Accueil F1 F1 – Singapour 2018 : présentation sous lampadaires

F1 – Singapour 2018 : présentation sous lampadaires

422
0
PARTAGER
F1_Singapour_2017

Voilà un Grand-Prix singulier à plusieurs titres. Couru de nuit, sous éclairage artificiel, le GP de Singapour se tient aussi dans les rues de la marina, sur un circuit temporaire.

Le Grand-Prix de Formule Un de Singapour fête sa 11e édition cette année. Lancé en 2008, il est l’héritier indirect du Grand-Prix de Singapour des années 60/70. Mais, à l’époque, point de Formule Un. C’était de la Formule 2 ou de la « Formule Libre » (l’ancêtre de toutes les formules NDLA).

Dans les années 2000, Ecclestone, alors toujours patron de la F1, souhaitait un développement du sport en Asie. Singapour était candidat, pour faire mieux connaître le pays sur le plan international. Urbain, dessiné sur les routes de « Marina Bay », un tracé très spécifique et plat, parcours dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Le circuit n’a finalement pour lui « que » de se dérouler de nuit. Spécificité qui est unique (pour l’instant) dans le calendrier de la F1. Cela permet aussi de rouler quand il fait moins chaud. Ce weekend, il est prévu 29/30° encore à 21h, ainsi que plus de 75% d’humidité. Des orages sont à prévoir.

Evidemment, comme à chaque tracé moderne (et moche), Herman Tilke est de la partie. C’est lui qui dessine le circuit et c’est la société d’ingénierie américaine KBR qui se charge de la réalisation. Plus de 1500 lampadaires sont plantés autour du circuit pour l’éclairer.

Même s’il est urbain et sur un port, le tracé n’est pas trop comparable à celui de Monaco. Ici, les monoplaces atteignent les 300 km/h. La piste très large permet des passages en courbe rapides. Trop peut-être vu la piste justement. C’est un circuit non permanent et si des re-surfaçages sont faits régulièrement, la piste est bosselée, avec des « ornières » ou des passages « scabreux ».

La pole se joue environ 15 km/h plus vite qu’en Principauté (environ 185 km/h de moyenne). Pour autant, les 308,8 km (61 tours de 5,063 km) se parcourent en 2 heures. A la moindre anicroche, on ne peut aller au bout. Nuit + chaleur + moiteur + bitume qui n’est pas un billard + vibreurs et murs donnent un cocktail détonnant. L’an dernier seuls 12 concurrents terminent. Le GP 2017 fut aussi marqué par l’accrochage spectaculaire du départ entre Vettel, Verstappen et Räikkönen.

Singapour_Circuit_2018

Célèbre pour le « crashgate »

Et évidemment, le circuit est célèbre pour sa triche lors de sa première édition en 2008. C’est l’épisode du « crashgate » qui implique Briatore, Symonds, Piquet Jr et Alonso pour l’écurie Renault. Juste après un ravitaillement de l’Espagnol parti 15e, Piquet Jr. plante sa voiture dans le mur volontairement pour faire sortir la voiture de sécurité et faire gagner Alonso. Sauf qu’on ne le sait pas encore. En 2009, à la mi-saison, Briatore cède enfin aux pressions de Renault et Total qui veulent voir Grosjean dans la Renault.

Piquet Jr. est évincé et révèle à la télévision brésilienne avoir obéi à un ordre pour « crasher » sa voiture dans le mur à Singapour. L’affaire éclate, Renault vire Briatore et Symonds. Le premier sera exclu à vie de la F1, Symonds banni 5 ans. Surtout, cela précipitera le départ de Renault en tant qu’écurie. La suite, c’est l’histoire de Lotus et Genii, puis le retour du losange à plein temps.

Un GP pour Red Bull ?

La Formule Un vit une saison 2018 assez tendue. Mais, depuis quelques courses, Hamilton et Mercedes semblent avoir repris le dessus. Vettel de son côté montre des signes de nervosité. Avec 30 points de retard et 7 GP à courir, rien n’est joué. Le duel pourrait être arbitré par les deux coéquipiers, Bottas et Räikkönen. Ce dernier sait qu’il sera chez Sauber l’an prochain et pourrait vouloir finir en beauté chez Ferrari. Vettel a déclaré qu’il devait se battre désormais contre 3 voitures (les deux Mercedes et la Ferrari de Kimi). Appel du pied à la Scuderia pour des consignes plus claires ?

Du côté de Red Bull, la « spec C » du moteur Renault a donné satisfaction à Monza. A Singapour, avec un châssis à l’angle très prononcé et générant plus d’appui, les monoplaces de Milton Keynes pourraient être devant. En manque de réussite depuis plusieurs GP, Ricciardo pourrait avoir là une opportunité de recoller à son jeune coéquipier qui lui, visera une deuxième victoire.

Derrière, Haas menace clairement et concrètement Renault pour la 4e place. Avec l’affaire du fond plat non conforme et la disqualification de Grosjean demandée (et obtenue) par Renault, les relations ne sont pas au beau fixe et on ne se fera pas de cadeau. Surtout qu’il y a aussi les revanchards Racing Point Force India qui sont remontés 7e en 2 courses à peine. A noter que chez Haas, les deux pilotes ont re-signé pour l’an prochain selon les « bruits de paddocks » mais que cela ne sera annoncé qu’à Austin fin octobre (écurie américaine oblige). Grosjean a tout de même la pression de continuer sur sa lancée.

La course de nuit compense le décalage horaire. Les qualifications se dérouleront samedi à 15h heure de Paris. Quant à la course, elle débutera à 14h10, toujours heure de Paris.

Pronostic

Quel favori pour le GP de Singapour 2018 ?

  • Sebastian Vettel (26%, 19 Votes)
  • Lewis Hamilton (19%, 14 Votes)
  • Daniel Ricciardo (19%, 14 Votes)
  • Kimi Räikkönen (9%, 7 Votes)
  • Max Verstappen (8%, 6 Votes)
  • Serguey Sirotkin (7%, 5 Votes)
  • Fernando Alonso (3%, 2 Votes)
  • Romain Grosjean (3%, 2 Votes)
  • Esteban Ocon (1%, 1 Votes)
  • Pierre Gasly (1%, 1 Votes)
  • Charles Leclerc (1%, 1 Votes)
  • Stoffel Vandoorne (1%, 1 Votes)
  • Valtteri Bottas (1%, 1 Votes)
  • Nico Hülkenberg (0%, 0 Votes)
  • Kevin Magnussen (0%, 0 Votes)
  • Sergio Perez (0%, 0 Votes)
  • Carlos Sainz (0%, 0 Votes)
  • Lance Stroll (0%, 0 Votes)
  • Marcus Ericsson (0%, 0 Votes)
  • Brendon Hartley (0%, 0 Votes)

Total Voters: 74

Loading ... Loading ...

Illustration : Formule Un

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz