Les salariés de Valeo Cheonan manifestent à Paris
par Joest Jonathan Ouaknine

Les salariés de Valeo Cheonan manifestent à Paris

Depuis environ une semaine, une délégation de salariés du site Valeo de Cheonan (Corée du sud) s'est installée devant le siège de la firme, à Paris. Ils protestent contre la fermeture brutale de leur usine, qui fabriquait des compresseurs d'air conditionné.

Zapping Le Blogauto Alpha Tonale Q4 PHEV-2 280ch Veloce

Depuis environ une semaine, une délégation de salariés du site Valeo de Cheonan (Corée du sud) s'est installée devant le siège de la firme, à Paris. Ils protestent contre la fermeture brutale de leur usine, qui fabriquait des compresseurs d'air conditionné.

En 1962, In Jung Yung fonde Hyundai Yanghang. Yeong n'est autre que l'un des frères de Chung Ju Yung, co-fondateur du groupe Hyundai.

Hyundai Yanghang débute avec la fabrication de couverts dans un atelier plus que rudimentaire:

En 1967, Hyundai passe un accord avec Ford pour assembler des voitures en Corée du Sud.

Hyundai Yanghang en profite pour se lancer dans l'équipement automobile. L'entreprise est bien sur le fournisseur privilégié de Hyundai.

En 1975, Hyundai lance sa propre voiture, la Pony.

Hyundai Yanghang devient en 1980 Mando. Mando accompagne la montée en puissance de Hyundai, aussi bien en terme de cadence de production, que de technologie. Si votre Hyundai de 1996 dispose de l'air conditionné ou de freins ABS, vous pouvez remercier Mando!

Alla, maison-mère de Mando, profite de ce succès pour se diversifier tout azimut: engins de chantiers, construction navale, équipements aéronautique, etc.

En 1997, la Corée du Sud traverse une grave crise économique. Les chobol (conglomérats tentaculaires Coréens) sont priés par les banques de subir une cure d'amaigrissement. Ils doivent se séparer d'une partie de leurs filiales.

La situation est particulièrement dure pour les équipementiers: comme Mando, ils sont souvent liés à un constructeur et ils n'ont ni le savoir-faire, ni les volumes pour lutter seuls face aux étrangers.

La division "compresseur pour air conditionné" de Mando est vendue au Japonais Zexel.

Zexel est lui-même cassé en deux. Une partie est reprise par Bosch et l'autre par Valeo. Les compresseurs pour air conditionné deviennent "Valeo compressors", qui gère depuis le Japon plusieurs sites (dont Cheonan, ex-Mando.)

A Cheonan, l'activité repart. Le site diversifie son portefeuille de clients: Renault-Samsung, Mazda et GM USA rejoignent Hyundai.

En 2009, GM USA étant le plus gros client, Valeo Cheonan subit de plein fouet les déboires du constructeur. Pour la première fois depuis 1997, des pertes sont prévues. Les salariés sont inquiets, mais de là à imaginer la suite...

Le 23 octobre, Valeo décide de liquider Valeo Cheonan. Il n'y eu pas de comité d'entreprise.

Le 26, les 186 salariés, du chef de site à l'O.S., tombent sur des portes closes.

Le 27, ils reçoivent un courrier avec A.R.: leur contrat s'achèvera le 30 novembre et on leur paye 11 mois de salaire d'indemnités (le minimum légal en Corée du Sud.)

D'ordinaire, les employeurs proposent au moins des solutions de reclassement (purement formelles, car les entreprises chargées du reclassement sont nulles et personne n'est dupe.) Valeo ne l'a pas fait.

Faute de pouvoir rencontrer les responsables, des délégués de Valeo Cheonan appartenant au syndicat Korea Metal Workers Union (centre-gauche) ont décidé de se rendre en France. Ils veulent y voir le PDG. L'un d'eux reconnait qu'il a été naïf: il pensait que la mondialisation cynique était l'apanage des Américains et que la France, c'est le pays du droit du travail (donc que Valeo les écouteront.)

Ils ont ainsi fait le déplacement en décembre 2009 et en janvier 2010. A chaque fois, ils campent devant le siège social de Valeo, dans Paris. En Corée du Sud, le sort de Valeo Cheonan a déclenché une certaine émotion, qui a été jusqu'à l'équivalent des questions au parlement.

En France, mis à part une tentative de récupération par la CGT et le NPA, leurs visites n'ont rien donné. On se fiche bien du sort des employés d'une usine située au bout du monde, quand bien même le propriétaire est Français. De plus, Valeo n'a jamais été réputé pour son respect des employés. Ils n'ont même pas rencontré un porte-parole de la firme.

Aujourd'hui, ils tentent donc un troisième remake de Roger et moi. La CGT est interloquée: les salariés de Valeo Cheonan ont acté de la fermeture du site et ils ne veulent ni plan de reclassement, ni repreneur. Ils veulent simplement demander "pourquoi?" à Jacques Aschinbois et éventuellement négocier une meilleure indemnisation.

Les délégués de Valeo Cheonan sont assez amers. Le 13 juin, ils retourneront en Corée du Sud et ils sont conscients qu'ils n'auront pas le moindre entretien d'ici-là.

95 salariés font le pied de grue devant le site. Les autres tentent en vain de décrocher un emploi. Mais on ne leur propose que des jobs de gardiennage. Quant aux membre du syndicat, ils sont sur une liste rouge. Au niveau national, la crise politico-militariste avec le voisin du Nord éclipse les problèmes économiques du pays.

Les salariés des autres sites Coréens de Valeo se sont mis en grève par solidarité. Dans le respect de sa tradition "d'écoute", Valeo a décidé de fermer les autres usines.

Raison officielle: Hyundai et Renault-Samsung sont excédés par les arrêts d'approvisionnement consécutifs aux grèves.

Raison officieuse: avec l'augmentation du niveau de vie, un ouvrier Sud-Coréen est payé 90 000 wons (60€) par jour. La semaine de travail dure 40 heures; les heures supplémentaires et le travail de nuit sont surfacturés (notez néanmoins que le recours aux heures supplémentaire s'est banalisée en Corée du Sud.) Valeo veut donc fournir ses clients Coréens depuis des sites Chinois ou Thaïlandais, où il y a moins de droit du travail. Valeo Corée ne ferait plus que du stockage, une activité assurée par des intérimaires.

A lire également:

Renault et les délocalisations

Délocalisation: les ouvriers Slovènes sont trop chers!

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Depuis environ une semaine, une délégation de salariés du site Valeo de Cheonan (Corée du sud) s'est installée devant le siège de la firme, à Paris. Ils protestent contre la fermeture brutale de leur usine, qui fabriquait des compresseurs d'air conditionné.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.