Accueil Chery Fun: les 6 dégrés de séparation de la Fiat Seicento… Avec elle-même

Fun: les 6 dégrés de séparation de la Fiat Seicento… Avec elle-même

238
12
PARTAGER

Le principe des degrés de séparation est de partir d’un modèle vers un autre modèle, via des véhicules directement liés. Ainsi, en partant de la Fiat Seicento, on peut traverser 4 continents… Et revenir à notre point de départ.

Arrivée fin 1998, la Seicento est l’une des Fiat les plus discrètes. Elle n’était qu’une version reliftée de la Cinquecento, qui n’avait elle-même rencontrée qu’un demi-succès.

La Seicento était censée être une voiture « fun ». Néanmoins, elle était trop austère et trop carrée pour cela.

Au salon de Genève 1993, Giugiaro avait proposé sa propre remplaçante de la Seicento, la Lucciola. Basée sur la Cinquecento, elle était motorisée par un bicylindre diesel. Elle était surtout plus rondouillarde et plus gaie que la Seicento.

Fiat hésite, avant de dire finalement « non » à Giugiaro. Mais le designer Italien est malin: c’est lui, le propriétaire de la Lucciola et non Fiat.

Puisque le constructeur Italien n’en veut pas, il va proposer son concept à d’autres. Daewoo souhaite justement remplacer sa citadine Tico (une Alto rebadgée.) Kim Woo Choong, PDG de Daewoo, a vu la Lucciola au salon de Genève et il a lui-même poussé à ce que le constructeur la produise.

Guigiaro présente la Daewoo D’Arts, au salon de Séoul 1997, suivi par la Matiz de série, en 1998. Notez au passage qu’elle a gagné deux portes supplémentaires.

En 1999, Daewoo fait faillite. Le Chinois Chery veut racheter l’outillage de la Matiz. En 2001, GM reprend le constructeur Coréen, qui garde la Matiz. Néanmoins, Chery a pu récupérer de nombreux plans, acheter des voitures complètes et recruter des ingénieurs de la firme.

Ainsi, en 2003, elle peut lancer la fabrication d’un clone, la QQ. En 2005, alors que Chery veut débarquer aux Etats-Unis, GM tente sans succès de faire interdire la fabrication de la QQ.

L’homme qui voulait vendre des Chery aux USA, c’est Malcolm Bricklin. Ce dernier a toujours de grandes ambitions. Il convoque Bertone, Giugiaro et Pininfarina et leur demande de relooker les Chery.
Giugiaro (encore lui!) conçoit ainsi une citadine sur la base de la QQ (mais disposant d’une plateforme rallongée.)

Bricklin n’a pas été aussi rusé que Giugiaro l’a été en 1993. Le deal avec Chery fait long feu, mais le constructeur Chinois garde les modèles.
La QQ « LWB » relookée par Bertone prend le nom de code « S12 », avant d’entrer en production, en 2007. La version de série s’appelle A1 (alias Kimo, Face ou Fresh, sur certains marchés.)

A la même époque, Chrysler cherche désespérément des modèles des segments A et B. Il se rapproche de Chery et envisage un partenariat: en Amérique du Sud, il vendrait des Chery rebadgées sous le marque Dodge.
En 2008, Chrysler teste ainsi la Dodge Breeze, une Chery A1 avec de nouveaux logos.

L’alliance Chrysler-Chery se transforme en eau de boudin.
Selon Chrysler, la finition des Chery était minable et il était hors de question de les vendre en l’état.
Selon Chery, Chrysler, en faillite, n’avait pas les moyens de lancer de nouveaux modèles.

Le sauveur de Chrysler fut Fiat. Le constructeur Italien est désormais le premier actionnaire du « troisième grand ».
Dans le cadre de ce rachat, Chrysler commence à distribuer la Fiat 500 aux Etats-Unis:

Et devinez quel modèle remplace la Fiat 500? La Seicento!

N.D.L.A.: il s’agit d’un remplacement de fait. Sur certains marchés, la Seicento fut vendue jusqu’en début d’année, alors que la 500 est présente depuis 2008.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz