Accueil Renault Fusion ratée avec FCA : Renault a-t-il fâché pour de bon Nissan...

Fusion ratée avec FCA : Renault a-t-il fâché pour de bon Nissan ?

2353
111
PARTAGER

Le simple fait d’accepter de regarder la proposition de fusion faite par FCA Fiat Chrysler Automobile a mis Renault en porte-à-faux vis-à-vis de Nissan, son partenaire de l’Alliance.

On le sait, FCA a retiré son offre, officiellement devant les demandes trop élevées de l’Etat Français qui demandait également plus de temps pour discuter de la fusion. Mais, les deux représentants de Nissan au sein du Conseil d’Administration de Renault étaient contre cette fusion (abstention). Sur ordre de Hiroto Saïkawa, ils demandaient plus de garanties sur la position de Nissan après la fusion.

Jean-Dominique Senard a fait plusieurs aller-retours au Japon pour rassurer le partenaire dans l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Mais, cela n’a visiblement pas suffit. « Je suis ouvert à élargir l’Alliance, mais, n’importe qui ferait très attention si un partenaire se changeait soudainement en une autre société » a déclaré Monsieur Saïkawa, le patron de Nissan cité par Reuters.

Selon le journal économique Nikkei, cet épisode a encore plus éloigné les partenaires. Pour bon nombre de personnes chez Nissan, l’échec de la fusion avec FCA est un soulagement et met Nissan dans une meilleure position face à Renault.

FCA oublié, il reste Nissan

En effet, il semble que l’unique solution de repli pour le groupe français soit une fusion (ou des participations financières croisées plus importantes) entre Renault et Nissan. Volonté farouche de Carlos Ghosn, la fusion a été de nouveau présentée par la nouvelle direction aux dirigeants de Nissan. Désormais, Nissan, « bafoué » par le fait que Renault a étudié sérieusement la proposition de FCA, peut demander plus d’influence à son partenaire.

Nissan prend également une petite revanche sur l’Etat français en déclarant que « le patron de Renault, Jean-Dominique Senard, n’a jamais eu la pleine autorité. Fusionner avec une société dirigée par le gouvernement français n’est même pas à envisager ».

Pan sur le bec ! Si Renault veut fusionner avec Nissan, il va falloir que l’Etat Français renonce à son influence, que ce soit en revendant ses 15% de Renault, soit en renonçant à ses droits de vote (doubles). De quoi laisser la porte ouverte à une réelle influence de Nissan chez Renault.

Pour rappel, Nissan possède 15% de Renault mais a renoncé à ses droits de vote. Pour envisager la fusion, il faudrait évidemment que Nissan puisse avoir une minorité de blocage et donc des droits de vote. Mais, même si Saïkawa se dit officiellement toujours ouvert à la discussion (sur une fusion), l’ordre du jour est à la restauration des bénéfices (ce qui redonnera encore plus de poids à Nissan). La fusion ce sera pour les calendes grecques.

L’avis de Leblogauto.com

Etrangement (ou pas), bon nombre d’observateurs et d’analystes mettent l’échec de la fusion avec FCA sur le dos du gouvernement français qui voulait plus d’influence et de poids dans le nouvel ensemble.

Pourtant, même sans cela, les deux observateurs de Nissan pouvaient faire achopper les discussions. Saïkawa ne se cache pas d’avoir demandé à ses deux émissaires au CA de ne pas voter en faveur de la fusion FCA-Renault. Finalement, en poussant en avant le rôle du gouvernement français, Nissan la joue finement.

« Lorsque le couple bat de l’aile, s’afficher avec une belle italienne prêt à faire voler le mariage en éclat c’est un pari risqué » selon un membre de notre rédaction. Il est vrai qu’en n’envoyant pas « balader » FCA dès le début, Renault a sans doute abîmé la relation déjà tendue avec Nissan. Surtout que le « deal » proposé était jugé contraire aux intérêts de Renault par tous les observateurs. Désormais, on pourrait assister à une guerre d’influence néfaste pour l’Alliance.

JD Senard va devoir se révéler fin tacticien et diplomate pour recoller les morceaux. Il a aussi désormais la possibilité d’appuyer là où cela fait mal auprès de l’état pour demander du lest, voire carrément à l’état de se comporter en actionnaire non décisionnaire. On peut rêver.

Poster un Commentaire

111 Commentaires sur "Fusion ratée avec FCA : Renault a-t-il fâché pour de bon Nissan ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
gigi4lm
Invité

J’ai pas bien suivi à l’époque mais comment c’était passé l’alliance Nissan / Mitsubishi ? Dans le dos de Renault ?

Gautier Bottet
Editor

A l’époque la question ne se posait pas, puisque le PDG de Nissan était le même que celui de Renault, et donc le PDG de Nissan ne cachait pas grand chose à celui de Renault…

Francois
Invité

Pourquoi Nissan se fâcherait-il alors que :
– Il est le partenaire idéal, le genre que ne te crée pas de soucis et avec lequel le mot « tension » n’existe pas.
– Chaque fois qu’il veut quelque chose, il l’obtient.
– Bruno doit être ministre de l’économie du Japon puisqu’il n’a pas hésité à défendre ses intérêts.

AVENUE
Invité

A lire au second degré ton post est une vraie pépite BRAVO !

MAX
Invité

Est-ce une tactique de la famille Agnelli et/ou FCA via le biais de John Elkann de faire capoter l’Alliance. Suite à la réponse de Renault, ils ont vite retiré leur offre.¨¨

Michel
Invité

Le but serait que JE soit le patron de l’ensemble du groupe, donc à priori, plutôt favorable aux actifs italiens au détriment de ceux de RENAULT et de la France, surtout que les usines du groupe FCA en Italie tournent au ralenti depuis pas mal de temps

Philippe
Invité
Il ne faut pas oublier que Fiat est un groupe fragile et que Renault n’est pas son seul concurrent, loin de là: VW, Ford, PSA, Toyota sont des grands groupes directement concurrents. Pourquoi Fiat chercherait tout spécialement à nuire à Renault? Autre part et par 2 fois c’est plutôt PSA qui aurait approché Fiat et qui aurait été éconduit à 2 reprises. Fiat est mal en point: heureusement que Jeep est sa vache à lait car la stratégie de Marchionne n’est pas un brillant succès: Maserati et Alfa Romeo n’ont pas atteint leur objectifs, Fiat végète avec la 500 vieillissante… Lire la suite >>
Invité

Ou a t’on déjà vu qu’une boîte qui a une participation de plus de 40% et est l’actionnaire majoritaire, va demander a sa filiale, du elle est d’accord pour faire ce qu’elle veut.
On se demande qui est sensé contrôler l’autre…

Quant a savoir si ça va dégrader les relations avec Nissan, ce dernier veut juste faire son business en paix de son côté, pas de changements a ce niveau.

wizz
Membre

Si Renault n’est pas le maitre de Nissan avec ses 44%, alors qu’en serait il de la famille Agnelli (via Exor) qui ne possède que 29% de FCA…..

zafira500
Invité

Exor est une marque automobile? On m’aurait menti? 🙂
FCA est une seule entité alors que Renault et Nissan sont deux groupes distincts dans l’Alliance. De plus, John Elkann est patron de Fiat ET Chrysler alors que Renault et Nissan en ont un chacun (Si Carlos Ghosn avait gardé la tête des deux entreprises, le problème ne se serait jamais posé).
Finalement, comme certains l’ont dit, Renault aurait peut-être dû plus de la moitié du capital de Nissan.

wizz
Membre

je parle de l’importance de l’actionnaire en fonction du pourcentage des actions qu’il possède dans une entreprise, peu importe si cet actionnaire est une institution, une banque, un fond de pension, un organisme public, un particulier ou un concurrent…

Le lorrain
Invité

Il est temps que Renault se comporte En actionnaire principal de Nissan et pas en filiale… Ce qui se passe est hallucinant de lâcheté !

AVENUE
Invité

On marche sur la tête Renault chez NISSAN c’est l’arnaque du siècle
Tant que Carlos le magicien était la ça passait. Mais il est clair qu’avec des amateurs de la trempe de Le Maire on a du soucis à se faire (voir les salariés de Belfort et ceux d’ASCOVAL)

wizz
Membre

c’est quoi le fond du problème d’Ascoval, à ton avis???

avec ou sans intervention de l’Etat, ça aurait changé quoi pour Florange, ou Ascoval, ou autres…

AVENUE
Invité

ASCOVAL ? va demander aux salariés comment Bercy et Le Maire en tête on tout fait pour les tuer. Sans Xavier Bertrand ces gens seraient tous au chômage.

wizz
Membre

explique donc
détaille donc
argumente donc
démontre nous donc que la faute est imputable à l’Etat, sans qui ces entreprises seraient florissantes…

AVENUE
Invité

Tu auras toutes les explications nécessaires dans les médias éclairés je ne suis pas ton valet tu feras la recherche toi-même

wizz
Membre

je me disais aussi…

bref, c’est du pipeau

toutes tes interventions, tes affirmations, c’est du pipeau
tu n’as pas changé depuis tout ce temps, malgré le changement de pseudo…

AVENUE
Invité

Parce que c’est tout simplement de l’escroquerie pure et simple !!!
A mon avis tu as une piètre connaissance de la culture Japonaise.
Renault produit 2 x moins de voiture que NISSAN pendant des années NISSAN a été pompée a hauteur de 43% des bénéfices et transfert de technologie Japan —-> France.
Donc maintenant NISSAN dit:

Ca suffit Renault dehors !

wizz
Membre

ça s’appelle être actionnaire
c’est le capitalisme
c’est respecter la propriété
pour quelques millions à l’époque, mon grand père aurait acheté 10% de Apple il y a 50 ans, et aujourd’hui, je serais l’heureux bénéficiaire de 10% des bénéfices de Apple. Ce n’est pas du vol, ni de l’arnaque. Ça s’appelle de l’investissement, et à long terme

quant aux transferts de technologie, n’utilise pas les termes dont tu ne maitrises pas (on t’a vu à l’oeuvre dans l’analyse du low cost Dacia qui ne serait pas rentable). Parce que sinon, cite nous ces fameux transferts de technologie…

AVENUE
Invité

C’est totalement immoral ! Je persiste et signe la mise en commun des technologies formule pompeuse ce n’est rien d’autre que du transfert de technologie
Après si tu veux comparer une Dacia à une NISSAN libre à toi.

wizz
Membre

au lieu de gueuler comme un putois ‘pillage des technologies de Nissan par Renault’, explique nous donc quelles sont ces technologies pillées…

on sait tous que tu vas encore et encore gueuler comme un putois, parce que ce que tu affirmes là est du pipeau, qu’il n’y a rien de vrai, et que toutes tes interventions ici ne sont que du vent…

SGL
Invité

Une Logan, une Zoe, une Alpine, etc. sont des Nissan rebadgées.

SGL
Invité

?
J’ai oublié le point d’interrogation, pardon !

Bcbg
Invité

Quant à toi tu as une piètre connaissance des bases de l économie.Quant à ta grande connaissance de la culture japonaise, elle me paraît plus tenir du cliché que du savoir.

koko
Invité

La xtronic-cvt du Koleos, un transfert de technologie !
(Dont on aurait pu se passer)

koko
Invité

La Renault Alaskan
La Merco Classe X

koko
Invité

Le v6 de l’espace 4 (bloc de la Nissan Z)

Le lorrain
Invité

Quand il s’agissait de sauver Nissan de la faillite, l’état français n’était pas un problème…
Quelle duplicité !
Il est temps que Renault mette au pas cette filiale rebelle, quitte a acheter les 6% qui manquent pour devenir majoritaire!

SAM
Invité

@Le Lorrain. Ils vont le faire à un moment.
FCA et Renault c’était pour dire à PSA et Nissan
que les deux sont à marier. Après, c’est le deal de FCA
était foireux … Donc l’Etat aurait dit « ok », Nissan aurait hurler
et les syndicats aussi car des usines et des ventes auraient été nécessaires.
Donc Renault a fait comprendre à l’autre qu’il ira voir ailleurs un jour quitte à prendre son contrôle ou à vendre ses parts pour absorber un autre.

AVENUE
Invité

NISSAN s’est sauvé par le sacrifice de ses propres travailleurs et le talent de Carlos Ghosn
La part de Renault c’était de l’opportunisme le plus complet.
D’autre part ça fait longtemps que NISSAN s’en est sorti et ne doit plus rien à Renault.

SGL
Invité

Renault leur a évité la faillite pure et simple.
Renault leur a permis une synergie dans le développement de leurs modèles et dans l’achat des matériaux et équipements.

SGL
Invité

S’il y a un qui est opportun, c’est bien FCA avec sa tentative de fusion grâce à sa surévaluation en bourse et la faiblesse passagère de l’action Renault !

wizz
Membre
« D’autre part ça fait longtemps que NISSAN s’en est sorti et ne doit plus rien à Renault » non avenue non il y a 2 formes de business, d’intervention -tu es propriétaire de ton entreprise. Tu traverses un moment difficile. Tu empruntes de l’argent à la banque. Je te prête de l’argent. Tu te redresses, me rembourses cet argent plus les intérets. Tu ne me dois plus rien par la suite -tu es propriétaire de ton entreprise. Tu traverses un moment difficile. Personne ne veut te prêter de l’argent. Je rachète ton entreprise. Elle m’appartient. Elle se redresse, fait des bénéfices.… Lire la suite >>
wizz
Membre

Il y a une maison en ruine dont personne ne veut
J’ai claqué mes économies, ai emprunté beaucoup d’argent, ai acheté cette maison et ai fait l’effort de la retaper. Elle est redevenue désirable. Je la loue….

….et au bout de 20 ans, le locataire me dit « maintenant, elle est à moi. Je ne te dois rien »!!!!!

ben non!
en URSS, au temps de la révolution bolchévique, oui
mais pas dans le monde du business aujourd’hui.

Renault vis à vis de Nissan, c’est pareil.

Maintenant, si Staline se réveille de sa tombe, va au Japon et parvient au pouvoir….

AVENUE
Invité

@ Wizz Démonstration hasardeuse et tirée par les cheveux. Mais bon c’est l’émotivité qui a dominé son écriture je pense

Le lorrain
Invité

Voter contre ce commentaire qui est juste une vérité factuelle? Le niveau s’approche dangereusement de celui de Caradisiac…

wpDiscuz