Accueil Buick Tommy « T.V. Tom » Ivo et le Showboat

Tommy « T.V. Tom » Ivo et le Showboat

232
1
PARTAGER

La semaine dernière, nous évoquions John Bolster et sa Bloody Mary Special. Un cyclecar avec 4 moteurs de motos Jap, c’est impressionnant. Mais ce qui est VRAIMENT impressionnant, c’est un dragster équipé de 4 V8 Buick!

Tommy Ivo est né à Denver, dans le Colorado, en 1936. Dés qu’il sait marcher, sa mère lui apprend à faire des claquettes. Ivo remporte tous les concours locaux.

Sa mère fait de l’arthrite, à cause du climat froid. Les Ivo déménagent à Burbank, en Californie et Tommy de frapper à la porte d’Hollywood.

Il décroche un rôle de figurant dans A big leaf for Eve (1944) et ce sera le début d’une carrière sur petit et grand écran.

En 1952, il a 16 ans (l’âge du permis en Californie) et il peut s’acheter une Buick Roadmaster. Il assiste à une course de dragsters à Santa Ana. C’est le déclic. Peu après, il y retourne et engage sa Buick. 400 mètres plus tard, la boite Dynaflow est morte, mais Ivo est content: il a gagné dans sa catégorie!

Après quelques courses et presque autant de Dynaflow, Ivo réalise qu’il lui faudrait un vrai rod. Il fait installer un V8 Buick dans une Ford T:

Puis il se tourne vers Kent Fuller, fameux constructeur de drag et lui commande un rail (toujours à moteur Buick.)

Un moteur, c’est pas mal, mais pourquoi ne pas en installer un deuxième? D’où un W16 très artisanal.

Deux moteurs, c’est bien, mais pourquoi ne pas mettre quatre moteurs? En 1960, il se tourne de nouveau vers Kent Fueller pour construire un drag avec 4 moteurs Buick et 4 roues motrices. Puissance théorique: 1 100 chevaux. Coût: 13 000$ (une fortune à l’époque.)

A l’époque du réglage de carburateur « à l’oreille », synchroniser les 32 cylindres est un cauchemar de mécano.

La boite est une Halibrand 2 vitesses destinées aux Novi d’Indycar.

Fueller est débordé et la construction prend un an. Notez la présence d’un jeune ouvrier, aspirant pilote, Don Prudhomme:

Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec le monde des dragsters, disons que se faire monter son dragster par Don Prudhomme, ce serait comme se faire bricoler sa F3 par François Cevert:

Le « Showboat » débute à San Fernando, en 1961. Ivo est le blondinet à tee-shirt imprimé.

Démarrage à la poussette:

Et c’est parti!

Le « quatre-moteur » est un phénomène. Hot Road magazine demande à Ivo de venir poser avec sa partenaire de la série-TV Margie (où il jouait à l’époque.) Les deux acteurs portent leurs tenues de scène.

Avec cette couverture, les producteurs de Margie découvrent alors que leur acteur principal risque sa vie dans les courses de dragsters!

Ils lui interdisent de courir. Alors Don Prudhomme et Ivo (sous un faux nom) se relaient au volant du drag:

Fin 1962, la série s’arrête et Ivo n’a plus à se cacher!

Les 4 roues n’arrivent pas à encaisser la puissance. Chaque run est une espèce de burn-out sur 400 mètres. D’après Ivo: « Il faut viser, bloquer la direction et espérer que ça aille tout droit! » Ce n’est que sur la fin que le brouillard se dissipe. Le pilote est alors à 300km/h!

Ivo est également l’un des premiers pilotes de dragster à tourner à travers les Etats-Unis.

De nombreux spectateurs viennent voir « le mec de la télé ». Or, la sécurité est on ne peut plus précaire:

La NHRA (National Hot-Rod Association; fédération en charge des courses de dragsters) craint que d’autres dingues ne construisent de tels drag et qu’un accident n’arrive. Le Showboat n’a plus le droit de courir officiellement et son rôle se limite à des démonstrations.

En parallèle, la NHRA autorise les drags fonctionnant au nitrométhane (les « top-fuel ».) Ivo se lance dans la catégorie avec son « Brainstormer ». On peut les voir dans Bikini Beach, un nanar où le réalisateur avait glissé de vraies images d’une course de dragsters.

En 1965, Tom McCourry, un ancien mécano d’Ivo, décide de sortir le « Showboat » de la remise. Il veut lui donner un look de funny car et l’équipe d’une carrosserie.

Pour renforcer le côté « énaurme », la coque reprend vaguement un look de break Buick Riviera… Y compris la galerie de toit! On voit ici la création du master:

A titre de comparaison, voici un vrai break Buick:

Et voici le « Wagon master »:

Evidemment, il fume toujours des quatre roues:

Ivo en reprend le volant et le fait peindre en noir, aux couleurs de « T.V. Tom », son surnom:

On rentre dedans par le toit:

Pour renforcer le côté « show », Ivo fait construire une remorque spectaculaire:

Ivo mène alors de deux programmes: les shows avec le « Wagon master » et les « vraies » courses. On voit ici, son funny car au look de Chevrolet Nova:

Puis son dragster à moteur arrière:

En 1980, il se fait construire un jet-car. Mais il réalise que l’heure de la retraite à sonné.

Il continue néanmoins de faire quelques démonstrations avec le « Wagon master »:

En 2005, l’America’s Car Collection Museum de Winnemucca, dans le Nevada, achète le « Wagon master ».

Ils comptent alors le remettre dans sa configuration « Showboat ». Ivo les convainc plutôt de construire une réplique, afin d’avoir les deux versions côte à côte:

On vous ici Ivo posant avec la réplique terminée:

Source:
Speedhunters

A lire également:
Nostalgie: course de dragsters au début des années 60
Mike Goodwin condamné pour le meurtre de Mickey Thompson
Turbonique: 100% puissance 0% sécurité

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Tommy « T.V. Tom » Ivo et le Showboat"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SPDM
Invité

Super intéressant! J’adore découvrir le parcours de ces doux dingues obsédés par la vitesse. Chapeau bas à TV Tom et à JJO pour l’article.

wpDiscuz