Accueil Champ Car Calendrier Indycar 2009: bye bye les surfers!

Calendrier Indycar 2009: bye bye les surfers!

105
2
PARTAGER

Indycar_Surfers.jpg

3 semaines seulement après la dernière épreuve 2008, à Surfers Paradise, l’Indycar présente son calendrier 2009. Voilà qui tranche avec les calendriers « provisoires » du Champ Car, pleins de « on est à deux doigts de trouver un accord » et de « la date pourrait bouger ». Et puisqu’on parlait de Surfers Paradise, l’épreuve Australienne est la seule « sortie ».

Indycar_St_Petersburg.jpg

Voici donc le calendrier 2009:
– 5 avril, Streets of St. Petersburg
– 19 avril, Streets of Long Beach
– 26 avril, Kansas Speedway
– 24 mai, 500 miles d’Indianapolis
– 31 mai, Milwaukee mile
– 6 juin, Texas Motor Speedway (épreuve de nuit)
– 21 juin, Iowa Speedway
– 27 juin, Richmond International Raceway (épreuve de nuuit)
– 5 juillet, Watkins Glen
– 12 juillet, Streets of Toronto  (Canada)
– 26 juillet, Edmonton Airport (Canada)
– 1er aout, Kentucky Speedway (épreuve de nuit)
– 9 aout, Mid-Ohio
– 23 aout, Infineon Raceway/Sears point
– 29 aout, Chicagoland Speedway (épreuve de nuit)
– 6 septembre, The Raceway at Belle/Detroit
– 19 septembre, Twin-ring Motegi (Japon)
– 10 octobre, Homestead/Miami Speedway

Indycar_Motegi.jpg

Premier constat: il y a beaucoup de « Speedway » (dont 4 épreuves de nuit!) Il y a trois rendez-vous issus du Champ Car: Long Beach et les deux courses Canadiennes, Toronto et Edmonton (de quoi garantir un volant à Paul Tracy.)

Motegi (voulu par Honda) est le seul déplacement extra-Américain. Le Mexique, nation « historique », brille par son absence. Il est vrai que Tony George (N°1 de l’Indycar) veut une série très « americano-américaine ».

18 épreuves, c’est du jamais vu depuis les années 90. Portland et Denver, issus du Champ Car, postulent pour 2010. En revanche, on ne parle plus de Laguna Seca (un circuit appartenant à Mazda), de Zuhai ou du mini-championnat Européen (Assen-Jerez-Zolder.)

John_Andretti_Surfers.jpg

ZE perdant, c’est Surfers Paradise. L’épreuve est couplée avec le V8 Supercars. Or, l’Indycar ne lui proposait qu’une date en mars (où elle serait entrée en concurrence avec la F1) ou en septembre (ce qui aurait gêné le V8 Supercars.) C’est surtout un délit de sale [censuré] pour des organisateurs qui étaient parmi les plus farouches défenseurs du Champ Car (ils avaient d’ailleurs profité d’un vide juridique pour continuer d’appeler leur épreuve « Indycar », au grand dam d’Indianapolis…) Les autres renégats ont quitté la scène: Chris Pook (M. Long Beach) fait du repérage aux Etats-Unis pour le compte d’un certain M. Ecclestone, quant à Paul Newman, hélas…

Dommage, car dans le chaos des années 90-2000, Surfers Paradise fut l’une des rares épreuves à se maintenir (avec Indianapolis et Long Beach.) La première édition eu lieu en 1991 et John Andretti s’imposa avec une Lola/Chevrolet engagée par Jim Hall (M. Chaparral.) L’USAC s’était déjà rendu en Argentine, en Grande-Bretagne, en Italie et au Japon. Mais c’était la première fois que le CART quittait le continent Américain. Ce fut le point de départ des ambitions mondiales du CART, qui rêva un temps de détrôner la F1. Une à une, les épreuves extra-américaines disparurent et l’Australie devint l’alibi « mondial » du CART/Champ Car.

Ryan Briscoe sera donc le premier et le dernier Australien à s’y imposer. 2008 sera également la seule année où l’épreuve fut « sanctionnée » par l’Indycar. Mais que les amateurs de courses sous les palmiers et de race queens peu farouches se rassurent: le meeting va désormais accueillir l’A1 GP.

Indycar_Surfers_2.jpg

Source:
Indycar

A lire également:
Indycar: Surfers paradise

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz