par Thibaut Emme

CUV électrique : il est né le Cupra el-Born

Présenté comme un concept SEAT, le CUV el-Born arrivera sur nos routes en tant que Cupra el-Born, la nouvelle marque lancé par Luca de Meo avant de devenir le DG de Renault.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Le Cupra el-Born est à mi-chemin entre un monospace et un crossover. Difficile à mettre dans une petite case automobile, nous l'affublerons donc du résumé : CUV ou crossover utility vehicle. Il devait être sous la marque SEAT, mais visiblement chez Volkswagen, on ne veut pas d'une concurrente - un cran en-dessous - de la VW ID.3 (qui se fait toujours attendre en livraison). Donc, ce sera sous le label, qui se veut plus huppé, Cupra que ce el-Born nous arrivera.

Esthétiquement chacun jugera. Mais, par rapport au concept Seat el-Born de début 2019, ce Cupra tente de camoufler son côté monospace par une face avant plus agressive. Dans le détail, la grande vraie-fausse grille dans la bas du bouclier n'est pas des plus heureuse et aurait sans doute mérité plus de discrétion. En revanche, la fente qui souligne le capot et rend "flottants" les deux feux avant ajoute un joli cachet.

Le reste est comme le concept, et très similaire (forcément) au véhicule électrique du cousin VW. Le montant arrière permet de distinguer les différents "clones" puisque l'ID.3 a un panneau façon Golf, tandis qu'ici on a un toit "flottant" avec une partie noire qui sépare visuellement le pavillon de la ceinture de caisse. Attention, on parle ici d'un modèle "presque de série". Certains veulent y voir un rappel de la Seat Leon 2, mais cette dernière était 10 cm moins haute.

Cohabitation difficile avec le VW ID.3 ?

L'intérieur reste plutôt fidèle au concept avec le bloc d'instruments identiques à celui de l'ID.3, mais une console basse redessinée, plus enveloppante. C'est sobre dans les traits, mais les touches de métal cuivre/or rose restent "bling-bling". Mais, c'est la touche Cupra et visiblement les clients aiment ce côté de la nouvelle marque. On appréciera tout de même les fauteuils plus sportifs, façon baquets.

Pour la fiche technique, Cupra parle de sportivité. Mais, il ne faut pas s'y tromper, si l'électrique permet quelques petites accélérations, ce monospace va rester sage, et sans doute un peu pataud à cause de sa masse. Cupra évoque tout de même 2,9 secondes pour les 0 à...50 km/h. Champion entre deux feux rouges ? Cupra promet tout de même un réglage de châssis (via le Dynamic Chassis Control) spécifique.

Côté batterie, il semble que le Cupra el-Born n'aura droit qu'à la grande batterie lithium-ion du groupe, soit 77 kWh utiles (pour 82 kWh de capacité totale). Cupra n'évoque pas les batteries de 45 et 58 kWh. Avec ces 77 kWh, l'autonomie devrait être dans les eaux de celle annoncée pour l'ID.3, à savoir un peu plus de 500 km WLTP. Comptez environ 250 km récupérés en 30 minutes sur une borne rapide.

Notre avis, par leblogauto.com

Ce Cupra el-Born ne sera pas là avant 2021. Il aurait dû arriver un peu plus tôt, et sous la marque Seat, mais le retard de plus d'un an accumulé par VW avec son ID.3 (pour rappel, les véhicules sont assemblés sans une partie du code logiciel totalement bogué et patientent sur d'immenses parking) a visiblement changé la donne. Il ne faudrait pas faire de l'ombre à l'ID.3.

Donc on le positionne chez Cupra, ce qui permet de justifier un prix plus haut, quitte à ne lui octroyer (à confirmer) que la grosse batterie. Comme son homologue allemand, ce Cupra el-Born sera assemblé à Zwickau en Allemagne.

Pas très "auto emociòn" cette nouvelle Cupra. Si ?

Pour résumer

Présenté comme un concept SEAT, le CUV el-Born arrivera sur nos routes en tant que Cupra el-Born, la nouvelle marque lancé par Luca de Meo avant de devenir le DG de Renault.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.