par Joest Jonathan Ouaknine

Salon de Shanghai 2011 Live: GAIG

Produire des voitures pour les constructeurs Européens ou Japonais, c'est bien. Mais produire ses propres véhicules, c'est mieux. Jusqu'ici, seul SAIC a réussi à construire une marque forte (Roewe-MG.) Les autres tentent à leur tour de pousser leurs véhicules "purs", à l'instar de GAIG.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Produire des voitures pour les constructeurs Européens ou Japonais, c'est bien. Mais produire ses propres véhicules, c'est mieux. Jusqu'ici, seul SAIC a réussi à construire une marque forte (Roewe-MG.) Les autres tentent à leur tour de pousser leurs véhicules "purs", à l'instar de GAIG.

Il y a 3 ans, le Guangzhou Automobile Group (GAG!) marchait sur l'eau. Partenaire de Honda et Toyota, il semblait bien placer pour que ses deux joint-ventures figurent dans le top 10 (voir le top 5) Chinois. Fiat, séparé de SAIC, lui faisait les yeux doux.

Hélas, la suite fut moins rose. Lors de la mini-crise de l'automobile Chinoise de 2009, Honda et Toyota ont pris peur et ils ont gelé leurs investissements. D'où un retard qui perdure. La crise des pédales de Toyota, puis le tsunami n'ont pas arrangé les choses. Quant à Fiat, le démarrage de la joint-venture fait du surplace.

Lors du dernier salon de Guangzhou, il a présenté sa première berline, la GAC Trumpchi. Il a largement profité du partenariat avec Fiat: c'est une Alfa 166 recarrossée et disposant du 2,0l Twinspark 148ch.

Le deuxième modèle de GAC sera un SUV. A Shanghai, il brille par son absence.

Alors il meuble avec une version électrique de la Trumpchi.

GAIG avait profité de ses belles années de 2007-2008 pour faire du shopping. Il s'est ainsi offert Changfeng, un "ex-futur grand".

Changfeng avait commencé à travailler sur une berline, l'Acumen, un clone de Volvo S40. Après 2 ans de silence, l'Acumen réapparait dans un salon. Mais visiblement, le développement est loin d'être abouti et aucune date de commercialisation n'est annoncée.

Autre prise de GAIG, Gonow. Officiellement, ils n'ont fait que bâtir une joint-venture. En pratique, Gonow est mort et il faut désormais évoquer "GAC-Gonow".

Le modeste fabricant de SUV visait le bas de gamme. Il avait lancé le G5 juste avant de se faire gober. A Shanghai, GAIG présente une version revue et corrigée du G5. Pour autant, on reste à des années-lumières des standards occidentaux en terme de performance ou de finition.

Pour résumer

Produire des voitures pour les constructeurs Européens ou Japonais, c'est bien. Mais produire ses propres véhicules, c'est mieux. Jusqu'ici, seul SAIC a réussi à construire une marque forte (Roewe-MG.) Les autres tentent à leur tour de pousser leurs véhicules "purs", à l'instar de GAIG.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.