par Joest Jonathan Ouaknine

Jean Sunny, champion du monde de voltige

L'Amérique n'a pas le monopole des Simca le payait pour qu'il fasse cela en public!

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

L'Amérique n'a pas le monopole des têtes brulées! Mettre une voiture sur deux roues, traverser un mur de flammes ou partir en tonneau, c'était le quotidien de Jean Sunny. Et le plus incroyable, c'est que Simca le payait pour qu'il fasse cela en public!

En 1950, sa famille s'installe à l'Absie. Ses parents sont dentiste. Jean, son épouse et son frère se lancent dans la bonneterie.

En 1954, il assiste à un spectacle de "l'Hollywood Auto Rodéo". A l'époque, les cascades automobiles sont gentillettes: dérapages, conduite en zig-zag, évitements, etc.

Il se dit que non seulement, il serait capable d'en faire autant, mais qu'il pourrait même faire mieux que cela! Avec sa voiture personnelle (les différentes sources parlent de Simca Ariane, mais une Ariane, en 54...), il s'entraine sur un vélodrome désaffecté.

Puis il fonde "l'Europe Auto-rodéo" et il donne son premier spectacle. Il est le premier en Europe à rouler sur deux roues. Le truc consiste à bloquer le différentiel et à surgonfler les pneus.

Lors d'un show, il rencontre un représentant de Simca. Grâce à cette rencontre, Simca accepte de lui fournir 6 voitures par trimestre et des pièces. En échange de quoi, à chaque spectacle, il joue les hommes-sandwichs.

Il réalise également des travaux à but publicitaire pour le compte de Simca. Il fait ainsi des tournées au Brésil, où il effectue notamment un tour complet d'Interlagos sur 2 roues.

En 1959, il descend les Champs-Elysées en Ariane.

L'année suivante, à Poissy, il fait un jump avec la millionième Aronde et transperce un disque en papier.

Contrairement à Remy Julienne, Sunny a fait peu de cascades pour le cinéma.

Néanmoins, c'est lui qui double Jean Marais dans Fantomas. D'ailleurs, si vous visionnez le film, vous verrez que dans les séquences les plus "chaudes", la Simca Presidence se transforme en Versailles...

En 1965, l'accord avec Simca prend fin. Sunny prend son indépendance et donne des spectacles dans toute la France:

A la belle époque, il gérait 4 équipes et organisait 300 spectacles par an. Notez cette affiche où on nous annonce Guy Lux au micro et le sponsoring de Pastis 51. Ca fait envie, non?

La grand messe à lieu à Montlhery. Des tractions et des 404, récupérées dans des casses, y sont massacrées.

Apparement, les tournées se sont arrêtées dans les années 80. Puis Romuald, fils de Jean, a pris le relais de l'entreprise familiale.

En 1999, pour faire plaisir au Club Simca France, les Sunny père et fils firent un dernier show avec une Ariane sur le circuit d'Aigues-Vives.

Il est mort d'un cancer en 2007, 15 jours après ses 77 ans.

Parce qu'une image vaut mieux qu'un long discours, le voici en action:

http://www.dailymotion.com/swf/video/x3bair nolink

A lire également:

Le "gymkhana 2.1" de Ken Block et Rob Dyrdek

Motorshow Bologne 2008, le moment de solitude de Peter Solberg

L'homme qui ne tombe pas à pique

Le Lada stunt team

La Fiat 124, N°1 dans les polars-spaghetti

Pour résumer

L'Amérique n'a pas le monopole des Simca le payait pour qu'il fasse cela en public!

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.