par Thibaut Emme

Nissan Deltawing : Batman au départ des 24h du Mans

La Nissan DeltaWing est de ces projets complètement fous dont on se dit "ça ne marchera jamais". Et pourtant après près de 2 ans de développement et de tractation avec l'ACO, la Nissan DeltaWing va participer à la plus mythique des courses d'endurance au monde, les 24 heures du Mans qui se dérouleront les 16 et 17 juin prochains.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Afin de préparer au mieux sa participation à l'épreuve mancelle, la Nissan DeltaWing était en séance d'essai sur le circuit de Nevers-Magny-Cours vendredi 4 mai. Pour l'occasion, tous les acteurs du projet étaient réunis pour répondre à nos questions : le manufacturier de pneumatique Michelin, le motoriste Nissan, Don Panoz et bien entendu le Highcroft Racing.

La DeltaWing détonne par son physique atypique. Très fine à l'avant et large à l'arrière, la DeltaWing fait immanquablement penser à une batmobile dans sa livrée noire - qui devrait être celle du Mans - bien que certains la compareront sans doute avec le fameux avion furtif américain SR-71 Blackbird. Lorsque le moteur s'ébroue, le bruit s'échappant par le 4-en-1 complètement libre vous prend aux tripes. La voiture s'élance, hoquette et disparait au bout de la ligne des stands.

En piste, l'impression visuelle d'un avion est renforcée. Très basse, et fine, la silhouette de la DeltaWing semble flotter à quelques centimètres et virevolter de virages en virages. Vu le poids très contenu, le couple permet à la voiture de se relancer en sortie de virage et d'aller le plus vite possible au suivant. Lorsqu'elle s'éloigne, la DeltaWing montre encore toute son extravagance se résumant pratiquement à un diffuseur aérodynamique.

La présence, dans le stand voisin, du prototype LMP1 Toyota TS030 nous a permis de bien faire la différence entre les deux mondes. La Toyota parait énorme à coté de la DeltaWing et bien que l'on sache pertinemment qu'elle va plus vite sur un tour, la TS030 semble "pataude" là où la Nissan-DeltaWing semble agile.

Se contentant d'un 4 cylindre compressé, la DeltaWing est compacte. Sa silhouette interpelle par l'absence de ces immenses ailerons/pelles qui caractérisent habituellement les prototypes de course. Un autre détail interpelle l'habitué de sport-auto, les disques de frein à l'avant sont plus petits que ceux de l'arrière.

Le projet DeltaWing est né de l'imagination délurée de Ben Bowlby en 2008 qui ambitionnait de répondre à l'appel à projet pour les nouvelles monoplaces d'IndyCar. Il fut refusé par l'IndyCar mais n'est pas passé inaperçu avec son look original et surtout sa philosophie innovante. Le principe fondateur de la DeltaWing est de tout diviser par 2, le poids, la trainée et les frottements, la puissance et donc la consommation. Oui mais voilà, un projet aussi novateur soit-il sans personne pour y croire est un projet mort.

Heureusement pour Ben Bowlby, sa route a croisé celle de la légende vivante Don Panoz qui a vu tout de suite le potentiel de la voiture. Grâce à son entregent et à son palmarès qui parle pour lui, Don Panoz a su convaincre l'ACO d'accorder du crédit au projet DeltaWing et plus fort que tout à réserver le 56ème garage de l'épreuve de 2012 à un projet innovant et "vert". La DeltaWing avec sa philosophie de tout diviser par 2 sauf les performances a fait mouche et occupera donc le garage numéro 56 pour ce monument du sport auto que sont les 24 heures du Mans.

Lire également : Nissan DeltaWing - les acteurs nous parlent du projet

Source et photos : TE/Le Blog Auto (tous droits réservés)

Pour résumer

La Nissan DeltaWing est de ces projets complètement fous dont on se dit "ça ne marchera jamais". Et pourtant après près de 2 ans de développement et de tractation avec l'ACO, la Nissan DeltaWing va participer à la plus mythique des courses d'endurance au monde, les 24 heures du Mans qui se dérouleront les 16 et 17 juin prochains.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.