nous nous dirigeons vers le lancement de notre véhicule, et disposer d’un site comme ici à Hambach nous donne les moyens de concrétiser nos espoirs », a déclaré Dirk Heilmann, le PDG de la branche Ineos.

Notre avis, par leblogauto.com

En novembre 2020,  les membres du CSE  (Comité social et économique) de l’usine Smart à Hambach avait certes remis un avis consultatif favorable à la reprise du site par l’entreprise britannique.

Soulignant que  l’arrivée d’Ineos avait « le mérite de sauvegarder les emplois du site » et que les engagements d’Ineos « sur les ressources humaines » étaient « appréciables », ils tenaient néanmoins à relever que « la durée de continuité de l’emploi pour l’ensemble des salariés » n’était « assurée au mieux que jusqu’à avril 2024 ».

Si certes, les membres du CSE sont satisfaits qu’un repreneur puisse être retrouvé, ils redoutent toutefois que l’avenir du site ne soit pas aussi rose qu’ils pourraient l’espérer. L’emploi est en effet assuré … sous réserve du succès des véhicules produits. Au delà de l’aspect écologique, la fabrication locale d’un 4 x 4 aux émissions polluantes non négligeable n’est pas faite pour les rassurer.

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Cession du site Smart à Ineos : l’Etat veut des emplois pérennes"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
r.burns
Invité

Des emplois pérennes pour produire un véhicule voué à l’échec. Tout va bien.

panama
Invité

on est bien d’accord ça sent furieusement la chasse aux subventions

Mwouais
Invité

Subvention ET éviter de verser dzs indemnités ET éviter de faire passer Mercedes pour un mauvais.

Banco ! 3 en 1.

amazon
Invité
Sérieusement? vous croyez qu’un industriel investit dans un projet pour obtenir une subvention? la recherche de subvention se fait dans un cadre légal, peut on en bénéficier ou non. Oui, et c’est le devoir de l’entrepreneur d’en profiter sinon il met son entreprise en danger vis à vis des concurrents qui eux en profitent. Non, cela veut dire qu’on ne remplit pas les conditions. il n’y a pas de honte à profiter d’un système mis en place par l’état pour soutenir l’activité industrielle. toutes les aides sont soumises à conditions sur l’emploi, l’investissement et si elles ne sont pas remplies… Lire la suite >>
Mwouais
Invité
@Amazon: je veux bien croire voir le mal parfois mais rarement abusemen. Si Mercedes aurait eu à fermer le site, le budget aurait été colossal. Refourguer à Ineos donne une bonne image d’une recherche d’un repreneur avec un projet ambitieux (auquel on est peu à croire). Mercedes 10/10 en image Ineos : investit = 10/10 en image Ineos est le sauveur et l’état lui vient en aide: l’état fournit l’argent qui servira à mon idée à fermer le site avant même que Ineos ait placé une seule machine sérieuse sur le site arguant que la chaîne peut être adaptée. Quand… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
@amazon : Ineos c’est énormément de publicité et de « soft power ». Par exemple, prendre 1/3 de l’écurie Mercedes en F1, sponsoriser une équipe de cyclisme, ou posséder plusieurs clubs de football, ou même de sponsoriser le syndicat anglais à la coupe de l’America 2021. Après, rien ne dit que ce Grenadier n’est pas un caprice de Ratcliffe. Ne pas oublier qu’il a été voir Land Rover quand ce dernier a annoncé la fin du Defender (avant de revenir dessus) et a proposé une association pour produire un véhicule « façon ancien Defender ». Refus de Land Rover qui par derrière décide de… Lire la suite >>
wizz
Membre

la logique industrielle d’un groupe chimique d’investir dans une usine de production de véhicule?

en dehors des caprices de son propriétaire, la logique est très simple : en cas de fermeture, ou cessation à un autre, on ressort l’argument « se recentrer dans son domaine d’activité »

lolo
Invité

C’est l’état ( et nos impôts ) qui vont remplir les poches de cette boite , et payer les gens à ne rien faire … Un désastre subventionné à la Ségolène …

mps
Invité

« l’Etat veut des emplois pérennes » lol Qu’ ils pérennise déjà les emplois existant.

wizz
Membre

@mps

que faut il faire pour pérenniser les emplois existants???

greg
Invité

Marrant, on lit toujours les memes rengaines sur les subventions. Pourtant le cadre legal est tres strict quant a leur usage par les beneficiaires et en aucun cas elles ne peuvent servir « a se remplir les poches » comme on peut le lire frequemment dans certains commentaires nauseabons sentant bien le populisme.

Emmanuel
Invité
il existe pourtant quelques exemples, ou les subventions n’ont pas forcément remplies les poches, mais pas loin. Dans le NpdC ou la Somme, une personne avait repris une société avec une partie des salariés, et les bâtiments. Les subventions et aides perçues étaient équivalentes aux salaires des salariés repris. Salariés qui ont remis en route quelques machines, rhabillés les locaux. 24 mois plus tard ils ont été remerciés. Le repreneur avait rempli le contrat, il a ensuite mis en location les bâtiments (plusieurs milliers de m2) auprès d’entreprises. Rien d’illégal, juste très très border line. Mais si vous comparez le… Lire la suite >>
greg
Invité
Le but du CICE etait egalement d’ encourager les investissements, la creation d’ emploi etant l’ une des fonctions, mais pas la seule, ton calcul n’ est donc pas applicable. Ensuite c’ est 100 milliards, pas 100 000 milliards Sinon tu avais parle de cette soit-disante histoire dans la Somme / ndpc dans un autre sujet. Je te repose la meme question, car j’ attend toujours la reponse : quelle entreprise? Je n’ ai pu trouver aucun cas dans la Somme ou le Nord pas de calais qui ressemble meme de loin a ce que tu racontes….Et du coup j’… Lire la suite >>
Emmanuel
Invité
ça a une vingtaine d’années, ça a commencé par un article dans un journal local, repris dans le Canard, confirmé plus tard par un journaliste de la Voix du Nord qui avait été envoyé pour enquêter et faire un article. De mémoire c’est du coté d’Abbeville, et c’était en transporteur qui c’était installé dans les locaux. Je me demande s’il ne s’agissait pas d’une ancienne imprimerie de labeur. a ma connaissance il a faillit se passer la même chose du coté de Boulogne sur Mer, des élus locaux s’étant un peu vite engagés à aider via des garanties de prêts… Lire la suite >>
greg
Invité
Alors pour le premier cas resumons: 1)on ne sait toujours pas de qui il s’ agit 2)Cela remonterait a 20 ans, epoque ou les regles en matiere de subventions etaient bien moins encadrees…Autrement dit meme si c’ est vrai, on compare ce qui n’ est pas comparable. Pour le second cas »mais le calcul était bon ». Non le calcul est mauvais et limite idiot puisque le CICE avait pour objet, je cite « le financement de l’amélioration de la compétitivité des entreprises àtravers notamment des efforts en matière d’investissement, recherche, innovation, formation,recrutement, prospection de nouveaux marchés, transition écologique et énergétique et reconstitution… Lire la suite >>
Emmanuel
Invité
le CICE date de 2012, retrouve la communication à la création du machin, et pas celle à postériori. C’est le tour de passe passe pas habituel : le patron du Medef : diminuez les impôts et nous créons 1 million d’emploi 3 ans plus tard : nous avons dit que nous allions essayé de créer 1 million d’emplois pas que c’était facile à faire. Combien de pin’s distribués ? EDF : la construction du premier EPR en Finlande a été très compliquée, mais le second à Flamenville ça ira tout seul 10 ans plus tard : nous avons beaucoup appris… Lire la suite >>
Sevijc
Invité

En espérant que ce ne soit pas un nouveau Longbridge

wpDiscuz