par Elisabeth Studer

Tesla : analyse des signaux d’urgence visée par la NHTSA

Les régulateurs américains en terme de sécurité automobile (NHTSA) ont annoncé lundi avoir ouvert une enquête officielle sur l’Autopilot de Tesla - qui comme son nom ne l’indique pas est un système d'assistance à la conduite ... partiellement automatisé. Cette enquête voit le jour après une série de collisions avec des véhicules de première intervention stationnés.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

11 collisions avec des véhicules de 1ere intervention depuis 2018

La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) a déclaré que depuis janvier 2018, elle avait identifié 11 accidents dans lesquels les modèles Tesla ont rencontré des scènes impliquant de véhicules de première intervention et ont par la suite heurté un ou plusieurs véhicules impliqués dans ces scènes.

Dans le cadre de ces accidents, des Teslas sur pilote automatique ou régulateur de vitesse avertissant du trafic ont heurté des véhicules sur des scènes où des véhicules de première intervention ont utilisé des feux de véhicule d'urgence, des fusées éclairantes, un panneau de flèches illuminé ou des cônes avertissant des dangers. L'agence a annoncé l'action lundi dans une publication sur son site Web.

La NHTSA a envoyé ces dernières années de nombreuses équipes spéciales chargées de mener des enquêtes pour examiner une série d'accidents impliquant des véhicules de Tesla. La plupart de ces incidents ont eu lieu après la tombée de la nuit et lors de signalisations émises par des véhicules de première intervention.

17 blessés et une personne tuée

Parmi les accidents identifiés par la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) dans le cadre de l'enquête, 17 personnes ont été blessées et une a été tuée.

La NHTSA a déclaré que parmi les 11 accidents, 4 avaient eu lieu cette année, le plus récent s’étant déroulé le mois dernier à San Diego.

Enquête sur 765 000 véhicules de Tesla

L'enquête porte sur 765 000 véhicules, soit la quasi-totalité des véhicules que Tesla a vendue aux États-Unis depuis la commercialisation du modèle année 2014.

Une évaluation préliminaire du pilote automatique des Tesla Models Y, X, S et 3, mis en place entre 2014-2021 sera menée dans le cadre de la procédure judiciaire.

La NHTSA va évaluer l'engagement du conducteur dans la tâche de conduite

La NHTSA a déclaré que son enquête "évaluera les technologies et les méthodes utilisées pour surveiller, assister et faire respecter l'engagement du conducteur dans la tâche de conduite dynamique pendant le fonctionnement du pilote automatique".

Étant donné que la NHTSA pourrait exiger un rappel, elle doit d'abord décider de transformer une enquête préliminaire en une analyse technique.

Le pilote automatique, qui gère certaines tâches de conduite et permet aux conducteurs de garder les mains sur le volant pendant de longues périodes, fonctionnait dans au moins trois véhicules Tesla impliqués dans des accidents mortels aux États-Unis depuis 2016, a déclaré le National Transportation Safety Board (NTSB).

Un défi pour l’Autopilot : savoir gérer les signalisations émises par véhicules d’urgence et d 'intervention

Le NTSB a critiqué le manque de protection du système de Tesla pour le pilote automatique.

En février 2020, le directeur de la technologie de conduite autonome de Tesla, Andrej Karpathy, a identifié un défi pour son système de pilote automatique : comment reconnaître quand les feux clignotants d'urgence d'une voiture de police garée sont allumés.

"C'est un exemple d'une nouvelle tâche que nous aimerions connaître", avait déclaré Karpathy lors d'une conférence.

Dans l'un des cas, un médecin regardait un film sur un téléphone lorsque son véhicule a percuté un soldat de l'État en Caroline du Nord.

Autopilot ne signifie pas conduite automatique !

En juin, la NHTSA a déclaré qu'elle avait envoyé des équipes pour examiner 30 accidents de Tesla impliquant 10 décès depuis 2016 où l'on soupçonne l'utilisation de systèmes avancés d'aide à la conduite.

Dans un communiqué, la NHTSA a rappelé aux conducteurs qu'"aucun véhicule à moteur disponible dans le commerce aujourd'hui n'est capable de se conduire seul... Certaines fonctions avancées d'assistance à la conduite peuvent promouvoir la sécurité en aidant les conducteurs à éviter les accidents et à atténuer la gravité des accidents qui se produisent, mais comme avec toutes les technologies et équipements sur les véhicules à moteur, les conducteurs doivent les utiliser correctement et de manière responsable » a-t-elle ajouté.

En janvier 2017, la NHTSA a clôturé une évaluation préliminaire du pilote automatique de Tesla couvrant 43 000 véhicules sans prendre aucune mesure après une enquête de près de sept mois.

La NHTSA a déclaré à l'époque qu'elle "n'avait identifié aucun défaut dans la conception ou les performances" du pilote automatique "ni aucun incident dans lequel les systèmes ne fonctionnaient pas comme prévu". L'assistant à la conduite, dit "Autopilot", de Tesla fait l'objet de nombreuses polémiques après une série d'accidents ayant impliqué des véhicules de la société.

Notre avis, par leblogauto.com

Si la plupart des medias francophones omettent de préciser qu’il s’agit de collisions avec des véhicules de première intervention, la presse anglo-saxonne met quant à elle se fait en avant, et le mentionne même explicitement dans le titre.

Car au-delà du problème d’un système d’Autopilot qui n’a rien à voir avec un logiciel offrant des fonctionnalités d’auto pilotage du véhicule, il s’agit aussi pour la NHTSA de déterminer comment le logiciel embarqué sur les Tesla interprète les signaux émis par des véhicules de première intervention (fusée, feux de véhicules d’urgence, warning …)

Sources : Reuters, AFP, The Guardian

A lire également :

. Tesla : NHTSA et NTSB enquêtent sur l’accident au Texas

. Tesla /conduite autonome : Musk enjolive la réalité

Pour résumer

Les régulateurs américains en terme de sécurité automobile (NHTSA) ont annoncé lundi avoir ouvert une enquête officielle sur l’Autopilot de Tesla - qui comme son nom ne l’indique pas est un système d'assistance à la conduite ... partiellement automatisé. Cette enquête voit le jour après une série de collisions avec des véhicules de première intervention stationnés.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.