Accueil Sport auto Super GT 2009 – 2 : Lexus et Tachikawa in extremis à...

Super GT 2009 – 2 : Lexus et Tachikawa in extremis à Suzuka

60
1
PARTAGER

Si le sport auto avait existé à son époque, Monsieur de la Palice l’aurait couché dans ses écrits : une course n’est jamais terminée avant que le drapeau à damiers ne s’abaisse. La deuxième épreuve du Super GT 2009, disputée sur un circuit de Suzuka flambant neuf, en a été l’illustration parfaite. Alors que la course paraissait promise à la Nissan GT-R no1, les sept derniers tours ont tout changé et c’est la Lexus SC Zent Cerumo no38 d’un Yuji Tachikawa en forme olympique qui s’est imposée.

Qualification : La GT-R no1 reprend son rang

La Lexus argent du team Cerumo s’était déjà mise en valeur lors de la première épreuve à Okayama le mois dernier, mais avait dû rentrer dans le rang pendant la course du fait d’une mauvaise stratégie. On la savait rapide, et on l’attendait à Suzuka, même si le circuit qui accueillera la F1 à nouveau à la fin de la saison, resurfacé sur la moitié du tracé, comportait beaucoup d’inconnues. Le Super GT est la première épreuve depuis la réouverture il y a une semaine et personne ne savait vraiment comment les voitures et les pneus allaient s’y comporter. La séance libre de samedi matin apportait les premières réponses: les Lexus y étaient bien, les GT-R aussi et les NSX marquaient un peu le pas. La séance qualificative confirmait la tendance mais on retrouvait un bel assortiment pour les huit meilleures sélectionnées pour le Super Lap : 3 GT-R, 3 NSX et 2 Lexus. C’est Satoshi Motoyama qui signait nettement la pole sur la GT-R Motul no1 du team Nismo devant Yuji Tachikawa sur la Lexus Zent no38, Ronnie Quintarelli sur la GT-R Tomica Ebbro no3 du team Hasemi et André Lotterer sur la Lexus TOM’S no36. En GT300, la première ligne était monopolisée par deux autos proches du GT2 européen que le changement de réglementation pour 2009 a remis dans la course : la Porsche Hankook no33 de Masami Kageyama devant la F430 Daishin Advan de Takayuki Aoki.

GT500 : Coup de théâtre de dernière minute

Contrairement à la course d’Okayama, c’était sous un temps quasi-estival que le départ était donné, et Satoshi Motoyama sur la GT-R no1 prenait immédiatement la tête de la course devant Richard Lyons sur la Lexus no38. La Nissan faisait mine de s’échapper mais Lyons revenait une fois le rythme pris et se faisait pressant, ne pouvant toutefois pas inquiéter un Motoyama très zen qui ne commettait aucune erreur susceptible d’offrir une opportunité à Lyons. Occupés à leur bataille, les deux hommes voyaient recoller Lotterer sur la Lexus TOM’s no36 et Matsuda sur la GT-R Impul no12 qui paraissait à l’aise contrairement à la GT-R Hasemi no3 de Quintarelli dont les Michelin paraissaient souffrir plus que les Bridgestone des voitures de tête. Les écarts restaient minimes jusqu’à la mi-course, quand les voitures effectuaient leur ravitaillement et changement de pilote.

A ce moment, les performances des mécanos des uns et des autres changeaient quelque peu la donne. Si la manoeuvre se passait particulièrement bien pour la GT-R no1 et la Lexus no36, la Lexus Zent restait ce qui semblait une éternité au stand et quand Tachikawa reprenait la piste, il avait laissé passé la seconde Lexus, la GT-R Calsonic no12, désormais aux mains de Sébastien Philippe, et la première NSX, la no100 du team Raybrig Kunimitsu. Pendant que Benoît Tréluyer caracolait en tête aux commandes de la GT-R Nismo, augmentant sans forcer son avance sur la Lexus Petronas en seconde position, Tachikawa, ayant passé la NSX à l’extérieur du 130 R, une manoeuvre toujours spectaculaire, était revenu dans les roues de Sébastien Philippe et passait de longs tours à essayer de passer le Français qui résistait vaillamment malgré une voiture nettement moins rapide. Tachikawa finissait par trouver la faille et s’employait dès lors à recoller à la Lexus no36 lorsque l’impensable se produisait. A sept tours du but, la voiture de tête, victime d’une crevaison lente du pneu arrière droit, se voyait rattraper par ses poursuivants !

La Lexus no36 de Wakisaka passait Benoît sans coup férir et Tachikawa, revenu comme une fusée, faisait de même à la chicane après s’être frotté un peu fort à la Nissan dans le 130 R, ce qui devait d’ailleurs une pénalité automatique de 27 secondes à Tréluyer comme le veut le nouveau réglement. Au tour suivant, Tachikawa passait Wakisaka dans la chicane et prenait la tête à 3 tours de la fin, juste au moment où un accrochage entre la no3 et la no 100 envoyait la GT-R de Yasuda dans les barrières à la chicane. Deux autres voitures arrivant juste derrière devaient à leur tour se planter dans les protections du bord de la chicane pour éviter l’obstacle et la direction de course envoyant fort logiquement en piste le safety car. La course se terminait ainsi derrière la voiture de sécurité et Tachikawa remportait l’épreuve, reprenant à Motoyama le record du nombre de victoires en Super GT, avec désormais un total de 11. La seconde marche du podium revenait à Lotterer et Wakisaka sur la Lexus TOM’S no36 et la troisième à une opiniâtre GT-R Impul no12 de Tsugio Matsuda et Sébastien Philippe qui réalise après la quatrième position à Okayama une nouvelle bonne performance.

Un mot sur Loïc Duval qui a passé un week-end frustrant dans la NSX no32. 9ème des essais, aux portes du Super Lap, il termine également 9ème de la course avec son jeune coéquipier Yuki Nakayama. Les pneus Dunlop, pas assez performants sur le revêtement très abrasif de la nouvelle piste, ne lui ont pas permis de suivre le rythme des meilleurs.

GT300 : Une Porsche en vadrouille

La Porsche Hankook, à l’image de la GT-R no1, décollait impeccablement de sa pole position et s’embarquait pour une course en solitaire, jamais inquiétée par ses poursuivants. La Ferrari orange no81, par contre, ne pouvait suivre le rythme et devait laisser passer la RX-7 Amemiya no7 et la Nissan 350Z championne 2008, la 46 du team Mola, une autre Ferrari F430, la no11 du team Jim Gainer, et l’inévitable Garaiya no43.

Contrairement à la catégorie supérieure, c’était un jour sans pour le clan Lexus Toyota, dont le meilleur représentant Manabu « Max » Orido sur la Lexus IS350 Wedssport no19 se faisait remarquer en début de course avec un tête à queue en pleine piste dans le 130 R façon patinage artistique, reprenant la course sans rompre le mouvement dès que la Lexus retrouvait le bon sens à l’issue de son 360 degrés. Du grand art. La Porsche Hankook franchissait bien entendu la ligne en tête, signant la première victoire japonaise du manufacturier coréen et installant la Porsche parmi les favoris de la saison.

Championnat : Tachikawa/Lyons seuls en tête

L’équipage des vainqueurs de la première course à Okayama, De Olivera et Ara, ne pouvant faire mieux que la huitième position à Suzuka, c’est Tachikawa et Lyons qui prennent la tête du championnat avec 25 points. Ils seront donc pénalisés de 50 kg de lest à la prochaine course à Fuji dans deux semaines, selon le nouveau barême 2009. Michigami et Kogure sur la NSX no18 Dome/Rockstar sont troisièmes. Une Lexus, une GT-R et une NSX, le championnat s’annonce équilibré. On le vérifiera dès le 3 mai.

300 km de Suzuka, 19 avril 2009

Classement GT500
1. 38 ZENT CERUMO SC430 Yuji Tachikawa/Richard Lyons
2. 36 PETRONAS TOM’S SC430 Jyuichi Wakisaka/Andre Lotterer
3. 12 IMPUL CALSONIC GT-R Tsugio Matsuda/Sebastien Philippe
4. 6 ENEOS SC430 Daisuke Ito/Bjorn Wirdheim
5. 18 ROCKSTAR DOME NSX Ryo Michigami/Takashi Kogure

Classement GT300
1. 33 HANKOOK PORSCHE Mitsuhiro Kinoshita/Masami Kageyama
2. 7 M7 MUTIARA MOTORSAMEMIYASGC Nobuteru Taniguchi/Ryo Orime
3. 46 S Road MOLA Z Kazuki Hoshino/Masataka Yanagida
4. 11 JIMGAINER ADVAN F430 Tetsuya Tanaka/Katuyuki Hiranaka
5. 43 ARTA Garaiya Morio Nitta/Shinichi Takagi

Championnat après deux épreuves
1. 38 Yuji Tachikawa/Richard Lyons
2. 24 J.P.L.de Oliveira/Seiji Ara
3. 18 Ryo Michigami/Takashi Kogure
4. 12 Matsuda Tsugio/Sebastien Philippe
5. 36 Jyuichi Wakisaka/Andre Lotterer

Crédit images : Super GT Association, Honda, Toyota, Nissan

Lire également:
Super GT 2009 – 1 : La GT-R du Kondo Racing s’impose à Okayama

186935186965186944186953186959186968186977186980186938186962

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz