par Joest Jonathan Ouaknine

Souvenirs, souvenirs: c'est moche!

Cette semaine, nous nous intéressons aux vilains petits canards, aux voitures "qui n'ont pas trouvé leur public". Bref, aux mochetés. Eloignez les enfants, certaines sont vraiment affreuses...

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Par définition, la beauté est quelque chose d'ultra-subjectif. D'ailleurs, certains disent qu'il faut bannir les "c'est moche", pour le réduire à un "je n'aime pas".

GM se vante d'avoir inventé le concept de bureau de design. Les patrons successifs sont de vraies stars et ça fini par leur monter à la tête. D'où un certain autisme vis-à-vis des réelles attentes du public.

Chez Citroën, on choisi des designs radicaux. Parfois (DS, CX...), les lignes sont si novatrices qu'elles restent dans le coup 15 ou 20 ans plus tard. Et à l'opposé, d'autres fois, ce qui semble futuriste à l'instant t est démodé, voir ringard quelques années plus tard (cf. les Ami, GSA, Axel, Visa 1, BX...)

Dans les années 70-80, il faut 5 ans, voir 6 ans pour concevoir une voiture (contre 3 aujourd'hui.) En admettant que dans l'intervalle, il n'y ait pas de changement de direction. Bristish Leyland>Rover Group est justement marqué par un turnover permanent. A chaque modèle ou presque, le nouveau patron débarque et exige des changements de dernière minute (alors que souvent, le budget est déjà épuisé.) D'où des replâtrages hâtifs.

Enfin, il y a les cas des "filiales du bout du monde". Les cycle de vie des produits y sont excessivement longs. Pour cacher les rides, on installe tant bien que mal (et souvent, très mal), des éléments modernes sur des carrosseries anciennes.

Aujourd'hui, à cause de tout ces exemples passés, le métier de designer devient ardu. A titre d'exemple, les nouveautés du Mondial 2012 ont été dessinée en 2009 et elles ne seront redessinées qu'en 2015, voir 2016. Il faut donc prévoir ce qui plaira dans 7 ans. Et surtout, ce qui plaira à la fois aux jeunes et aux personnes âgées, aux Indiens, aux Russes, aux Brésiliens et aux Suédois, etc.

D'où ces lignes trop souvent consensuelles, qui donnent des impressions de déjà vu.

Chez certains petits constructeurs (au hasard, Ssangyong), adopter des lignes tourmentées est une politique: le constructeur est si marginalisé qu'il n'a rien à perdre. Mieux vaut faire parler de soit en mal, que de ne pas faire parler de soit tout court...

Crédits photos: Mitsuoka (photo en une et photo 18), GM (photos 1 et 21), Citroën (photos 2, 4 et 6), BMW (photos 3 et 14), Chrysler (photos 5 et 7), Fiat (photos 8, 12 et 22), Renault Argentina (photo 9), Ford (photos 10 et 23), Mercedes (photo 11), Dacia (photo 13), Byd (photo 15), Nissan (photo 16), Ssangyong (photo 17), Lada (photo 19) et Mansory (photo 20.)

A lire également:

Souvenirs, souvenirs: prototype(s)

Pour résumer

Cette semaine, nous nous intéressons aux vilains petits canards, aux voitures "qui n'ont pas trouvé leur public". Bref, aux mochetés. Eloignez les enfants, certaines sont vraiment affreuses...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.