par Joest Jonathan Ouaknine

Une Corvette rarissime au fond d'un garage

Voici une drôle d'histoire de voitures sorties de grange. Rick Impallaria savait qu'il y avait une Corvette C3 parmi les voitures laissées par son ancien locataire. Ce n'est pas une découverte stricto sensu. En revanche, ce qu'il ne savait pas, c'est que cette Corvette était un modèle très rare.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Voici une drôle d'histoire de voitures sorties de grange. Rick Impallaria savait qu'il y avait une Corvette C3 parmi les voitures laissées par son ancien locataire. Ce n'est pas une découverte stricto sensu. En revanche, ce qu'il ne savait pas, c'est que cette Corvette était un modèle très rare.

Retour au début des années 60. Joel Rosen est copropriétaire d'une station service Sunoco à Baldwin, près de New York. Il décide de transformer le local le local en atelier de préparation, sous le nom de "Motion Performance".

Pour la fourniture de voitures, il s'associe au concessionnaire Chevrolet du coin (qui porte le nom très original de "Baldwin Chevrolet".)

Ensemble, ils transforment des muscle-cars Chevy en monstre de puissance. Baldwin Motion est né.

John Greenwood est un pilote-propriétaire d'écurie, qui engage des Corvette en endurance.

Au salon de Detroit 1974, il dévoile un châssis de course avec une peau de Corvette boursouflée.

La Corvette Greenwood est passée quasiment inaperçue (elle ne débutera en course qu'en 1975.) Les rares commentaires sont plutôt moqueurs. Néanmoins, Rosen y voit une opportunité.

Baldwin Motion a déjà construit plusieurs Corvette avec des kits carrosseries. Rosen songe donc à un nouveau kit, inspirée par Greenwood: la Can-Am Spyder.

Evidemment, le moteur et les trains roulants sont à l'avenant.

Parmi les acheteurs de Can-Am Spyder, il y a un joueur de baseball en fin de carrière, Dick Green.

Notez que Green joue à Oakland, en Californie. C'est dire si la réputation des Baldwin Motion dépasse la cote Est...

Hélas, la Can-Am Spyder est le champ du cygne de Baldwin Motion.

Cette même année 1974, Baldwin Chevrolet ferme ses portes, victime de la crise du pétrole.

Rosen veut poursuivre l'aventure seul, en proposant une Chevrolet Vega, sur laquelle il a enlevé le pot catalytique. L'Agence US de Protection de environnement n'apprécie pas la manœuvre et il lui interdit de commercialiser sa voiture.

Motion Performance vivote dans les années 80, jusqu'à ce que Rosen prenne sa retraite en Floride.

Baldwin Motion a été ressuscité en 2005, mais l'entreprise n'a plus grand chose à voir, malgré la présence de Rosen.

Revenons à Dick Green. Les Oakland Athletic's décident de le mettre sur la touche en 1975. L'homme disparait des écrans de radar, puis il tente de s'établir comme carrossier dans le Maryland.

Le business fait long feu et Green disparait, laissant derrière lui quelques épaves, dont la Corvette.

Rick Impallaria, le propriétaire des lieux, la prend d'abord pour un jackytuning. Mais en cherchant sur internet, il découvre que c'est en fait une très rare Baldwin Motion Can-Am Spyder.

Il l'a revendue à quelqu'un qui a juré de la restaurer. Esperons donc que l'ex-voiture de Green ressemblera un jour à ceci:

Source:

CorvetteReport.com

Crédit photos: CorvetteReport (photos 1 et 7), Baldwin Motion (photos 2, 4, 6 et 8), Greenwood (photo 3) et DR (photo 5)

A lire également:

Une Corvette légendaire à vendre

Le conducteur du jour: Nitro style

Pour résumer

Voici une drôle d'histoire de voitures sorties de grange. Rick Impallaria savait qu'il y avait une Corvette C3 parmi les voitures laissées par son ancien locataire. Ce n'est pas une découverte stricto sensu. En revanche, ce qu'il ne savait pas, c'est que cette Corvette était un modèle très rare.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.