par Joest Jonathan Ouaknine

Essai LTC TX4: funny face (1/2)

Hier, lors du "LTC TX4".

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Hier, lors du Caisse qu'essai, vous avez été nombreux à trouver la réponse et je vous en félicite. Il s'agit bien d'un taxi Londonien, mais il faut désormais l'appeler "LTC TX4".

Question philosophique: qu'est-ce qu'une voiture Britannique? On pourrait même se demander s'il y a encore des voitures vraiment Britanniques de nos jours (hors productions artisanales.)

Prenez la Mini et le Range Rover ci-après. Ils ont été conçus et produits en Grande-Bretagne et ils disposent de mécaniques britanniques. Ensuite, on peut chipoter et dire que Honda était actionnaire de Rover lors du lancement de la Mini Cooper et que le V8 du Range est d'origine Buick. Pour autant, ce sont des voitures totalement britanniques!

Il se trouve que l'an dernier, j'ai personnellement conduit leurs descendantes. La conception du Range Rover 3ème du nom a été créée dans le cadre du "Premier Automotive Group" de l'Américain Ford et son moteur TDV8 a été financé par les roupies de Tata.

"Ma" MINI Cooper D a été conçue par BMW et son moteur est d'origine PSA.

Quant au taxi de cet article, malgré son nom de "London Taxi Company", il est né près de Shanghai, dans une usine Geely.

Certains d'entre-vous connaissent le taxi Londonien sous le nom "d'Austin taxi". Et vous n'avez pas tort.

Jusqu'à la fin des années 20, il y avait de nombreux types de taxis dans Londres, y compris des Unic et des Citroën! En 1929, Mann and Overton, un concessionnaire, crée un taxi sur base Austin. Il est moins cher que la concurrence et il s'impose très vite. En 1948, le carrossier Carbodies s'allie à Mann and Overton pour financer la conception d'un nouveau taxi, le FX3, toujours sur base Austin. Puis ce sera le fameux FX4 en 1958.

En 1973, Manganese Bronze (alors propriétaire des motos BSA, Norton et Triumph) s'offre Carbodies. En 1982, Austin-Rover cède les droits intellectuels du FX4 à Carbodies/Manganese Bronze. Le taxi n'est plus un Austin, mais un "LTI" (London Taxi International.)

En 1997, Manganese Bronze remplace le FX4 par un modèle inédit, le TX. Le TX2, à moteur Ford, est un flop et il cède vite sa place au TX4 ("4" car son diesel VM est aux normes Euro IV; il n'y eu jamais de TX3.)

Le TX2 a fait des ravages dans les finances de Manganese Bronze, d'autant plus que les autres filiales du groupe ont disparu ou ont été revendues. LTI cherche un partenaire et de nouveaux débouchés. Il approche Brilliance, vers 2002 et signe finalement avec Geely, en 2007.

En 2002, Jiangbei (alias JM Star) produit des clones de ZX à Shanghai. L'année suivante, Geely rachète le constructeur (le fondateur de Jiangbei n'est autre que le petit frère de celui de Geely) et le rebaptise "Shanghai Maple Automobile" (SMA.)

Geely transforme les clones de ZX en mini-Cadillac et en mini-Audi. Il tente ensuite de créer de nouveaux concepts (la voiture pour femmes, la voitures pour jeunes, etc.) Malgré tout, la production plafonne à 10 000 unités.

Le constructeur Chinois a donc effectué un mariage de raison avec LTI. En produisant le TX4 à Shanghai, il donne un peu de charge de travail à l'usine SMA et il acquiert au passage du savoir-faire. Il a été décidé que Geely produirait tous les TX4 à conduite à gauche et qu'il se charge de les exporter.

SMA s'est divisé en deux entités, en 2009: LTC (ex-LTI, qui produit donc le TX4 et dont Manganese Bronze est actionnaire) et Shanghai Englon (censé produire les ex-SMA, mais dont la gamme reste en développement.)

Il y a eu plusieurs tentatives d'importation de taxis londoniens en France. Le représentant actuel de LTC est London Taxi France, c'est-à-dire Asie Auto.

En 2006, la charmante Elisabeth Young, ex-responsable de Rover-MG France, a essayé d'importer le Landwind X-Pedition. A l'époque, elle avait pris pour argent comptant les déclarations lénifiantes des constructeurs Chinois et elle les répétait aux médias. En 2008, elle a participé à l'aventure Européenne de Brilliance et elle employait davantage le conditionnel. Ce coup-ci, elle a carrément attendu que le TX4 sont effectivement homologué et mis en vente pour communiquer dessus.

Le style

Nul doute que certains d'entre-vous ont fait des séjours linguistique en Angleterre ou bien des week-ends en amoureux à Londres. Le fameux "black cab" y fait parti du paysage, au même titre que le bus rouge à deux étages.

C'est toujours surprenant de le voir de ce côté-ci du "Channel".

En plus, le TX4 possède un style bien particulier, avec sa calandre chromée néoclassique et son postérieur rebondi. C'est une ligne rondouillarde, un peu désuète, donc presque atemporelle.

Les proportions sont également étonnantes: avec 1,83m de hauteur et 2,03m de large, il est à peu près aussi haut qu'un Range Rover Sport... Sauf qu'avec 4,58m en longueur, il est à peine plus long qu'un Grand Scenic! D'où l'impression d'un véhicule encore plus massif.

Pour ajouter à la bizarrerie, la ligne de caisse est relativement basse et il possède des vitres très hautes. On dirait le "Cozy coupé", cette voiturette en plastique pour enfants!

La principale différence entre le TX4 produit à Coventry et celui produit à Shanghai, c'est le volant à gauche.

Pour le reste, le seul indice est la plaque du châssis, dans le compartiment moteur:

Je suis fan du look de ce taxi. Les mots "culte" ou "mythique" sont largement galvaudés. Ce qui est sur, c'est que le LTC ne ressemble à aucun autre véhicule.

Il ne passe pas inaperçu et il serait un très bon vecteur publicitaire.

Est-il Chinois? Est-il Anglais? En tout cas, avec lui, dans la moindre station BP, on se croirait déjà en Grande-Bretagne...

A lire également:

Essai LTC TX4: London calling (2/2)

Pour résumer

Hier, lors du "LTC TX4".

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.