par La rédaction

ALMS Long Beach: déferlante de P2

Première course à Long Beach pour la série, et première course aussi courte (1h 40), le classement à l'arrivée se devait de ne pas être conventionnel! Dès Houston l'an passé, l'ALMS sentait que les tracés en ville permettraient de rompre la monotonie imposée par Audi, et aujourd'hui pas moins de six LMP2 dament le pion aux R10 et à leur mazout. Penske Racing signe un doublé et oublie ses déboires de Sebring et St Pete.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Première course à Long Beach pour la série, et première course aussi courte (1h 40), le classement à l'arrivée se devait de ne pas être conventionnel! Dès Houston l'an passé, l'ALMS sentait que les tracés en ville permettraient de rompre la monotonie imposée par Audi, et aujourd'hui pas moins de six LMP2 dament le pion aux R10 et à leur mazout. Penske Racing signe un doublé et oublie ses déboires de Sebring et St Pete.

Sur une durée aussi courte, un seul arrêt est à prévoir sous des conditions de course normales. Tant mieux pour ceux qui peuvent garder leurs pneus pendant toute l'épreuve (comme les Ferrari 430)! Par contre, le règlement qui impose une limite de 2h derrière le volant par pilote a été modifiée et prévoit ici une limite de 1h 10.

En LMP1, les Audi ne peuvent prendre l'avantage sur la voiture de Andretti Green Racing après le départ, mais se montrent présentes et prête à sauter sur n'importe quelle occasion. Au moins, le drapeau vert étant tombé, on ne saurait le leur reprocher cette fois-ci! L'accident de Kellerners (Rahal-Letterman) neutralise la course au 15ème tour pour quatre boucles, ce qui flirte avec le début de la fenêtre de changement de pilote. Inexplicablement, McNish effectue son pit stop lors du relancement de la course, ce qui le place à près d'un tour de retard, juste devant le leader: Franchitti. Prenant l'Acura en sandwich, on s'attendrait presque de la part d'Audi à une tactique digne des plus sombres cerveaux de Ferrari F1 pour permettre à la R10 #2 de prendre la tête du classement général... Il n'en sera rien, puisque celle-ci dépasse l'écossais au 30ème tour en profitant du trafic des GT2 autour d'eux. La joie sera de courte durée car une Porsche du Flying Lizard percute Pirro au freinage de l'épingle et provoque une crevaison. Forcé de rentrer au ralenti, Pirro passe le relai à Werner qui devra se contenter de la 9ème place à l'arrivée. Capello remporte sa catégorie en parvenant à rester dans le même tour que le leader, mais finit 7ème au classement général. Pour compléter le podium, on saluera la performance inouïe de la Creation #37 des Field qui franchit la ligne d'arrivée en 18ème position derrière six (SIX!) GT2.

En LMP2 Franchitti garde le bénéfice de sa pole au premier tour, emmenant derrière lui les deux Porsche RS Spyder de Penske. Briscoe (#6) est déjà en délicatesse avec sa voiture qui bloque ses roues au freinage à une fréquence inquiétante. Il rentre tôt au pit lane pour changer ses gommes. Dumas relaie Bernhard (#7) à la toute limite de temps accordée (1h 10) et sa voiture aura effectué toute la course avec le même train de pneus. L'Acura #26 perd une première fois la tête du classement général au profit de l'Audi #2, puis une seconde et dernière fois au 47ème tour lors du changement de pilote. Avec Herta à son volant, elle aura besoin d'un bref splash and go en fin d'épreuve et finira à une décevante 6ème place. Dumas prend le contrôle de la course au 47ème tour et le gardera jusqu'à l'arrivée. Chez Dyson Racing, la course est parfaitement tranquille. Probablement trop pour Chris Dyson (#20) qui pique un somme et un tout droit au bout du back straight, mais sans dommage pour sa Porsche. Leitzinger (#16) finit 3ème à 13s des Penske et Dyson 5ème. L'Acura de Highcroft Racing termine 4ème. La Lola Mazda de BK Motorsport a roulé quelque temps en 3ème place lors du début de course, mais s'est éteinte sur le pit lane pour conclure un week end marqué par des problèmes électriques et mécaniques.

(suite en page 2)

En GT1, c'est facile: la #4 est partie en pole avec Gavin et arrivée première avec Beretta, avec la #3 dans son sillage. A entendre les premières impressions d'après course de Gavin (qui s'est contenté de ressortir un running gag) et à voir le sourire forcé de Beretta, les gens de Pratt & Miller n'en ont plus rien à f..... et on peut les comprendre. Le seul moyen actuel de parler du GT1 est de statuer sur la place à l'arrivée de la #3: est-elle seconde? est-elle dernière? Seule certitude: le sponsor du podium est bien heureux d'économiser un magnum de champagne californien à chaque fois.

En GT2, on prend les mêmes et on recommence. Salo (F430 #62) remporte sa 3ème victoire consécutive pour Risi Competizione, devant Patrick Long (911 #44) pour Flying Lizard. C'est la Ferrari #61 qui finit 3ème. Il faut absolument souligner l'excellent travail d'équipe chez Petersen/White Lightning qui a permis à 8 techniciens d'accumuler plus de 2000h de travail afin de reconstruire la F430 accidentée par Tomas Enge à St Petersburg. La voiture est 6ème de sa catégorie mais a signé le record de piste pour une GT2. En voilà qui vont bien dormir ce soir, et nul doute que Enge (en rééducation) doit être fier de sa nouvelle équipe. La #21 pilotée par Hand est la seule Panoz du Team PTG à l'arrivée, en 5ème place.

La position des trois premiers de chaque catégorie est la suivante (pilote au volant à l'arrivée):

1 LMP2 #7 Dumas (Porsche RS Spyder)

2 LMP2 #6 Maassen (Porsche RS Spyder)

3 LMP2 #16 Leitzinger (Porsche RS Spyder)

(...)

7 LMP1 #1 Capello (Audi R10)

(...)

9 LMP1 #2 Werner (Audi R10)

10 GT1 #4 Beretta (Corvette C6R)

11 GT1 #3 O'Connell (Corvette C6R)

12 GT2 #62 Salo (Ferrari F430)

13 GT2 #44 Long (Porsche 911 GT3)

14 GT2 #61 Lazzaro (Ferrari F430)

(...)

18 LMP1 #37 Field (Creation CA06H)

(...)

La course n'a pas été particulièrement palpitante mais a souri aux Penske. Leur avantage est essentiellement provenu du fait que la neutralisation au 15ème tour est restée la seule de toute l'épreuve, ce qui a forcé une majorité de changements de pilote sous drapeau vert. Porsche garde ainsi l'avantage sur Acura. Demain aura lieu sur le même tracé l'épreuve de Champ Car, qui fait bizarrement passer l'ALMS pour une épreuve de soutien. Cet effet était particulièrement visible sur la densité d'amateurs dans les tribunes. Il est possible que l'ALMS ait opté pour une épreuve courte en galop d'essai pour une première année, et mise sur un bouche-à-oreille efficace pour remplir les siège l'an prochain. Cela avait été notable à Trois-Rivières en 2002 (course le samedi) et 2003 (course le dimanche) et pourrait fort bien se répéter.

La prochaine épreuve se déroulera dans les rues texanes de Houston dans une semaine, 2h40 de mauvais asphalte mais la course sera en partie nocturne.

Pour résumer

Première course à Long Beach pour la série, et première course aussi courte (1h 40), le classement à l'arrivée se devait de ne pas être conventionnel! Dès Houston l'an passé, l'ALMS sentait que les tracés en ville permettraient de rompre la monotonie imposée par Audi, et aujourd'hui pas moins de six LMP2 dament le pion aux R10 et à leur mazout. Penske Racing signe un doublé et oublie ses déboires de Sebring et St Pete.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.