Pièces auto : tous pour la libéralisation
par Thibaut Emme

Pièces auto : tous pour la libéralisation

Le débat sur le prix des pièces automobiles et sur la possible ouverture à la concurrence de ce marché pour le moment chasse gardée des constructeurs fait rage depuis quelque temps maintenant. Dernier épisode en date, la création d'un collectif regroupant des consommateurs mais également des professionnels de la filière pour réclamer la tant attendue libéralisation.

Zapping Le Blogauto Essai DS3 E-Tense 2023

Le débat sur le prix des pièces automobiles et sur la possible ouverture à la concurrence de ce marché pour le moment chasse gardée des constructeurs fait rage depuis quelque temps maintenant. Dernier épisode en date, la création d'un collectif regroupant des consommateurs mais également des professionnels de la filière pour réclamer la tant attendue libéralisation.

Le verdict de l'ADLC (Autorité de la concurrence) ne devrait pas tarder à tomber dans cet épineux dossier sur la libéralisation des pièces détachées. Constatant une hausse de 8% en euros constant l'ADLC avait ouvert une enquête ainsi qu'une consultation publique qui devrait aboutir avant la fin du mois. Face aux constructeurs qui mettent en avant l'emploi (donnée très sensible en ce moment) et la sécurité de pièces d'origine les professionnels de la filière mais également les associations de consommateurs se sont fédérés au sein de "Libère mon auto".

La guerre est déclarée et le moins que l'on puisse dire est que 'Libère mon auto' ne fait pas dans le politiquement correct : "A quelques semaines de la publication du second avis de l'Autorité de la concurrence, (...) les membres de la plateforme +Libère mon Auto+ dénoncent la véritable campagne d'intimidation et de mystification orchestrée par les constructeurs contre l'ADLC. Ayant comme seul objectif de maintenir une anormale rente de monopole, les représentants des constructeurs et de leurs réseaux tentent à présent d'intimider l'ADLC en introduisant un recours devant le Conseil d'Etat contre son premier diagnostic courageux, objectif et argumenté".

Reste à savoir maintenant si l'ADLC demandera la libéralisation des pièces détachées ce qui constituerait théoriquement une bonne nouvelle pour les particuliers qui verront les prix chuter comme ce fut le cas en Angleterre ou en Italie, mais également une mauvaise nouvelle pour les constructeurs qui seront obligés de partager l'énorme gâteau avec les autres acteurs de la filières (carrossiers, artisans, distributeurs, etc.) ou si l'Autorité repoussera à des jours plus calme cette décision que tous nos voisins européens ou presque (11) ont déjà adoptée.

Lire également : Vers un contrôle technique annuel ?

Budget auto +4% en 2011

Source : Libère mon auto, Photo : VW

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Le débat sur le prix des pièces automobiles et sur la possible ouverture à la concurrence de ce marché pour le moment chasse gardée des constructeurs fait rage depuis quelque temps maintenant. Dernier épisode en date, la création d'un collectif regroupant des consommateurs mais également des professionnels de la filière pour réclamer la tant attendue libéralisation.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.