Accueil Champ Car Indycar: New Hampshire

Indycar: New Hampshire

50
4
PARTAGER

Décidément, l’Indycar aime déjouer les pronostics. On s’attend à une lutte acharnée pour le titre entre le leader Dario Franchitti (Ganassi) et son dauphin Will Power (Penske.) Or, à chaque fois, ce sont d’autres pilotes qui gagnent! Après Scott Dixon (Ganassi) à Mid-Ohio, c’est au tour de Ryan Hunter-Reay (Andretti) de décrocher la timbale.

Cela faisait 13 ans que l’on n’avait pas vu de monoplaces sur le circuit de Loudon, dans le New Hampshire.

Cet ovale fut pourtant un rendez-vous régulier du CART, puis de l’Indycar, de 1992 à 1998.

Justin Wilson (Dreyer & Reinbold) est toujours convalescent. Simon Pagenaud le remplaçait à Mid-Ohio. Cette fois-ci, c’est Tomas Scheckter qui assure l’intérim.

Pilote Conquest à Indianapolis, Pippa Mann devait effectuer son retour à Loudon avec Rahal-Letterman. C’était la première étape d’un mini-programme qui comporte aussi les ovales du Kentucky et de Las Vegas.

Pour Rahal-Letterman, ces 3 manches devaient également marquer le retour en Indycar du team (depuis 2008, il ne vient plus qu’à Indianapolis.)
Bobby Rahal s’est même souvenu qu’en 1992, c’était lui qui avait ouvert le palmarès de Loudon (en tant que pilote et chef d’écurie.)

Hélas, l’aventure s’arrête dés le vendredi. Mann sort violemment, elle est indemne, mais l’équipe médicale lui interdit de reprendre la piste.

Aucun des pilotes au départ n’étaient présent en 1998. Néanmoins, en tant qu’expert des ovales, Franchitti fait figure de favori.

L’Ecossais honore ce statut avec la pole position.

Au drapeau vert, le triple (bientôt quadruple?) champion s’envole. Il compte jusqu’à 9 secondes d’avance sur le peloton.

A mi-course, les officiels sortent les drapeaux jaunes pour cause de pluie.

Au redémarrage, il s’accroche avec le deuxième, Takuma Sato (KV-Lotus), perd le contrôle et termine dans le mur.

Suite au contact, le Japonais a crevé et il doit s’arrêter aux stands.

Grâce à cela, Power hérite du commandement. L’Australien mise sur un retour de la pluie et une interruption prématurée de la course (ce qui lui permettrait de ne pas s’arrêter.) Faute de goutte d’eau, il doit aller aux stands au 178e tour.

Sato s’arrêtant à son tour, un quatrième leader émerge: Ryan Hunter-Reay.

Pour se retrouver en tête, le pilote US a du au préalable se débarrasser des duettistes de Newman-Haas, Oriol Servia et James Hinchcliffe.

La suite est très confuse. La pluie revient lors du 206e tour (sur 225.) D’où des drapeaux jaunes.

La course est relancée au 220e passage. La piste est détrempée et cela tourne au carton collectif. Power, Sato et Danica Patrick restent sur le carreau.

La direction de course interrompt la course et le classement final est celui du 215e tour. Ce qui nous donne Hunter-Reay devant Servia et Dixon (qui a trouvé l’ouverture sur Hinchcliffe juste avant les drapeaux jaunes du 206e tour.)
C’est la première victoire sur ovale d’Hunter-Reay. C’est aussi son premier succès 2011 et son deuxième succès chez Andretti (après Long Beach 2010.)

Au classement, Franchitti possède désormais 443 points. Certes, Power (396 points) lui a repris 15 points, mais l’Ecossais peut gérer son avance, à 4 manches du but. D’autant plus que son équipier, Dixon (370 points) revient à grandes enjambées sur Power. A contrario, les deux autres pilotes Penske (Ryan Briscoe, 6e avec 277 points et Helio Castroneves, 11e avec 237 points) sont invisibles et ne peuvent guère aider l’Australien.

Source:
Indycar

Crédit photo: Indycar et Honda

A lire également:
Indycar: Mid-Ohio

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Indycar: New Hampshire"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Admin

Franchitti change de sponsor, de couleur, de tout à chaque manche ! Bernie nous ferait une attaque si on voyait ça en Grand Prix…

Tibo35
Membre
Déjà le fait que certains ne fassent qu’une partie du Championnat (Bourdais par exemple ne s’aligne que sur les routiers) ou que certaines écuries n’ont qu’une voiture, d’autres plusieurs mais de différentes couleurs, etc. Cela rappelle quand BAR était en F1 et que Villeneuve/Pollock avaient tenté le coup des voitures de différentes couleurs…ce qui n’était pas passé (malheureusement?) obligeant BAR à faire une déco 50/50 pour avoir les deux couleurs sur les monoplaces. C’est sans doute ce qui fait le succès (en terme de voitures et d’écuries) de l’Indy…moins de contraintes qui permettent à certaines écuries de ne venir qu’à… Lire la suite >>
Tibo35
Membre
Certes sauf que sans les règles souples il n’y aurait sans doute que les voitures que vous citez…et Wheldon n’aurait pas pu s’aligner à Indianapolis. Certaines équipes comme Ferrari, McLaren, etc sont prêtes à engager 3 voitures (c’est une demande récurrente en ne comptant bien entendu que 2 véhicules (un peu comme ce fut le cas en WRC pendant un temps si je ne me trompe pas). En rendant plus souples les règles, sans doute auraient-on des « bras cassés » qui frapperaient à la porte de la F1, mais sans doute aussi cela permettrait d’avoir une écurie qui se focalise que… Lire la suite >>
wpDiscuz