Accueil Champ Car Indycar 2013: Mid-Ohio

Indycar 2013: Mid-Ohio

83
2
PARTAGER

On attend Scott Dixon (Ganassi), mais c’est Charlie Kimball (Ganassi) qui remporte l’épreuve de Mid-Ohio. Le pilote diabétique (il est d’ailleurs sponsorisé par un fournisseur d’insuline) s’offre ainsi sa première victoire en Indycar. Cette fois-ci, c’est Simon Pagenaud (Sam Schmidt), le Français sur le podium!Team USA Scholarship

C’est reparti pour le Team USA! Qui succédera à Matthew Brabham, Neil Alberico et Tristan Nunez, lauréats 2012?

Faute de pilote US probant en US F2000 ou en Barber, c’est en Formule Ford-à-moteur-Honda que les jurés font leur shopping. Parmi les 8 finalistes, on trouve ainsi les 3 premiers de la F1600 H: Jake Eidson, Adrian Starrantino et Aaron Telitz. Quant à la Formula Pacific, elle apporte Joey Bickers. Skylar Robinson, court lui sur une FF1600 « normale », en Grande-Bretagne. Les jurés ne regardent pas uniquement parmi les championnats de monoplace. Sean Rayhall vient de l’IMSA Lite, Madison Snow de l’IMSA GT3 et Elliott Skeer, de la MX-5 Cup.

A Mid-Ohio, ils passeront à la question. Puis, à l’issu d’un test en monoplace, les deux meilleurs iront en Grande-Bretagne. Au programme : Formula Ford Festival, Walter Hayes Trophy et « d’autres choses » (probablement une visite d’usine de F1.)

US F2000

Neil Alberico (Cape Motorsport) est l’homme en forme de l’US F2000. Aux fraises en début de saison, il remonte au 2e rang.
Mid-Ohio est synonyme de 3 courses: il peut repasser devant Scott Hargrove (Cape Motorsport) ou perdre définitivement tout espoir de titre. Le vainqueur de la Winter Series marque son territoire en remportant la pole.

La course 1 est assez chaotique, suite à une série d’incidents, qui entrainent autant de safety-car. Alberico pense avoir course gagné. Néanmoins, lors du dernier restart, il se fait déboiter par Hargrove et Danilo Estrela (Belardi.) Ce dernier est un peu trop optimiste sur un freinage. Pour éviter le Brésilien, qui arrive en luge, Hargrove se jette dans un bac à sable.
Grâce à la neutralisation de ses deux rivaux, Alberico obtient une victoire inespérée. Les débutants RC Enerson (Team E) et Jason Wolfe (Pabst) décrochent leur premier podium, devant Florian Latorre (Jay Motorsport.)

Dans la course 2, la piste est détrempée. Hargrove est aux prise avec Garett Grist (Andretti) pour le gain de la 2e place. Alberico en profite pour s’échapper. Grist prend le dessus, avant de se sortir tout seul. Hargrove obtient ainsi l’argent. Peter Portante (Belardi) complète le podium.

Dans la course 3, Grist prend un meilleur départ que le poleman Hargrove. Derrière eux, ça chahute et Alberico est une victime collatérale. Drapeau rouge.
Lorsque ça redémarre, c’est cette fois Hargrove qui prend le dessus. 2 tours plus tard, Grist effectue un dépassement sans bavure. Hargrove veut se contenter d’assurer. Mais c’est sans compter sur Enerson, qui fait le forcing et Hargrove doit hausser le rythme pour conserver sa 2e place.

Au championnat, Hargrove refait le break, avec 227 points. Alberico, 2e à 181 points, est de nouveau au pied du mur. Avec 151 points, Grist est déjà hors-course pour le titre. Latorre, en petite forme à Mid-Ohio, glisse au 5e rang, à 136 points.

Pro Mazda

Michele Bumgarner, annoncée avec tambours et trompettes, est absente à Mid-Ohio. Néanmoins, il y a bien une femme au départ: Julia Bellario (Juncos.) Depuis son test à Indianapolis, à l’automne dernier (déjà avec Juncos), on l’avait perdu de vue. L’Argentine apparait discrètement sur la feuille des engagés. Le Mexicain José Gutierrez (Juncos) complète également le peloton.

A Mosport, Matthew Brabham (Andretti) s’est fait bousculer. A Mid-Ohio, il se rassure avec la pole.

Dans la course 1, Brabham reprend ses habitudes. Leader de bout en bout, il remporte une 8e victoire dans un fauteuil. Il égale ainsi le record de Jack Hawksworth et la saison n’est pas fini… Derrière, Shelby Blackstock suit à distance. En vue de l’arrivée, ça revient fort dans ses rétros: Diego Ferreira (Juncos) et Spencer Pigot (Pelfrey), en lutte pour la 3e place, ont fait la jonction!  Blackstock retient les furieux et s’offre la 2e place, devant Ferreira, 3e, qui a un aileron d’avance sur Pigot.

Dans la course 2, Ferreira prend le meilleur sur Brabham. L’Australo-américain se retrouve même sous la menace de Pigot. Mais ce dernier perd du terrain, puis il cède sa 3e place à Nicolas Costa. Derrière, il y a pas mal de frictions. Kyle Connery (M1 Racing) et Juan Piedrahita (JDC) se percutent et l’un des deux répand de l’huile sur la piste. Les drapeaux jaunes sont agités. Ca n’empêche pas Ferreira et Brabham de glisser. Le Vénézuélien sort carrément de la piste. Le temps de repartir, Brabham est passé.
A l’arrivée, Ferreira se plaint que Brabham l’a doublé sous les drapeaux jaunes. Mais les officiels donnent raison au petit-fils de « Black Jack ». Ferreira est 2e et Costa, 3e.

Au championnat, Brabham fait un peu plus le break. Avec 336 points, il devrait cueillir ses lauriers à Trois Rivières, la semaine prochaine. A 271 points, Ferreira semble bien parti pour être vice-champion. Blackstock est 3e, à 247 points.

Indy Lights

11 voitures au départ ; C’est du jamais vu cette saison! L’indépendant Matthew Di Leo (MDL) s’offre une 3e visite. Axcil Jefferies (Bryan Herta), maintes fois annoncé, est enfin sur la grille. Exceptionnellement, Belardi passe à 2 voitures. Giancarlo Serenelli, vu en Auto GP et en GP2, débarque in extremis à Mid-Ohio.

Aux essais, Gabby Chaves (Sam Schmidt) décroche sa première pole dans la discipline.

Au départ, Chaves conserve l’avantage sur Patrick Dempsey (Belardi.) Serenelli part à la faute et les drapeaux jaunes sont de sortie. Au redémarrage, rien ne bouge : Chaves reste devant et remporte sa première victoire en Indy Lights. Dempsey est 2e et Jack Hawksworth (Sam Schmidt), 3e.

Carlos Muñoz (Andretti) termine devant ses poursuivants immédiats. Il agrandi donc sa marge, avec 349 points. Chaves passe 2e, à 334 points. Sage Karam (Sam Schmidt) reste en embuscade, à 333 points.

Indycar

Un an et demi que Luca Filippi attend ce moment! Après son test en début de semaine, Bryan Herta décide de lui confier la voiture d’Alex Tagliani. Voici donc l’Italien effectuant son premier départ en Indycar.

Notez également les débuts de James Davison (Dale Coyne.) L’Australien vient de perdre son « beau-grand-père », Tony Gaze. Aviateur, puis pilote de F1, Gaze monte une équipe en endurance, au milieu des années 50. Il recrute Lex Davison, le grand-père de James. L’écurie fait long feu, mais Gaze reste proche de Davison. Lorsque ce dernier se tue, il se rapproche de sa veuve, Diana (également pilote.) Il finit par l’épouser et élève ses enfants (lesquels seront tous pilotes et leurs propres enfants aussi!)

Aux essais, on retrouve comme d’habitude les Chevrolet aux avant-postes. Ryan Hunter-Reay (Andretti) décroche ainsi la pole devant Will Power (Penske.)
Simon Pagenaud (Sam Schmidt), meilleur représentant Français, est 8e.

Fait rarissime, la course se déroule sans drapeaux jaunes. Une première depuis… Mid-Ohio 2012! Le pace-car NSX reste donc au garage.

La plupart des pilotes sont sur une stratégie à deux arrêts. Pour économiser le carburant, Hunter-Reay roule à un train de sénateur.

Seuls Charlie Kimball (Ganassi) et Simon Pagenaud (Sam Schmidt) font le choix d’une stratégie à trois arrêts. Les voilà en tête à l’issue de la première vague de « puits ». Kimball enchaine les tours de qualifications. Derrière eux, Hunter-Reay, 3e, bouchonne le peloton et aide involontairement les deux hommes. Ils ont désormais le temps de faire un arrêt supplémentaire.

Grâce à une stratégie légèrement décalée, Pagenaud effectue quelques tours en tête, avant d’aller aux stands. Lors de l’ultime vague de ravitaillements, il rentre en premier et lorsque Kimball s’arrête, Pagenaud reste devant! On se met à rêver, hélas, le pilote US donne un coup de rein, revient sur le Frenchie et le dépasse.

Le bouchon Hunter-Reay saute enfin. Dario Franchitti et Power se retrouvent respectivement 3e et 4e. L’Ecossais assure le bronze sans grande conviction. Quant à l’Australien, on peut soupçonner qu’en habitué de la bévue du dernier tour, il veut surtout voir le damier.

Kimball s’impose à Mid-Ohio et c’est son premier succès en Indycar. Il est le neuvième vainqueur, cette saison et le quatrième qui n’avait jamais gagné.

Pagenaud et Franchitti complètent le podium. Sébastien Bourdais (Dragon Racing) est 12e et Tristan Vautier (Sam Schmidt), 21e.

En terminant 6e, devant ses rivaux au championnat, Helio Castroneves (Penske) joue une fois de plus à l’épicier. Aux deux tiers de la saison, il possède 453 points. Scott Dixon (Ganassi) est 2e à 422 points. Hunter-Reay est 3e à 388 points.

Pagenaud est 5e, à 350 points. Bourdais est 16e, à 241 points. Vautier est 20e (et avant-dernier des « temps plein ») à 192 points.

Prochaine manche, dans 3 semaines, à Sonoma. D’ici-là, l’Indy Lights et la Pro Mazda feront leur escale traditionnelle à Trois Rivières.

Crédits photos: Honda (photos 1 et 19 à 22), Team USA Scholarship (photo 2), US F2000 (photos 3 à 7), Pro Mazda (photos 8 à 12), Indycar (photos 13 à 17) et GM (photos 18 et 23.)

A lire également:
Indycar 2013: dernières nouvelles, sur la route de Mid-Ohio
Indycar 2013: Davison à Mid-Ohio et Luhr à Sonoma
Indycar 2013: Toronto 1 & 2

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Indycar 2013: Mid-Ohio"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Absolument!
Invité

Excellent copié/collé des trois podium girls 🙂

wpDiscuz