par Thibaut Emme

L'Aston Martin Valkyrie à la poubelle ?

L'Aston Martin Valkyrie pourrait être victime à la fois de la Covid-19 mais aussi de difficultés de mise au point. Jusqu'à ce que le projet soit arrêté ?

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

L'Aston Martin marque, enfin marquait, le renouveau de la marque dans le sport auto de haut niveau. Au-delà de la GT en endurance, la Valkyrie, faite en partenariat avec Red Bull et Adian Newey, devait aller tâter du règlement hypercar en championnat mondial FIA WEC. Pour cela, la motorisation devait être adaptée au règlement. Mais, pour la version de route, un V12 atmosphérique d'origine Cosworth est aidé par un KERS d'origine RIMAC (nous reviendrons prochainement sur la marque Croate) pour fournir près de 1200 chevaux.

La voiture utilise énormément de carbone, et son aérodynamique est très étudiée. C'est grosso-modo une F1 bi-place et fermée avec des roues carrossées. Les "vides" sous la peau de carbone sont impressionnants.

Oui, mais voilà, la Covid-19 est passée par là et Aston Martin a changé de mains. Avec la pandémie, les difficultés financières d'AM ont explosé. Le milliardaire Canadien Lawrence Stroll a prix le contrôle de la société qui a annoncé une perte de £227m pour S1 2020 (environ 251,5 millions €). Un partenariat avec Mercedes et l'arrivée de Tobias Moers, ex-président de Mercedes-AMG plus tard, il semble que le projet WEC est rangé dans une boîte. Stroll lui préfère la Formule 1 avec Aston Martin qui fera son retour officiel en 2021 sur la grille.

Indomptable la Valkyrie ?

Mais, plus que cela, la voiture de route aurait de sérieux problèmes de développement. Certaines sources affirment que la Valkyrie a des soucis de fiabilité. Pire, elle serait difficile à conduire avec des problèmes de stabilité ou de direction. Là, deux possibilités semblent se dessiner : continuer coûte-que-coûte le projet, quitte à retarder la mise en production, ou tout arrêter et se concentrer sur ce qui peut générer du cash pour Aston Martin : le SUV DBX et les voitures "normales".

L'Aston Martin Valkyrie va-t-elle rejoindre le club des voitures ratant leur mise en production ? Un autre constructeur britannique, Jaguar, en sait quelque chose avec la superbe XJ220 dont le V12 prévu à l'origine a laissé la place à un roturier V6 biturbo. Une finition très aléatoire, des soucis de fiabilité et une homologation officielle américaine refusée ont eu raison de la carrière de la supercar.

Chez nous, Citroën a connu les affres de l'homologation de voitures de course avec l'atypique BX 4TC qui servait de base à l'homologation FIA Groupe B. Là aussi, performances décevantes, soucis de fiabilité, la marque enverra bon nombre d'exemplaires au pilon, rendant ceux qui existent encore, iconiques.

Du côté d'Aston Martin, la communication autour de la Valkyrie continue comme si de rien n'était avec des photos officielles sur route pour des tests après ceux réalisés sur circuit.

Pour résumer

L'Aston Martin Valkyrie pourrait être victime à la fois de la Covid-19 mais aussi de difficultés de mise au point. Jusqu'à ce que le projet soit arrêté ?

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.