Accueil Général Super GT 2009 – 5 : la malédiction de Sugo vaincue par...

Super GT 2009 – 5 : la malédiction de Sugo vaincue par Tréluyer et Motoyama

64
0
PARTAGER

En 15 ans de championnat GT japonais, Nissan n’avait jamais réussi à s’imposer à Sugo. La quinzième année fut la bonne, puisque Benoît Tréluyer a franchi en vainqueur la ligne d’arrivée de l’édition 2009 sur la Nissan GT-R no1 partagée avec Satoshi Motoyama après une course marquée par des conditions changeantes qui ont rendu la gestion des pneus primordiale. Avec cette deuxième victoire de la saison l’équipage Nismo prend la tête du championnat avec quatre épreuves restant à disputer.

Qualifications : La GT-R Hasemi encore devant

Le circuit de Sugo est habituellement favorable à la Honda NSX et l’on pensait que cette année, même si les Honda sont quelque peu à la peine depuis le début de saison, on verrait les NSX un peu plus en verve. Mais à l’issue des essais qualificatifs, seule la no18 du team Rockstar Dome avait pu rester dans la première moitié du tableau. De fait, ce sont une nouvelle fois les Nissan GT-R qui semblaient le plus à l’aise, et en particulier la no3 du team Hasemi Sport qui signait aux mains de Ronnie Quintarelli la pole position sur la lancée de sa victoire à Sepang. Sous le soleil qui chauffait la piste de Sugo samedi après-midi, les Michelin marchaient parfaitement et permettaient à Quintarelli de devancer le deuxième de plus d’une demi-seconde, la Lexus no6 Eneos de Daisuke Ito qui est toujours rapide mais a eu un début de saison frustrant. La seconde ligne était toute Nissan, avec la GT-R no24 du team Kondo HIS devant la no1 du team Motul Autech Nismo.

En GT300, les différentes séances jusqu’à la qualification se sont résumées entre un mano a mano entre la Porsche no33 du team Hankook, que l’on avait plus vu depuis la seconde manche à Suzuka, et la Ferrari F430 Daishin no81, deux voitures à la configuration proche du FIA GT2. A l’issue du Super Lap, c’est la Ferrari orange qui s’installe en pole grâce à un bel effort de Takayuki Aoki. La Porsche, qualifiée par Masami Kageyama, devançait la Garaya de Shinichi Takagi toujours aux avant-postes malgré un lest important dû à sa position de tête au classement du championnat de la catégorie.

GT500 : Tréluyer/Motoyama maîtrisent les éléments

Le départ s’effectuait sous le soleil malgré un horizon plein de gros nuages noirs, et Ronnie Quintarelli sur la GT-R Hasemi prenait la tête. Il ne pouvait toutefois s’éloigner vraiment et menait un groupe compact composé de la Lexus Eneos no6, la GT-R HIS no24 et la GT-R Motul no1. Au dixième tour, alors que les hommes de tête trouvaient sur leur route le trafic des GT300 les plus lentes, Bjorn Wirdheim sur la Lexus Eneos réussissait à passer Quintarelli et prenait le large. Derrière lui, Quintarelli souffrait de plus en plus au fur et à mesure que ses Michelin perdaient leur efficacité à cause d’une température de plus en plus fraîche, la pluie s’approchant à vue d’oeil. Au 26ème tour les premières gouttes tombaient gentiment alors que les écuries préparaient les ravitaillements. Que faire ? Rentrer vite, rester en piste ? Pneus pluie, intermédiaires ? La Lexus de tête optait pour des pluie alors que Nismo montait des intermédiaires. Ce choix allait s’avérer la clé de la victoire. La pluie s’intensifiait jusqu’à la mi-course et Tréluyer, qui avait remplacé Motoyama sur la GT-R Nismo, faisait de son mieux pour ne pas perdre trop de temps sur la Lexus de tête pilotée par Daisuke Ito, mais lorsque la pluie s’arrêtait aux deux tiers de l’épreuve et à mesure que la piste s’asséchait les intermédiaires de la GT-R s’avéraient beaucoup plus rapides que les pluies de la voiture de tête. Benoît passait Ito à l’extérieur du virage 1 et s’envolait jusqu’au drapeau à damiers alors que Ito voyait la belle course de la Lexus tomber en ruine quand, incapable d’aller plus vite sur des pneus de plus en plus dégradés, il se faisait passer par La Lexus SARD no39 de Kohei Hirate et deux NSX. La seconde, la no18 conduite par Kogure passait la no100 Raybrig dans le dernier tour pour compléter le podium.
Sébastien Philippe sur la GT-R Impul no12 est 8ème après un drive-trough suite à un accrochage avec Yuji Tachikawa sur la Lexus no38, et Loïc Duval sur la NSX Epson no31 termine 11ème.

A noter que par une coïncidence désagréable avec les accidents de ces dernières semaines la Lexus TOM’S no36 a été frappée par une roue baladeuse échappée d’un autre concurrent qui heureusement n’a pas fait d’autres dégâts qu’un capot avant bien enfoncé.

GT300 : Kageyama/Kinoshita et les pneus magiques

Comme en GT500, c’est la monte pneumatique qui a fait le gros du travail pour les vainqueurs, la Porsche Hankook no33, et causé la défaite de la Ferrari no81 qui avait pourtant mené depuis la pole une bonne partie de l’épreuve jusqu’à ce que la piste sèche après l’averse. Alors que les pneus pluie de la Ferrari à l’agonie la faisait paraître sur de la glace, les gommes du manufacturier coréen de la Porsche ne semblaient pas souffrir sur le sec et la Porsche revenait et passait la ligne en tête devant la Shiden no2 et une autre Ferrari, la 11 du team Jim Gainer.

Au championnat, Motoyama/Tréluyer bénéficient de la déroute des autres prétendants et font le grand saut depuis la sixième position pour se retrouver en tête du classement général devant Wakisakia/Lotterer et Oliveira/Ara. Les écarts restent cependant faibles.

Prochaine épreuve, la plus longue du calendrier, avec les 700 km de Suzuka les 22 et 23 Août.

Classement GT500
1. 1 MOTUL AUTECH GT-R Satoshi Motoyama / Benoît Tréluyer
2. 39 DUNLOP SARD SC430 André Couto / Kohei Hirate
3. 18 ROCKSTAR DOME NSX Ryo Michigami / Takashi Kogure
4. RAYBRIG NSX Yuji Ide / Shinya Hosokawa
5. 6 ENEOS SC430 Daisuke Ito / Bjorn Wirdheim

Classement GT300
1. 33 HANKOOK PORSCHE Matsuhiro Kinoshita / Masami Kageyama
2. 2 APPLE K-ONE Shiden Hiroki Katoh/Hiroki Yoshimoto
3. 11 JIM GAINER ADVAN F430 Tetsuya Tanaka/Katsuyuki Hiranaka
4. 81 DAISHIN ADVAN Ferrari Takayuki Aoki/Tomonobu Fuji
5. 19 WedsSport IS350 Manabu Orido/Tatsuya Kataoka

Classement championnat après 5 épreuves
1 1 Satoshi Motoyama/Benoît Tréluyer 43 pts
2 36 Juichi Wakisaka/Andre Lotterer 39 pts
3 24 JP de Oliveira/Seiji Ara 37 pts
4 8 Ralph Firman/Takuya Izawa 33 pts
5 18 Ryo Michigami/Takashi Kogure 32 pts

Crédit images : Super GT Association, Honda, Toyota, Nissan

Lire également:
Super GT 2009 – 4 : Une GT-R s’impose à Sepang, mais pas celle qu’on attendait
Super GT 2009 – 3 : victorieux sur le Fuji Speedway, les champions 2008 reviennent dans la course au titre
Super GT 2009 – 2 : Lexus et Tachikawa in extremis à Suzuka
Super GT 2009 – 1 : La GT-R du Kondo Racing s’impose à Okayama

211912211916211919211922211925211928

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz