L'UFC Que Choisir s'attaque au scandale de l'AdBlue
par Thibaut Emme

L'UFC Que Choisir s'attaque au scandale de l'AdBlue

L'association de consommateurs "UFC Que Choisir" a décidé de saisir la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et la Répression des Fraudes (DGCCRF), mais aussi la Commission européenne. A propos de quoi ? Mais de l'AdBlue.

Zapping Le Blogauto Essai de la Honda CRV, PHev 2024

L'UFC-Que Choisir a reçu 1 700 plaintes de consommateurs français à propos de problèmes rencontrés avec l'AdBlue. Ce liquide est utilisé avec les motorisations Diesel pour effectuer une dépollution des NOx (oxydes d'azote). L'AdBlue (de l'urée ultra-pure à une concentration précise dans une solution d'eau distillée NDLA) est injecté dans un filtre appelé SCR (selective catalytic reduction) et une réaction chimique transforme les dangereux NOx polluants en gaz anodins.

Ces injections permettent aux véhicules de respecter les nomes d'émissions. En effet, sans cela, les motorisations Diesel, qui créent "naturellement" des NOx, ne pourraient pas respecter les dernières normes Euro. Or, cet AdBlue impose plusieurs contraintes qui n'ont pas bien été prises en compte par les constructeurs.

Des soucis connus des constructeurs depuis des années

Par exemple il y a la cristallisation de l'AdBlue, et sa dégradation à partir de 25 °C, une température très commune sous nos latitudes. Résultat, le système peut connaître des défaillances et les véhicules affichent alors un "défaut antipollution", voire se mettent en mode dégradés "démarrage impossible dans XXX km".

Les témoignages collectés par l'UFC (1 731) semblent indiquer que les véhicules PSA sont les plus touchés par ces phénomènes. Mais, tous les constructeurs le sont, ce qui fait dire à l'association que le problème est "massif". "Les résultats démontrent, de plus, que les véhicules concernés ont été commercialisés à partir de 2013. Nous pouvons donc en conclure que les constructeurs avaient connaissance de ce problème depuis de nombreuses années" assène l'UFC Que choisir.

Toujours selon l'association, bien que mis en cause, et étant apparemment au courant des soucis potentiels de leurs systèmes, les constructeurs n'hésitent pas à faire payer le client. Les témoignages parlent d'un reste à charge d'environ 1 000 € mais qui peut dépasser les 3 000 €. Surtout, la "réparation" est souvent inefficace et le souci revient. Ces témoignages ne viennent pas que de la France. Par conséquent, l'UFC s'allie au Bureau Européen des Unions de Consommateurs (BEUC) pour alerter la Commission Européenne sur ce scandale de l'AdBlue.

Exiger la réparation gratuite et le remboursement des frais déjà payés

« Alors que les pannes liées au système d’AdBlue sont connues de longue date des constructeurs, ceux-ci ont préféré fermer les yeux et continuer de vendre ces véhicules défaillants. Il est inacceptable que des milliers de consommateurs européens n’aient d’autre choix que de débourser près de 1 000 € pour continuer à rouler, sans garantie que leur problème soit résolu » déclare Marie-Amandine Stévenin, Présidente de l’UFC-Que Choisir.

L’UFC-Que Choisir saisit donc la DGCCRF. Les objectifs de cette action sont multiples :

  • Qu’une enquête à l’échelle européenne soit lancée sur les pratiques des constructeurs autour de l’AdBlue ;
  • Qu’une décision contraignante et commune soit prise par les autorités de protection de consommateurs concernées, notamment :
  • Pour imposer aux constructeurs de remédier aux défaillances liées à l’AdBlue ;
  • Pour exiger la réparation gratuite de toute panne et la compensation des consommateurs ayant eu à financer des réparations par le passé.
  • Par ailleurs, l’UFC-Que Choisir invite de nouveau les consommateurs victimes de ces pratiques à nous faire part de leur expérience via ce formulaire.

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men Life
 

Pour résumer

L'AdBlue est utilisé pour dépolluer les motorisations Diesel et éviter l'émission des NOx (oxydes d'azote). Sauf qu'en pratique, de nombreuses pannes se produisent sur les véhicules, quelle que soit la marque. Et les constructeurs n'hésitent pas à faire payer les clients jusqu'à 1000 € ou plus. L'UFC Que choisir a décidé de saisir la DGCCRF et d'alerter la Commission Européenne sur ce nouveau scandale du Diesel.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.