par Elisabeth Studer

Tout VE en 2035 : Thierry Breton fait marche arrière

L’interdiction des véhicules thermiques neufs en 2035 remise en question ? Alors que l’objectif semble irréalisable voire irréaliste pour certains, Thierry Breton, le commissaire européen chargé du Marché intérieur, a semé le trouble. Insistant pour qu’une clause de revoyure soit adoptée pour mise en œuvre 2026.
Des propos qui interviennent alors que les constructeurs automobiles se sont récemment exprimés à ce sujet en exhortant l’UE à réunir les conditions préalables pour pouvoir surmonter le vaste défi qui leur est lancé : hausse des prix des matières premières nécessaires à la fabrication des batteries pour VE, déploiement des réseaux de recharge.
Autre élément à prendre en compte et non des moindres : l’impact de la transition énergétique sur l’emploi. Sans compter sur le prix de l’électricité qui s’envole … et les difficultés du secteur nucléaire français ….

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Thierry Breton pour une clause de revoyure

S’exprimant dans le cadre d’un un entretien donné aux Échos, publié vendredi, Thierry Breton - ancien ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie - a ainsi "insisté pour qu'une clause de revoyure soit adoptée pour 2026 ». Laquelle ouvre la porte à la possibilité de repousser l’échéance de 2035.

« Les questions sont très nombreuses et nous devrons peut-être adapter en 2026, ou avant 2026, les mesures soutenant la trajectoire vers 2035 » a- t-il déclaré.

De quoi semer le trouble parmi les constructeurs - pour ne pas dire plus - alors que la date de 2035 semblait non négociable.

Difficile d’établir des plans industriels et des perspectives financières dans un tel flou plus ou moins artistique ….

Une énorme transition pour tout l’écosystème automobile

Arguments invoqués : selon lui, « la généralisation en 2035 des véhicules électriques constitue une énorme transition à la fois pour l'industrie, les consommateurs, les employés et tout l'écosystème automobile, y compris des milliers de PME ». « C'est certainement la plus forte transformation industrielle qu'ait connue l'Union européenne", a-t-il souligné.

Création d’un groupe de travail

Le commissaire européen a également annoncé la création d'un groupe de travail pour préparer l'échéance de 2026 et 2030. Ce dernier réunira tous les trois mois "les grands constructeurs automobiles, les fournisseurs, les syndicats, les associations d'usagers, les villes, les opérateurs d'électricité". Son objectif sera « d'identifier et de traiter les difficultés pour mettre en œuvre » la « méga transformation » nécessitée par le défi lancé par l’UE.

Beaucoup de nids de poules sur la route des VE ….

Thierry Breton s’est également montrer inquiet face aux nids de poule qui jalonnent la route des véhicules électriques …

Il faut dire que la liste est longue …

Si l’on regarde l’aspect économique, la transition énergétique devrait entraîner la destruction de 600.000 postes, si l’on en croit les estimations. Du côté des consommateurs, les tarifs des VE devraient 27 % plus élevés que ceux de véhicules équivalents dotés de moteur thermique. Sans compter l’impact sur le budget de l’Etats des « généreuses » subventions accordées par l’Etat pour réduire la facture.

Autres éléments à prendre en compte : les ressources en électricité nécessaires pour pouvoir alimenter les VE, le tout dans un contexte de renchérissement de la précieuse ressource et le problème de capacité auquel est confronté le nucléaire français.

La dépendance à la Chine - notamment en terme de fourniture de batteries - et le risque de pénurie des matières premières nécessaires à leur élaboration constituent d’autres freins majeurs.

Continuer à produire des thermiques pour les pays moins adeptes des VE

Le commissaire a également "encouragé les industriels à continuer de produire des voitures thermiques" pour les "continents qui connaîtront une transition bien moins rapide". Une déclaration qui pourrait laisser sceptique plus d’un constructeur automobile … alors que nombre d’entre eux disposent d’ores et déjà d’implantations industrielles dans les zones concernées.

S’exprimant dans le Figaro, certains d’entre eux ont d’ores et déjà indiqué que fabriquer des voitures thermiques en Europe pour ces marchés serait "un non-sens économique ».

Pour résumer

L’interdiction des véhicules thermiques neufs en 2035 remise en question ? Alors que l’objectif semble irréalisable voire irréaliste pour certains, Thierry Breton, le commissaire européen chargé du Marché intérieur, a semé le trouble. Insistant pour qu’une clause de revoyure soit adoptée pour mise en œuvre 2026.
De quoi semer le trouble parmi les constructeurs - pour ne pas dire plus - alors que la date de 2035 semblait non négociable.
Difficile d’établir des plans industriels et des perspectives financières dans un tel flou plus ou moins artistique ….
Reste que l’objectif de bannir tous les véhicules thermiques neufs dans l’UE en 2035 semble très difficile à atteindre. Sans compter sur le manque de capacité nucléaire pour recharger tout ce « beau monde ».
Au final, devra-t-on conduire notre VE avec un col roulé avec 19 degrés maximum dans l’habitacle ? Certains - et non des moindres - ont d’ores et déjà montré l’exemple …

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.