par Elisabeth Studer

Stellantis/conflit Russie-Ukraine : même pas mal, vraiment ?

Si Stellantis - issu de la fusion de FIAT Chrysler Automobiles (FCA) et du groupe français PSA - tente de minimiser l’impact du conflit entre Russie et Ukraine sur ses activités, il n’en demeure pas moins que la réalité pourrait s’avérer quelque peu différente.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

En effet, après une période de sous-capacité pour l'usine PSA de Kalouga, Stellantis a changé de stratégie en faisant de ce site l’une des plaques exportatrices du groupe.

Pas d’impact significatif selon Stellantis

Alors que Stellantis exploite une usine à Kalouga, en Russie, qui produit des véhicules Citroën et Peugeot, un de ses porte-paroles a déclaré que ses activités en cours en Russie n'avaient "aucun impact significatif" sur ses opérations mondiales.

«Nous surveillons attentivement la situation en temps réel en pensant au bien-être de nos employés, de nos installations et de nos lignes d'approvisionnement. Et si nécessaire, nous prendrons les mesures appropriées dans l'intérêt de nos employés », a déclaré Stellantis dans un communiqué.

Tavares évoque un transfert de production hors Russie

Reste que le Wall Street Journal – WSJ - citant des propos de Carlos Tavares, patron du groupe, indiquait la semaine dernière – la veille de l’invasion de l’Ukraine par la Russie - que Stellantis envisageait le transfert de la production hors du territoire russe en cas de circonstances négatives dues aux sanctions.

« Stellantis est prêt à déplacer ou à limiter la production en Russie si les sanctions occidentales perturbent ces opérations », avait ainsi déclaré mercredi le DG du constructeur automobile, signe de la façon dont l'industrie automobile gérait alors les retombées de la décision du président russe Vladimir Poutine de reconnaître deux régions séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

L'usine PSMA Rus : principal actif de Stellantis en Russie

L'usine PSMA Rus est le principal actif de production du groupe Stellantis en Russie, qui opère dans la zone industrielle de Rosva à Kalouga, fabriquant des automobiles selon le mode cycle complet depuis 2012. Environ 550 millions d'euros ont été investis dans le projet, dans lequel Stellantis détient une participation de 70% de Stellantis, les 30% restants appartenant à Mitsubishi.

L'usine fabrique des Peugeot 408 et des Citroën C4, ainsi que des utilitaires légers de Peugeot, Opel et Citroën, ainsi que des fourgons mini et compacts Peugeot Partner, Citroën Berlingo et Opel Combo. Mitsubishi assemble pour sa part des SUV dans les installations de PSMA Rus.

Selon le WSJ, Tavares avait précédemment déclaré qu'il n'était pas encore sûr des effets potentiels des sanctions sur la production de Stellantis à l'usine de Kaluga.

La production de Kaluga doublée en 2021

Comme le rappelle le WSJ, la production a doublé à l'usine de Kaluga en 2021, atteignant 11 000 VUL . Après une période où l'usine de Kalouga était en sous-capacité, Stellantis a changé de stratégie en faisant de cette usine une des plaques exportatrices pour le groupe.

Dès la fin de l'année dernière, l'usine a augmenté la production d'exportation vers l'Europe de l'Ouest et a commencé l'assemblage des utilitaires du programme K9 (Peugeot Expert, Opel Vivaro et Citroën Jumpy) pour les marchés d'exportation. En outre, Stellantis a annoncé son intention de lancer la production de boîtes de vitesses manuelles en Russie en 2022, ainsi que la production pour l'exportation du Fiat Scudo.

Mais Stellantis ne compte pas s'arrêter là et souhaitait - jusqu’à la semaine dernière - développer ses gammes pour poursuivre sa croissance enregistrée ces dernières années sur le marché russe.

Les ventes russes de Stellantis en progression de 64,7 % en 2021

Selon les données de l'Association of European Business ( AEB ), les ventes de Stellantis ont augmenté de 64,7 % en Russie en 2021, pour atteindre 18 526 véhicules. Le groupe automobile ne représentant que 1.1% du marché, ses marges de progression sont donc élevées.

La pénurie de composants mais, avant tout la pénurie de main d'œuvre a toutefois restreint le volume de production, et ce, alors même que l’usine est confrontée à une forte hausse de la demande  de véhicules.

La forte croissance des ventes de Stellantis en Russie est en effet due aux fourgons Berlingo et Partner (de 2ème génération) et Citroën Jumpy ou Peugeot Expert fabriqués sur place à l'usine de Kalouga.

Stellantis souhaite multiplier les nouveaux lancements en Russie en 2022

Jusqu’à la semaine dernière, le groupe Stellantis comptait poursuivre le développement de ses marques en Russie en multipliant les nouveaux lancements cette année sur le territoire.

Citroën prévoyant le lancement de deux nouveaux modèles en 2022 dont le C5 Aircross restylé qui arrivera d'ici l'été.

La nouvelle C4 devait entrer sur le marché dès la fin 2021 mais la pénurie de composants, qui empêche l'usine de produire suffisamment pour l'Europe, a obligé de décaler le lancement de la troisième génération en fin d'année 2022.

Opel projette quant lui d’ importer le Grandland restylé, dont la version hybride 300 chevaux ainsi que la nouvelle Astra en fin d'année.

Jeep lancera, de son côté, le Compass restylé ainsi que le Grand Cherokee et sa version rallongée Grand Cherokee L.

sources : WSJ, Stellantis

Pour résumer

Si Stellantis - issu de la fusion de FIAT Chrysler Automobiles (FCA) et du groupe français PSA - tente de minimiser l’impact du conflit entre Russie et Ukraine sur ses activités, il n’en demeure pas moins que la réalité pourrait s’avérer quelque peu différente.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.