par Joest Jonathan Ouaknine

Le CFGP est mort, vive la F4 China !

Gerhard Berger, responsable des formule monoplaces de la FIA, veut imposer la F4. Une formule a ne pas confondre avec la FR 1.6 (ex-Formule Campus et ex-Autosport Academy) ou la F4 BRDC. Le terme "F4" sauce FIA est flou. En Italie, le championnat utilisera des Tatuus à moteur Abarth (comme feu la Formula Abarth.) En Amérique du Sud, ça sera des Signatech à Formule Abarth. En 2015, les F4 Australiennes et Britanniques emploieront des Mygale à moteur Ford. Enfin, en Chine, dés 2014, ce sera des Mygale à moteur Geely !

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Ainsi, la China Formula Grand Prix va devenir "F4 China". Une véritable révolution pour l'une des formule monoplaces les plus exotiques.

En 2004, la Chine accueille son premier Grand Prix de F1. Shi Tianshu, alors responsable de la fédération du sport automobile chinoise (FASC) est dans les tribunes. Il déplore l'absence de Chinois sur la grille. Ho-Pin Tung, champion 2003 de Formule BMW Asia, se contente de quelques tours avec la Williams/BMW. Shi veut voir un Chinois en F1 et créer une filière locale. Les championnats existants étant des adaptations de formules européennes (Formule BMW, FR 2.0, FR 3.5, etc.) Li Shu Fu, PDG de Geely, l'écoute et ils créent ensemble l'Asia Formula Geely (AGF! ) En guise de voiture de démonstration, ils utilisent une vieille Formule Campus.

Finalement, les AGF utilisent des châssis Van Diemen. La première saison a lieu en 2006. Les pilotes sont essentiellement des gentlemen-drivers Chinois grisonnants et des gweilo (mercenaires Européens.) Une tentative d'exportation à Sepang est un flop, avec une grille remplie à la diable avec des locaux.

Geely évoque une AGF V6, voir une AGF V8. Mais le constructeur connait un trou d'air et il réduit la voilure. Un promoteur privé prend le relais et en 2011, elle devient China Formula Grand Prix (CFGP.) Pour attirer les jeunes, elle crée un classement "moins de 18 ans".

Les défauts structurels de l'AGF sont un calendrier squelettique (4 manches de 2 courses), l'emploi de vieilles Van Diemen et un manque de gros sponsors (d'où le recours à des entreprises sulfureuses comme les eaux Lamborghini...) Surtout, faute d'accord avec le tout-puissant championnat de tourisme (autour duquel s'articule les autres disciplines), le CFGP est marginalisé.

Malgré tout, la situation s'améliore. En 2013, les Van Diemen reçoivent un 2,0l JLδ-4G20 137ch, plus puissant que l'ancien 1,7l. De plus, les jeunes prennent le pouvoir : Wu Ruopeng, ancien champion "moins de 18" décroche le titre. Parmi les glorieux anciens, on peut citer Zhang Zhiqiang (aujourd'hui présent en CTCC et en Carrera Cup China) et Sun Zheng (champion National de British F3 2013.)

Dallara n'a jamais cru en la Chine. De quoi ouvrir le champ aux autres constructeur de châssis. Ainsi, c'est le Français Mygale qui fournira la F4 China. Le moteur reste le 2,0l Geely.

Reste maintenant à lui donner un vrai championnat. L'AGF/CFGP a survécu à pas mal d'autres tentatives sino-asiatiques (Formula Campus ChangAn-Ford, Formula Renault Open, Formula BMW Asia, Formula V6 Asia...) Reste que les temps ont changé. L'Asia Formula Renault et la Formula Masters China ont de grandes ambitions pour 2014. Si la F4 China veut sortir de l'anonymat, elle doit se retrousser les manches.

Crédits photos : Mygale (photo 1), FASC (photo 2) et CFGP (photos 3 à 5)

Pour résumer

Gerhard Berger, responsable des formule monoplaces de la FIA, veut imposer la F4. Une formule a ne pas confondre avec la FR 1.6 (ex-Formule Campus et ex-Autosport Academy) ou la F4 BRDC. Le terme "F4" sauce FIA est flou. En Italie, le championnat utilisera des Tatuus à moteur Abarth (comme feu la Formula Abarth.) En Amérique du Sud, ça sera des Signatech à Formule Abarth. En 2015, les F4 Australiennes et Britanniques emploieront des Mygale à moteur Ford. Enfin, en Chine, dés 2014, ce sera des Mygale à moteur Geely !

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.