par Elisabeth Studer

Dieselgate : Mitsubishi nie la fraude … et renvoie sur PSA

Après les perquisitions opérées en Allemagne dans le cadre de l’affaire du dieselgate, Mitsubishi réagit … et dément avoir fraudé.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Mitsubishi dément toute fraude

Alors que des perquisitions dans des locaux de Mitsubishi ont d’ores et déjà eu lieu il y a quelques jours en Allemagne pour trouver des éléments permettant de prouver que le constructeur a manipulé ses véhicules en vue de falsifier les valeurs des émissions polluantes, le groupe japonais a affirmé jeudi 30 janvier n’avoir commis « aucune fraude » dans le domaine.

« Aucun des moteurs fabriqués par Mitsubishi Motors n’est équipé d’un “logiciel truqué” » pour fausser le niveau de leurs émissions d’oxyde d’azote (NOx) lors de tests, a indiqué le groupe dans un communiqué.

Au vu des premières conclusions d’une enquête interne qu’il avait diligentée après ces perquisitions, Mitsubishi Motors ajoute dans son communiqué n’avoir « aucune raison de croire qu’il y a eu une quelconque fraude comme le soupçonne le parquet de Francfort ».

Le groupe automobile a précisé qu’il poursuivait son enquête interne et continuait de « coopérer entièrement » avec les enquêteurs en Allemagne.

Mitsubishi renvoie le problème sur PSA

Mitsubishi a toutefois tenu à préciser - dans un discours qui ressemble à une défense, voire à un défaussement, pour ne pas dire plus - que son moteur diesel 1,6 litre visé par les enquêteurs allemands était fabriqué par le groupe automobile français PSA, « y compris son système de contrôle ». Suivez mon regard ….

PSA a confirmé fournir des moteurs diesel à Mitsubishi

Le 22 janvier dernier, PSA a confirmé avoir fourni des moteurs diesel à Mitsubishi, sans indiquer précisément si ces motorisations étaient concernées par les investigations.

"PSA confirme avoir fourni des moteurs 1,6 litre diesel Euro 6 à Mitsubishi entre 2015 et 2018", a ainsi déclaré un porte-parole du constructeur français, affirmant qu’ils étaient « conformes à la réglementation."

PSA avait alors ajouté ignorer si ses motorisations étaient précisément concernées par l'enquête du parquet de Francfort.

"A ce stade, nous ne connaissons pas les véhicules et l'ensemble des familles de moteurs concernés dans le cadre de l'enquête en cours chez Mitsubishi", avait tenu à préciser le porte-parole de PSA.

Perquisitions du parquet de Francfort

Cette déclaration de Mitsubishi intervient alors que le 21 janvier dernier, le parquet de Francfort a fait procédé à plusieurs perquisitions sur plusieurs sites allemands, concentrant ses investigations sur Mitsubishi Motors et ses moteurs diesel 1,6 et 2,2 litres certifiés selon les normes EURO 5b et 6b.

Le bureau du procureur de Francfort avait parallèlement annoncé que Mitsubishi faisait l'objet d'une enquête pour vérifier s'il avait installé ou non sur des moteurs diesel des "defeat devices", dispositifs illégaux mis en place en vue de leurrer les contrôles d'émissions polluantes.

Notre avis, par Leblogauto.com

Bataille en perspectives entre Mitsubishi et PSA ? … Vincent Cobee, ancien dirigeant de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi,  qui a récemment rejoint le groupe PSA permettra-t-il notamment d'arrondir les angles entre les deux partenaires ? A suivre ….

Sources : Mitsubishi, Reuters

Pour résumer

Après les perquisitions opérées en Allemagne dans le cadre de l’affaire du dieselgate, Mitsubishi réagit … et dément avoir fraudé.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.