par Joest Jonathan Ouaknine

Byd veut vendre ses électriques en Corée du Sud

Après les Etats-Unis, Byd pose un orteil en Corée du Sud. La stratégie est toujours la même : vendre des électriques aux flottes et plus, si affinités...

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Après les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Japon, Byd pose un orteil en Corée du Sud. La stratégie est toujours la même : vendre des électriques aux flottes et plus, si affinités...

En mars 2015, Byd débarque avec un bus K9 et un taxi e6 400 à l'EV Expo de Jeju. Il y est le seul exposant chinois. Pour cette première sur le sol Coréen, Byd se veut optimiste. Il espère pouvoir exporter des véhicules dés la fin de l'année. Il se trouve un partenaire local, le chimiste KCC.

Un an après, les deux véhicules sont toujours en cours d'homologation auprès du ministère de l'environnement et de la Korea Transportation Safety Authority’s Korea Automobile Testing, Research Institute (KATRI.) KCC estime qu'en fin d'année, les véhicules seront dûment homologués.

L'e6 400 est une évolution du monospace électrique avec une autonomie annoncée de 400km. Le soucis, c'est que la Corée du Sud subventionne les véhicules mettant moins de 10 heures pour se recharger complètement. Or, il a besoin de 13 heures et sans aides gouvernementales, il sera compliqué de l'écouler sur le marché Sud-Coréen.

Ca s'est mieux passé en Corée du Nord, où il a exporté des invendus à l'insu de son plein gré.

Crédit photo : Byd

Pour résumer

Après les Etats-Unis, Byd pose un orteil en Corée du Sud. La stratégie est toujours la même : vendre des électriques aux flottes et plus, si affinités...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.