par Thibaut Emme

Peugeot stoppe les exportations vers l'Iran

Peugeot et l'Iran c'est une histoire qui remonte à longtemps mais qui a déjà connu quelques péripéties au gré de l'Histoire. La dernière en date est la décision de l'arrêt immédiat des exportations vers Téhéran que certains attribuent au nouveau partenaire américain de la marque au lion.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Le rapprochement entre le géant américain et le groupe français ne se traduit pas encore concrètement par des programmes communs, des baisses de coûts ni des hausses des volumes de vente mais par l'arrêt brutal et non prévu des exportations vers l'Iran. Peugeot n'assemblait pas directement les voitures en Iran ni n'expédiait des voitures déjà assemblées mais envoyaient des voitures en pièces détachées qui étaient assemblées en Iran par son partenaire local Iran Khodro - et ce depuis 1978 après le rachat de Chrysler Europe.

Les tensions internationales entre l'Iran et les Etats-Unis ont donc eu raison par rapport au volume de ventes non négligeable réalisé à Téhéran. Comportant des 206 et des 405, les exportations de voitures en kit représentaient 458 000 unités en 2011 soit 21% des ventes mondiales de Peugeot. Si le volume est important, cela ne représente heureusement - et cela a probablement joué - que moins de 2% du chiffre d'affaire de Peugeot. Concernant Citroën, les exportations ont cessées depuis 2010 et ne reprendront donc pas.

Si l'impact sur le chiffre d'affaire sera négligeable, ce n'est pas le cas pour l'activité de certains salariés français. En effet, cet arrêt des exportations iraniennes a mis au chômage technique partiel 12% des salariés du magasin de logistique de Vesoul. Du coté de Peugeot on affirme que les liens avec General Motors ne sont pas à l'origine de ces décisions mais qu'elles sont dues au contexte banquier qui ne permet pas d'assurer le financement des activités iraniennes. Cependant on ne peut que se poser sérieusement la question lorsque l'on sait que le groupe américain subit des pressions d'un lobby américain anti-iranien (UANI).

Cet arrêt pourrait bien profiter au groupe Renault qui continue d'assembler des Logan et espère une année 2012 encore meilleure que 2011 (93 600 unités).

Lire également : PSA - augmentation de capital réussie

General Motors - délocalisation organisée

Source : AFP via les Echos, Photo : PSA (Pars/ex-405)

Pour résumer

Peugeot et l'Iran c'est une histoire qui remonte à longtemps mais qui a déjà connu quelques péripéties au gré de l'Histoire. La dernière en date est la décision de l'arrêt immédiat des exportations vers Téhéran que certains attribuent au nouveau partenaire américain de la marque au lion.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.