Accueil Champ Car Les monoplaces d’Indycar se dégourdissent les jambes à Sonoma

Les monoplaces d’Indycar se dégourdissent les jambes à Sonoma

70
1
PARTAGER

Les monoplaces d’Indycar roulent rarement en essais privés. Traditionnellement, elles roulent l’hiver à Daytona, à Sebring et ces dernières années, à Barber Park. L’Infineon Raceway a pourtant invité l’ensemble du plateau, en vue de l’épreuve qui sera disputée le week-end prochain.

Parmi la trentaine de voitures disputant la saison, 20 ont fait le déplacement en Californie.

Ni l’Indycar, ni l’Infineon Raceway n’ont donné de chronos. On saura juste que Will Power (Penske) a été le plus rapide.

Les 6 venues de l’Indycar à l’Infineon Raceway (+1 en 1970, lorsque le tracé s’appelait Sears Point) ont sacré autant de pilotes. Vainqueur 2010, Power se verrait bien être le premier à doubler la mise.

La première nouveauté de Sonoma, c’est la présence d’Ho-Pin Tung chez Dragon Racing. Après un test (avec FAZZT) et un accident lors des qualifications à Indianapolis (déjà avec Dragon Racing), le pilote Chinois disputerait enfin une course.

Sur sa feuille d’inscription, ce fils de restaurateurs, né en Hollande, affiche fièrement la ville de ses parents comme résidence:

Tung vise évidemment un temps plein en Indycar pour 2012. Il se murmure que Genii (qui le manage) se servirait de l’Indycar pour l’écarter discrètement de LRGP

Autre nouveauté: l’arrivée de Giorgio Pantano chez Dreyer & Reinbold. Après Simon Pagenaud à Mid-Ohio et Tomas Scheckter dans le New Hampshire, il est donc le troisième remplaçant de Justin Wilson, convalescent.

Les expressions « pilote qui n’a pas eu de chance » ou « pilote qui méritait mieux » sont galvaudées. Mais il est clair que Pantano est un espoir déchu.

En 2000, il est champion d’Allemagne de F3 et Flavio Briatore l’approche. Le deal est typique de Briatore: s’il accepte d’être managé par Briatore, il décroche un poste d’essayeur chez Benetton. Lars-Christian Brask, son manager, refuse de le laisser partir et donc, pas de Benetton.
Vice-champion 2002 de F3000, il intéresse Minardi, puis Jaguar. Néanmoins, Brask n’arrive pas à réunir le budget nécessaire à un volant. Et Pantano de se faire doubler in extremis par Christian Klien (soutenu par Red Bull) chez les « verts ».
En 2003, il signe en Champ Car avec BC Motorsport… Qui s’avère être une écurie bidon.
En 2004, il débute enfin en F1 avec Jordan. Pantano a négocié en direct avec Eddie J. et Brask fulmine. Son manager exige un dédommagement et l’Italien n’a pas les moyens de payer tout le monde. Du coup, il se retrouve à pied.
En 2005, il « redescend » en GP2 et prospecte outre-Atlantique. Il dispute deux courses d’Indycar avec Ganassi et effectue des tests en Champ Car avec PKV (photo) et Conquest. Il est cette fois victime des réductions d’effectif dans les deux séries.
En 2008, après 3 saisons de F3000 et 4 saisons de GP2, il remporte le titre. Néanmoins, il n’intéresse aucune équipe de F1. Pire: en tant que champion, il ne peut plus poursuivre en GP2.
Depuis, on l’a vu en Auto GP, dans feu la Superleague et parmi la très longue liste des pilotes potentiels de HRT.

Verra-t-il enfin le bout du tunnel?

Notez enfin que la polémique du New Hampshire est loin d’être retombée.

Rappel des faits: la course était censée faire 215 tours. Il pleut vers le 206e tour (ce qui est normalement synonyme de drapeaux rouges lors des courses sur ovales.) Le pace car sort et 4 tours plus tard, les commissaires sortent les drapeaux verts. Sur une piste détrempée, avec des pneus froids, le carton était inévitable. Danica Patrick perd le contrôle et embarque plusieurs pilotes, dont Will Power.

Ce dernier juge que les commissaires de pistes sont inconscient et il exprime son mécontentement devant les caméras (ci-dessous.)

Depuis, Bryan Barnhart, responsable de la compétition de l’Indycar, a ouvert une commission d’enquête.
James Hinchcliffe (Newman-Haas) et Charlie Kimball (équipe B de Ganassi), deux des pilotes sortis par Patrick seront entendus. Danica Patrick a refusé de s’exprimer.

Là où on peut être dubitatif, c’est que parmi les enquêteurs, il y a Jerry Gappens, N°2 du circuit du New Hampshire. En plus, la personne montrée du doigt pour avoir sorti les drapeaux verts, c’est Barnhart!
En bref, à moins que les fautifs ne s’auto-sanctionnent, cela tourne à la mauvaise blague.

Source:
Indycar

Crédit photos: Indycar, Honda, Dragon Racing, Giorgio Pantano, DR

A lire également:
Indycar: New Hampshire

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Les monoplaces d’Indycar se dégourdissent les jambes à Sonoma"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tibo35
Membre

Les officiels savent qu’ils ont fait une co….ie mais ne peuvent pas le dire ouvertement…on fait une commission d’enquête, on fait quelques réunions pendant lesquelles on interroge deux ou trois pilotes…et on mets une amende à Will Power pour comportement déplacé et zou on met un mouchoir dessus.

JJO, sauf erreur, le classement qui a été entériné est celui du tour 205 (avant la pluie) ce qui n’enlève rien à la grosse bourde (sans conséquence humaine) des officiels.
Ce qui est encore plus étrange c’est qu’aux USA on ne plaisante pas avec la pluie d’habitude.

wpDiscuz