Accueil Renault Luca de Meo veut une 4e marque pour Renault

Luca de Meo veut une 4e marque pour Renault

0
64
PARTAGER

Le nouveau DG du groupe Renault, Luca de Meo, commence à dévoiler son plan pour relancer le groupe automobile français. Et cela passera par 4 marques, dont Alpine.

Déjà, bonne nouvelle pour les fans de la marque de Dieppe, Luca de Meo en est aussi fan. Dans une interview au Point publiée le 2 septembre, le Directeur Général annonce qu’il compte sur Alpine à l’avenir. Mais, attention, les « puristes » vont sauter au plafond : « La marque Alpine a une identité très spécifique de niche, très sportive, très française. Nous ne resterons pas forcément dans le registre seulement rétro et classique de l’Alpine A110 ». Nous voilà prévenu. Mais est-ce vraiment une surprise ?

Surtout, Luca de Meo dessine les contours d’un nouveau groupe Renault. Ce dernier ne sera plus organisé par zones géographiques, mais par marques. Si on lit entre les lignes, cela signifie-t-il la fin des Dacia badgées Renault en Amérique du Sud par exemple ? Dacia doit conserver son modèle low cost, tout en devenant plus « cool » selon de Meo.

Le but de la réorganisation est d’améliorer la qualité des produits et de créer des marges plus élevées. La fin du « Ghosnisme » avec le volume à tout prix pour être le numéro 1 mondial.

Le plan stratégique doit être dévoilé en janvier 2021 normalement. Mais on sait dès à présent qu’il y aura quatre marques. « Wait ! What ?  4 ? ». Eh oui : « il y aura la marque Renault, que je gérerai en direct, mais aussi Alpine, Dacia, et une marque inédite en charge des ‘nouvelles mobilités’ ». Tiens, comme chez d’autres constructeurs dont Seat avec Seat MÓ (pour mobilité), ou même PSA avec Free2Move ?

Pour chaque marque, il y aura un patron dédié. Pour la marque Renault, c’est donc le DG lui-même qui gérera. « Je suis convaincu que l’âme de Renault est dans ses racines françaises. Cette marque a toujours été plus créative que les autres, c’est dans sa culture. Elle doit jouer la modernité et l’innovation. Renault peut incarner la nouvelle vague de l’industrie automobile ».

Le design devrait être l’un des premiers chantier. On sait que Renault a fait son marché chez les designers et que l’ex-designer Peugeot, Gilles Vidal, est pressenti pour diriger le design de la marque Renault. Laurens van den Acker prendrait un rôle plus transversal « au-dessus » des marques.

Prendre exemple sur Carlos Tavares et PSA

Luca de Meo ne cache pas son admiration pour le travail de Carlos Tavares chez PSA et veut suivre la même voie. Fini le volume, vive les grosses marges. Sauf que pour arriver à cela, il faut travailler sur « la qualité pour les produits et la rentabilité ». Surtout, fini les petits véhicules, Renault visera « les segments de véhicules plus rémunérateurs que les petites voitures ». Et de citer les Peugeot 3008, Peugeot 5008 et Citroën Aircross. Enfin, Renault pourrait se désengager de certains marchés étrangers non rentables.

Dans le cadre de ce projet, la réflexion autour de la création, de l’organisation et de la
mise en place de ces nouvelles BU sera pilotée par :

  • Luca de Meo, CEO du Groupe, pour Renault,
  • Denis Le Vot, directeur régions, commerce et marketing du Groupe, pour Dacia,
  • Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport Racing, pour Alpine,
  • Clotilde Delbos, directeur général adjoint et directeur financier du Groupe, pour les Nouvelles mobilités.

Notre avis, par leblogauto.com

Il est étrange que le DG de Renault ne prenne pas en considération Lada (Avtovaz) et Renault-Samsung-Motors (RSM). Ce sont pourtant deux marques du portefeuille de Renault. Passons.

Luca de Meo tourne définitivement la page de l’ère Carlos Ghosn au sein du Groupe Renault en annonçant la fin des gros volumes au profit des marges plus importantes. Pour arriver à cela, il va devoir travailler sur l’image de marque et c’est tant mieux. C’est un pari qu’il avait fait chez Seat, et qu’il a surtout réussi.

Le fait qu’il compte également sur Alpine est un bon point. La marque ne sera sans doute plus Dieppoise ni mono-centrée sur l’A110 et le passé, mais il y a de quoi en faire une belle marque de sportives premiums avec une image qui rejaillit immanquablement sur tout le groupe.

Une nouvelle ère pour le groupe Renault s’annonce, et on a hâte de voir ce que cela va donner.

Illustration : Renault

Poster un Commentaire

64 Commentaires sur "Luca de Meo veut une 4e marque pour Renault"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Qu’ils rachètent Lancia ! 😉

Lucas
Invité

Il n’y a (cent fois hélas) rien à en faire…. 🙁
Par contre Alfa, que De Meo connait particulièrement bien….

Invité

Même 100 fois rien à en faire, c’est déjà 100 fois plus que ce que Fiat en a fait !

lelillois
Invité

Pour les enfoncer 6 pieds sous terre une seconde fois ? Non merci, on (ils) a (ont) déjà donné.

SGL
Invité

Gordini ?
Pour les jeunes…et les très vieux ! 😀

seb
Invité

« Je suis convaincu que l’âme de Renault est dans ses racines françaises. Cette marque a toujours été plus créative que les autres, c’est dans sa culture. Elle doit jouer la modernité et l’innovation. Renault peut incarner la nouvelle vague de l’industrie automobile ».

Quelqu’un aurait des exemples? Parce que perso ça me fait plus penser à Citroën qu’à Renault cette description.

Henley
Invité

La création de l’Espace, du Kangoo, de la Twingo, du Scénic, de feu le Modus, du Kaptur, de la Zoé et j’en passe.

Oui Renault a toujours été précurseur de modèle innovant qui font ensuite des petits chez les autres.

seb
Invité

@Henley et Thibaut Emme
Merci pour ces précisions.
J’avais bien pensé au turbo qu’ils ont mis partout dans les années 80 (je ne pensais pas que c’était aussi vieux) mais je n’avais pas pensé aux créations de nouveaux types de véhicules comme l’Espace ou le Scenic.
Pour les autres exemples, vous me l’apprenez.

Invité
@Thibaut . La Dauphine est sortie d’origine avec des tambours. C’est la R8 qui a eu droit aux 4 freins à disque en 1962, ce qui était une grande première pour une voiture de cette catégorie et un argument commercial important face à la Simca 1000 entre autres. Les dernières Dauphine ont eu également droit à ce nouveau type de freins, mais après la R8. D’ailleurs dans le  » catalogue mondial de l’automobile de 1963 « , la Dauphine et la Dauphine Gordini sont créditées de freins à tambour, et la R8 de freins à disque. Je ne voudrais pas lancer… Lire la suite >>
philippe
Invité

La 4cv était déjà montée en crémaillère. Et les disques ont disparu peu à peu des Renault, les R8 en fin de prod étaient revenues au 4 tambours, comme les R5 à moteur Billancourt et ceci jusqu’à la fin des années 70.

gigi4lm
Invité

La R16.
Première 5 portes d’un généraliste, révolutionnaire à l’époque

Mwouais
Invité

Techniquement, la R16 est la première hatchback polyvalente parce-que déjà la 4L disposait de 5 portes (comme une Citroën traction commerciale hien avant).

Ça n’enlève rien au côté couillu de Renault d’avoir proposé la R16, la Twingo ou l’Espace et même à saborder l’Avantime.

SGL
Invité

La R16 était surtout la première routière à 5 portes dans un monde de berlines 4 portes… Jusqu’ici, les 5 portes avaient une connotation utilitaire. (commerciale)

polo
Invité

Titre un peu racoleur, cette hypothétique 4ème marque ce sera juste le nom d’un service d’autopartage comme Free To Move chez PSA rien de plus.

twruit
Invité

la politique de carlos ghosn semble désormais derrière nous, j’en suis satisfait et je crois que renault est sur la bonne voie, les nouveautés à venir, telles l’arkana, nouveau kangoo, le zandar, et la refonte de kadjar, une zoé nouvelle et les clio et captur qui n’ont pas fini leur ascension avec leur version hybrides. reste à voir plus haut en gamme, mais si m di méo s’attache à améliorer la qualité des produits, comme on le voit déjà sur clio5 et captur 2, renault doit reconquérir des parts de marché, et regarder l’avenir plus sereinement. allez renault

Mwouais
Invité

Je n’aime pas trop Carlos Ghosn pour son ‘oeuvre’ de destruction de l’image de Renault, mais la qualité de l’intérieur de la Clio dernière du nom doit lui être accordée, comme la validation de style plus réussi du dernier Captur (euh, j’en suis pas amoureux de ce SUV, mais c’est plutôt mieux que celui pour vieux de la génération précédente).

SAM
Invité
@Mwouais. Carlos après le succès des Scenic et Laguna 2, a deux volonté pour Nissan et Renault … En faire les « Toyota » niveau production et en faire les « VW » niveau style passe partout. Le succès de Nissan dans ces deux voies va le pousser à persévérer sur Renault et a vidé le label de ses forces … Par contre l’idée de ne pas trop changer le style des Clio, Captur, Zoé, Duster et Sandero va peut-être lui donner raison. Il y a des retards à l’allumage sur Clio et Captur. Mais l’avenir va lui donner raison sur ces 5 autos.… Lire la suite >>
wpDiscuz