Accueil Audi Salon de Shanghai… 2003

Salon de Shanghai… 2003

34
6
PARTAGER

L’histoire de l’automobile Chinoise s’écrit surtout au présent. A l’occasion du salon de Shanghai, Auto.sina a ressorti ses photos de l’édition 2003 de ce salon. L’occasion de constater l’énorme chemin parcouru en six ans…

2003 correspond à une époque charnière de l’automobile Chinoise. Ce n’est plus le temps des pionniers, mais le marché est extrêmement immature.

Les constructeurs occidentaux n’en sont pas à présenter des premières mondiales en Chine. Les vieillottes ZX, Audi 100 et Jetta ont encore droit à des podiums et à des mannequins. Mais désormais, les constructeurs construisent également des modèles plus récents comme la Polo ou la Passat.
Avec plusieurs millions de voitures par an, la Chine devient de plus en plus un marché stratégique pour les constructeurs. L’offre est encore déficitaire par rapport à la demande, mais les occidentaux ont (presque) compris que ce n’était pas pour autant qu’il fallait proposer n’importe quoi aux Chinois.

Avec l’entrée de la Chine dans l’OMC, fin 2001, il est plus facile d’y exporter des véhicules. De quoi booster les ventes de véhicules premium, destinés à de nouveaux « CSP+ », qui exigent plus qu’un moyen d’aller d’un point A à un point B. Audi et Renault tentent de surfer sur la vague avec respectivement la TT et la Megane Cabriolet.

On remarque aussi cette transition dans les tenues et les comportements. Fini la raideur héritée des soviétiques! Seul VW reste fidèle aux austères tailleurs gris. Sur les autres stands, les mannequins portent des robes de soirée et elles n’hésitent plus à s’allonger sur un capot. Et chez Guangzhou-Honda (photo N°3), il y a carrément des danseuses équipées de micro-casques.

Parmi ces photos, les constructeurs Chinois « purs » ne sont représentés que par l’éphémère « voiture du fermier » de Pride Auto (photo N°13.) En 2003, ils n’avaient que des miettes du marché. En plus, bien malin celui qui aurait su distinguer le bon grain de l’ivraie: Byd et Lifan ne produisaient pas de voitures; Brilliance, Chery et Geely pataugaient, Great Wall n’était qu’un producteur de pick-up parmi les 1001 existants, alors qu’Hafei venait de se faire dessiner une gamme de voiture par Pininfarina et que l’avenir semblait prometteur pour Jiangnan

186181186185186188186193186196186199186202186205186208186211

Source:
Auto.sina

A lire également:
Salon de Pékin… 1988
Histoire de l’automobile Chinoise: 4. tous en Chine!
Histoire de l’automobile Chinoise: made in China

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz