par Gautier Bottet

Avatr 011, premier modèle de Changan, Huawei et CATL

Les nouvelles marques sont légion en Chine. Certaines disparaissent rapidement des radars, mais Avatr est à considérer au regard de ses actionnaires principaux : Changan, Huawei et CATL... Le SUV 11 est le premier modèle, et 3 autres doivent suivre d'ici 2025.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

  • Coentreprise C.H.N entre Changan, Huawei et CATL (Ningde Technology)

  • SUV électrique de segment D comme premier modèle

Peu à peu, chaque grand groupe industriel chinois se dote d'une nouvelle marque spécialisée dans le véhicule électrique, et destinée à rivaliser avec les start-ups locales, et Tesla. Il y a Arcfox chez BAIC, Zeekr chez Geely, Voyah chez Dongfeng, Aion chez GAC, R et IM chez SAIC, bientôt Saloon chez Greatwall, et d'autres encore. Et voici donc Avatar, pardon Avatr, chez Changan. Changan peu adepte de la création de marque d'ailleurs.

L'entité juridique à l'origine de cette marque est née en 2018, d'une association entre Changan et Nio. Peu à peu, au gré des augmentations de capital la part de Nio est tombée à une portion symbolique de 1,13%. Et l'entreprise de devenir au final une association entre Changan, Huawei et CATL. En fait Huawei n'est pas actionnaire direct, mais un partenaire technique de référence, qui s'immisce peu à peu dans la plupart des véhicules électriques de dernière génération. Logiquement, Changan s'est chargée de la conception globale du véhicule et de sa production, Huawei de tout ce qui touche au multimédia, aux moteurs électriques et à la conduite autonome, et CATL... aux batteries.

Le design du premier modèle est signé Nader Faghihzadeh. Un ex de BMW à qui l'on doit par exemple les BMW Série 6 - F06/F12/F13 - et 7 - G11. Ce grand SUV qui répond au nom de "11" (ou 011 ?) a de faux airs de Jaguar sur son profil et la partie arrière, et un avant très lisse manquant sans doute d'expression du fait de l'absence totale de calandre, même esquissée. A l'arrière, on découvre en fait non pas un hayon mais une porte de coffre classique (avec aileron déployable) et une vitre verticale, le tout entièrement masqué dans la vue de profil, mais avec des découpés pas forcément très élégantes. L'épais bas de caisse a pour vocation de masquer la hauteur.

Outre cette caractéristique on voit les lidars sur les ailes avant, un troisième étant positionné à l'avant. A l'arrière deux caméras prennent place sous le déflecteur, l'une pour remplacer le rétroviseur intérieur, l'autre étant la classique caméra de recul. Aucun détail pour l'heure sur l'intérieur ou les dimensions. Seuls quelques chiffres ont émaillé la présentation officielle :

  • 700 km d'autonomie
  • 200 kW de puissance de charge maximale
  • 0 à 100 km/h en 4 secondes
  • Capacité de calcul de 400 tops pour l'ordinateur gérant la conduite autonome

La production débutera en 2022. D'ici 2025, la marque compte lancer trois modèles supplémentaires.

Pour résumer

Les nouvelles marques sont légion en Chine. Certaines disparaissent rapidement des radars, mais Avatr est à considérer au regard de ses actionnaires principaux : Changan, Huawei et CATL... Le SUV 11 est le premier modèle, et 3 autres doivent suivre d'ici 2025.

Gautier Bottet
Rédacteur
Gautier Bottet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.