par Joest Jonathan Ouaknine

Lotus: "Tony Fernandes raconte des choses même pas vraies sur nous."

Il y a une semaine, nous étions informé de Sniff Petrol faisait le tour du web. Cette caricature est restée en travers de la gorge à Hethel et ce soir, Lotus riposte... Et apparemment, le communiqué a été écrit par l'un des enfants de Bahar.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Il y a une semaine, nous étions informé de la rupture du contrat de sponsoring entre Lotus Cars et Lotus F1 Team. Puis, nous apprenions la démission de Datuk Seri Haji Syed Zainal Abidin Syed Mohamed Tahir, l'un des responsables de Proton. Hier, une caricature de Dany Bahar grimé en Muhammad Saeed al-Sahhaf (NDLA: ministre de l'information de Saddam Hussein, célèbre pour ses points presse lénifiants durant la guerre en Iraq) par le toujours excellent Sniff Petrol faisait le tour du web. Cette caricature est restée en travers de la gorge à Hethel et ce soir, Lotus riposte... Et apparemment, le communiqué a été écrit par l'un des enfants de Bahar.

Les choses même pas vraies

Lotus nie en bloc les départs de Dany Bahar (?) et Seri Syed (NDLA: en fait, il effectuerait son préavis.) Le constructeur dit que ces "fausses rumeurs" sont de la "cochonnerie".

Elles seraient colportées par Tony Fernandes (propriétaire de Caterham.) Vieille rancœur datant de l'époque "Lotus vs Lotus"? Stratégie visant à faire diminuer la valeur de Lotus pour le racheter à vil prix ensuite?

Non, d'après le constructeur, Caterham serait simplement jaloux des résultats de Lotus F1 Grand Prix!

Lotus classe également l'objectivité de Joe Saward (NDLA: journaliste F1 Britannique) dans les "fausses rumeurs". Toujours d'après le constructeur, Saward serait en fait au service de Caterham (on reviendra sur lui.)

Le constructeur nie également la rupture de contrat avec Lotus F1 Team ou toute mise en faillite de Lotus Cars. Tout va très bien, madame la marquise.

Genii Capital a emprunté de l'argent à Proton. S'il ne le rembourse pas, Proton obtiendrait 10% de l'équipe et il pourrait en racheter 10% supplémentaires.

La réalité

La seule chose qu'il reconnait, c'est que le rachat de Proton par DRB-Hicom ne tombe pas au bon moment.

D'après la loi malaisienne, durant la phase de rachat, les comptes sont gelés. Proton ne peut ni acheter, ni vendre d'entreprises, ni investir, ni faire de plan sociaux.

De plus, les liens entre Proton, Lotus et Lotus F1 Team sont ténus. Comme chaque année, en Malaisie, les trois parties se sont réunies pour montrer qu'ils sont super amis.

Mais on ne peut que constater qu'entre deux Grand Prix de Malaisie, les parties se parlent très peu, voir pas du tout. Par exemple, Dany Bahar ne s'est jamais rendu à un Grand Prix.

De plus, le bilan de Dany Bahar a la tête de Lotus n'est guère fameux. Beaucoup d'effets d'annonce, de pipoles et de paillettes; pas beaucoup de réalisations concrètes. Les projets d'expansion en Amérique et en Asie (ci-dessous, Lotus au salon de Bangkok) ont donné peu de résultats.

Actuellement, DRB a demandé a Ernst & Young et Rotschild d'examiner les comptes de Lotus Cars.

A priori, ils découvriront une société criblée de dettes et dont certains emprunts arrivent à échéances (d'où la rumeur de faillites.) Par l'anecdote, ils ont déjà déniché une facture de 375 000£ (455 000€) de travaux pour la maison personnelle de Bahar.

L'audit financier est typiquement la première étape d'une revente. Quel que soit le repreneur, Bahar sera sur la sellette.

Développements

Qui voudra de Lotus?

Tony Fernandes? Peu probable: faute d'avoir pu racheter le constructeur (vers 2009-2010?), il s'est offert Caterham. A priori, il fera de Caterham ce qu'il avait voulu faire de Lotus.

Genii Capital (propriétaire de Lotus F1 Team)? Ses fans y voient un moyen de réunir ensemble la F1 et les voitures de sport. Le tout dans un projet qui fleurerait bons les Lotus des années 1975-1985 (avec les voitures comme une excroissance de l'écurie.)

Maintenant, cela fait deux ans que la rumeur court. Personnellement, je pense que si Genii n'avait pas les moyens de faire un chèque hier, ils n'auront pas plus les moyens aujourd'hui (a fortiori s'il y a des dettes à éponger.)

Joe Saward table sur une troisième possibilité: Youngman. Pour rappel, les voitures produites en Chine par Peng Young (sur base Proton) portent le nom de Lotus. Peng s'est plusieurs fois heurté à Lotus (notamment car il devait importer les "vraies" Lotus en Chine -ce qu'il ne fait pas-.)

Racheter Lotus Cars lui permettrait de faire ce qu'il veut (à commencer par exporter ses Lotus-Youngman) et d'avoir accès à Lotus Engineering (pour développer ses futurs modèles à peu de frais.) Néanmoins, méfions-nous des Hommes providentiels Chinois. Youngman est un petit constructeur et ses moyens sont limités.

En attendant...

S'il y a une information à retenir du communiqué de Lotus, c'est que oui, il y a des problèmes. En voulant (maladroitement) calmer la situation, le constructeur ne fait qu'attiser la panique.

L'une des conséquences les plus visibles, c'est l'absence de monoplaces à moteur Lotus aux tests d'Indianapolis et de Sonoma.

En effet, Judd (qui produit les blocs pour Lotus) se plaint d'impayés de la part de son client. Il ne livrera plus rien tant qu'on ne lui payera pas ses factures. Il se dit que même si Judd recevait son argent, il aurait pris trop de retard pour fournir des motorisations suffisantes pour disputer "Indy".

Source:

Lotus

Crédit photos: Sniff Petrol via Lotus (1), Lotus (photos 3 et 4), Caterham (photo 2), Bangkok Auto Show (photo 5), Lotus-Youngman (photo 6) et Indycar (photo 7.)

P.S.: Sniff Petrol a relevé le gant et vient de publier "le premier jet du communiqué Lotus", hilarant.

A lire également:

F1: fin du sponsoring entre Lotus et Lotus F1 Team

Pour résumer

Il y a une semaine, nous étions informé de Sniff Petrol faisait le tour du web. Cette caricature est restée en travers de la gorge à Hethel et ce soir, Lotus riposte... Et apparemment, le communiqué a été écrit par l'un des enfants de Bahar.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.