Accueil Cabriolet Le conducteur du jour : le Daily Herald

Le conducteur du jour : le Daily Herald

198
10
PARTAGER

Lors d’une promenade parisienne, une vision incroyable : une place de parking libre ! Et encore plus exceptionnel, une Triumph Herald derrière ! En effet, ce cabriolet « popu » est plutôt rare de ce côté de la Manche…

De Triumph, on connait surtout les roadsters. Mais en parallèle, il produisait des berlines. La Herald devait remplacer les vieillottes Standard 8 et 10. Elle aurait du naitre avec un badge Standard, mais Standard-Triumph trouvait que cette marque était démodée. A la fin des années 50, le constructeur ne voulait pas entendre parler de carrosserie monocoque ou de traction. Elle resta donc fidèle à la propulsion et au châssis séparé. Michelotti, régulièrement sollicité par Triumph, lui donna un look sportif. Pourtant, avec son moteur 1,0l de 35ch (hérité de la Standard 10), la Herald n’avait pas grand chose de sportif à son lancement, en 1959. Elle était proposée en 2 portes ou en cabriolet, toutes 2 à 4 places. Pour prouver sa fiabilité, une caravane de voitures de pré-série s’était offerte un Le Cap-Tanger.
En 1961, British Leyland racheta Standard-Triumph. La Herald reçu un 1,2l 39ch, ainsi qu’une version break de chasse (il en exista même une version tôlée !) Puis elle donna son châssis aux Spitfire, Vitesse et plus tard, GT6. La 12/50 de 1963 offrait 48ch, une puissance plus en rapport avec le look de la voiture.
La bleue est une 13/60, l’ultime évolution. Lancée en 1967, elle recevait un nouvel avant et surtout, un 1,3l 61ch. Avec seulement 750kg sur la balance, c’était une sportive de poche, pas trop chère et capable d’emmener 4 personnes (on n’a pas dit « 4 basketteurs ».) De quoi plaire au nombre. D’ailleurs, la Triumph 1300, censée la remplacer, s’éteignit avant la Herald !

Le problème de la Herald, c’est que Triumph la vendait à perte (un problème fréquent en Grande-Bretagne.) BL, qui avait fusionné avec BMC, ne pouvait s’offrir un tel luxe. L’Herald fut donc sacrifiée en 1971.
Ensuite, elle fut un peu le pendant des 204/304 en France : les Anglais n’en prenaient pas du tout soin parce que c’était une « popu ». Les versions cabriolet roulaient encore et encore (sans être entretenues), puis on les envoyait à la casse sans scrupule. De plus, il existait de nombreux kits basés sur la Herald.
Du reste, comme nombre d’Anglaises, elle était presque exclusivement exportées vers les pays à conduite à droite (Inde, Australie, Malte.) Les versions à conduite à gauche sont très rares.

Triumph Herald 01 Triumph Herald 02 Triumph Herald 03 Triumph Herald 04 Triumph Herald 05 Triumph Herald 06 Triumph Herald 07 Triumph Herald 08 Triumph Herald 09 Triumph Herald 10

Crédit photos : Joest Jonathan Ouaknine/Le Blog Auto

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Le conducteur du jour : le Daily Herald"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
leelabradaauto
Invité

Forcément que c’était mieux avant quand on voit cette petite auto. Pas trop de rides pour elle.
Qui va me prouver qu’une golf cab est plus enviable ? une 205 encore?
Elle vivait au temps de la simca 1000 , la r8 major qui roulaient à 130 km/h avec 44 cv.
Aujourd’hui pour entreprendre un dépassement à 60 km/h il faut 200 cv, 45 mkg, car l’automobiliste dépassé accélère dès qu’il voit le clignotant derrière.

Facel
Invité

Dois-je vous rappeler que dans les années 1960, le nombre de morts sur les routes allait de 10 000 à 15 000 par an ? En 1966, la France comptait 9 millions d’automobiles et 12 158 décès sur les routes, en 2013, 38 millions de véhicules et 3250 décès, c’est-à-dire que la mortalité a été divisée par plus de 15. Je suis d’accord avec vous, ces voitures avaient beaucoup de charme. Mais personnellement, pour avoir roulé longtemps en Simca du milieu des années 1970, je sais ce qu’être lancé à haute vitesse avec ces voitures représente.

beniot9888
Invité
Je préfèrerais une Golf 1 cabriolet à cette trop petite voiture à la ligne sans attrait particulier, sorte d’imitation modèle réduit de voitures plus luxueuses. Une Golf « petits pare-chocs chromé », par exemple. Encore qu’une Classic-Line des années 90 est vraiment magnifique. Il faut savoir ce qu’on veut. Un truc vieux, rare et fragile qu’on sort le dimanche si il fait beau, ou quelque chose qu’on peut utiliser réellement au quotidien. Je préfère la seconde solution, je n’aime pas les voitures qui ne servent pas. Ou pourquoi pas, pour satisfaire tout le monde, la Triumph pour le dimanche et une 205… Lire la suite >>
XX
Invité

Beniot9888
C’est tellement plus beau l’intérieur d’une Triumph Herald qu’une vulgaire Golf !!

http://www.simoncars.co.uk/triumph/slides/Triumph%20Herald%201200%20Convertible%20inside.jpg

Jota
Invité

Ne pas oublier la vraie version sportive, la Vitesse, équipée du 6 cylindres 2 litres et qui elle avait de plus grandes prétentions sportives (sorte de gti avant l’heure).

greg
Invité

Sympathique petite voiture 🙂
Je lui trouve un air de Simca 1000.

Dcomdim
Invité

En effet il faut savoir ce que l’on veut, c’est la différence entre un passionné et un simple utilisateur. Une Golf n’a rien d’exceptionnel, même en cab’. D’ailleurs je ne comprends même pas sa présence ici puisqu’elle n’est pas contemporaine de cette Triumph.

beniot9888
Invité

Ah… Revoilà la différence entre les « vrais » passionnés et les autres (les faux, sans doute ? Par défaut, on peut aussi dire « les autres »)

Papy Castor
Invité

Sacré piège à filles ces Triumph,stationnées devant les drugstores……

C’était plus simple avant.

wpDiscuz