Accueil 4x4 Essai Range Rover 4,4l TDV8 Autobiography: intérieur/extérieur (1/5)

Essai Range Rover 4,4l TDV8 Autobiography: intérieur/extérieur (1/5)

638
0
PARTAGER

L’an dernier, le Range Rover troisième du nom s’est offert un lifting. Cette année, pour ses 8 ans, il reçoit un nouveau V8 suralimenté 4,4l. Cette nouvelle motorisation s’accompagne de quelques modifications à l’intérieur.


Notez que nous avions déjà effectué un essai complet du Range relifté (à (re)lire ici.)
Je ne vais donc pas revenir sur l’esthétique. On remarquera simplement qu’il ne fait pas son âge et que son style est à la fois statutaire et sobre. Encore qu’avec près de 5 mètres de longueur, 2 mètres en largeur et 1,9 mètres en hauteur, difficile de passer incognito (à moins d’habiter Monaco ou Dubaï.)

La nouveauté 2010, c’est qu’il chouchoute un peu plus ses occupants à l’arrière. Ils disposent désormais d’une climatisation individuelle.

Ils ont également droit à des écrans LCD, dissimulés dans les appuies-têtes avant.

Le dossier de leurs sièges est réglable et chauffant.

Et ils ont même droit à des miroirs de courtoisie individuels!

Dans les années 90, le terme « Autobiography » désignait le catalogue de personnalisation du Range Rover. C’est plus tard devenu le nom d’une série spéciale et désormais, c’est la finition qui coiffe la gamme. Il est ainsi encore plus exclusif que le déjà luxueux Vogue.

La liste des équipements de série est évidemment longue: sièges chauffants, jantes alliage 20 pouces, seuil de porte chromés, hifi Hamman/Kardon avec lecteur DVD (et 19 haut-parleurs, contre 17 jusqu’ici), phares xénon orientable, toit ouvrant, intérieur cerisier 14 éléments, sellerie cuir, trappe à ski, GPS, cruise-control, vraie roue de secours, rétroviseur photosensibles, climatisation 4 zones, etc. Il y a 3 pages d’équipements et relativement peu d’options.
Tout ceci se paye au passage en caisse: 114 600€ avec le 4,4l, soit près de 10 000€ de plus que le Vogue. Land Rover pensait que l’Autobiography ne représenterait que 4% des ventes, mais le chiffre est actuellement de 9% et il devrait atteindre 15% dans l’année. Tout va bien à Solihull, où il est produit. D’ailleurs, l’usine va embaucher 275 personnes en 2010.

Autre nouveauté: la molette d’origine Jaguar replace le traditionnel levier de vitesse. A l’arrêt, il se range dans la console centrale…

Et il en sort au démarrage.

Parmi les détails rigolo, il y a l’affichage digital des compteurs, avec une espèce d’écran de veille à l’arrêt:

Qui se change en tachymètre façon jeu PC des années 90 au démarrage.

Tout n’est plus que luxe, calme et volupté. L’habitacle est très lumineux et vous êtes dans un univers de vraies chromes, de cuir et de bois. Même avec une troisième rangée de sièges, vous disposez de 535dm3 de rangement. Sièges arrières rabattus, le coffre atteint 2 099dm3. Et si ça ne vous suffit pas, l’intérieur est truffé de rangements généreux.
Le tour de force est que vous êtes assis très haut et pourtant, vous n’avez pas l’impression de « grimper » jusqu’à votre siège.

Hélas, certains points rompent le charme. Comme les poignées de porte en plastique et ces cinq boutons de réglage de la clim, en plastoc made in China.

Essai-Range-Rover-4-4l-Autobiography-1Essai-Range-Rover-4-4l-Autobiography-2Essai-Range-Rover-4-4l-Autobiography-3Essai-Range-Rover-4-4l-Autobiography-4Essai-Range-Rover-4-4l-Autobiography-5Essai-Range-Rover-4-4l-Autobiography-6Essai-Range-Rover-4-4l-Autobiography-7Essai-Range-Rover-4-4l-Autobiography-8Essai-Range-Rover-4-4l-Autobiography-9Essai-Range-Rover-4-4l-Autobiography-10

A lire également:
Essai Range Rover 4,4l TDV8 Autobiography: moteur (2/5)
Essai Range Rover 4,4l TDV8 Autobiography: hors piste (3/5)
Essai Range Rover 4,4l TDV8 Autobiography: Range Rover Autobiography Black « live » (4/5)
Essai Range Rover 4,4l TDV8 Autobiography: héritage (5/5)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz