par Elisabeth Studer

Les Emirats vont fournir à l'Allemagne diesel et GNL

Une bonne nouvelle dans ce monde de brut et une épine en moins dans le pied du gouvernement allemand, très dépendant des hydrocarbures russes : les Emirats arabes unis et l'Allemagne ont signé dimanche un accord de fourniture par le pays du Golfe, en 2022 et 2023, de diesel et de gaz liquéfié. Une signature intervenant à l'occasion d'une visite du chancelier allemand Olaf Scholz à Abou Dhabi.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Un accord historique selon les Emirats

Le ministre émirati de l'Industrie, Sultan al-Jaber, s'est félicité de la signature d'un "nouvel accord historique" qui "renforce le partenariat énergétique en pleine expansion entre les Emirats arabes unis et l'Allemagne". M. Scholz, qui a rencontré le président émirati, Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, également présent lors de la signature, a "salué" quant à lui un accord sur la "sécurité énergétique".

Livraison de diesel à l’Allemagne dès septembre

La société pétrolière publique émiratie ADNOC a d’ores et déjà effectué sa toute première livraison directe de diesel à l'Allemagne dès septembre, et fournira jusqu'à 250.000 tonnes de diesel par mois en 2023. Soit au maximum 3 millions de tonnes de diesel sur une année. L'accord signé dimanche prévoit parallèlement l'exportation d'une cargaison de gaz naturel liquéfié (GNL) vers l'Allemagne à la fin de 2022, puis la fourniture de quantités supplémentaires en 2023.

L’Allemagne souhaite nouer des partenariats stratégiques avec les pays du Golfe

Olaf Scholz effectue depuis samedi une tournée dans des pays du Golfe. Objectif : nouer des partenariats énergétiques dans l'espoir de remplacer les approvisionnements russes et atténuer la crise énergétique provoquée par la guerre en Ukraine.

D’autres opportunités de coopération

Le président émirati a ensuite déclaré sur Twitter qu'il s'était également entretenu avec le dirigeant allemand à propos "d'autres opportunités de coopération dans des domaines tels que la sécurité énergétique, la réduction des émissions et l'action climatique".

L’Allemagne veut bâtir son indépendance énergétique

Le dirigeant allemand a déclaré auparavant que son pays était déterminé à ne plus jamais dépendre d'un seul fournisseur d'énergie. "Dépendre d'un fournisseur (unique) et dépendre (aussi) de ses décisions ne nous arrivera certainement plus", a-t-il souligné.

"Avec les investissements que nous réalisons en Allemagne et qui se concrétiseront progressivement l'année prochaine, nous disposerons en effet d'une infrastructure d'importation de gaz qui fera que nous ne dépendrons plus directement d'un fournisseur spécifique à l'autre bout du pipeline", a ajouté le chancelier allemand. "Nous devons faire en sorte que la production de gaz liquéfié dans le monde soit suffisamment avancée pour que la forte demande puisse être satisfaite sans avoir à nous rabattre sur les capacités de production en Russie utilisées jusqu'à présent", a déclaré M. Scholz.

Sans aucunement parler de pétrole

Les Emirats remettent une couche sur la transition énergétique qu’ils jugent irréaliste

L ministre chargée du changement climatique des Emirats, Mme Mariam al-Mehairi a quant à elle réitéré la nécessité d'"une transition juste" au niveau mondial des énergies fossiles vers des sources d'énergie propres.

Des propos qui interviennent alors que les Emirats et l’Arabie saoudite critiquent ce qu'ils considèrent comme des modèles de transition "irréalistes" qui, selon eux, ont contribué à la crise énergétique actuelle.

Notre avis, par leblogauto.com

Un accord qui voit le jour alors qu’à la mi-septembre, le gouvernement fédéral, répondant à une demande du groupe parlementaire de l'Union chrétienne-démocrate au Bundestag avait indiqué qu’« un total d'environ 2,3 millions de tonnes de pétrole brut et de produits pétroliers avaient été importés de Russie en juin ». Précisant que cela signifiait que la part de la Russie dans la consommation allemande de pétrole en juin était d'environ 30 %.

Selon Statista, en juin 2022, l'Allemagne a importé plus de 1,8 million de tonnes de pétrole brut de Russie, après avoir légèrement augmenté le volume de ces importations par rapport au mois précédent. Par rapport à juin 2021, le volume des importations a diminué de près de 7 %. Sur la période observée depuis le début de 2021, les importations ont culminé à plus de 2,8 millions de tonnes en janvier 2022.

En avril dernier, le ministre allemand de l'Economie Robert Habeck (Verts) avait pourtant déclaré que l'Allemagne pourrait remplacer à court terme toutes les importations de pétrole russe, à l'exception des quantités traitées dans la raffinerie de Schwedt, et que le quota d'importation pourrait être réduit à 12 %. Des chiffres à comparer aux 3 millions de tonnes de diesel que les Emirats devraient au maximum acheminer vers l’Allemagne … sur une année.

 

Sources : AFP, DTS

Pour résumer

Les Emirats arabes unis et l'Allemagne ont signé dimanche un accord de fourniture par ce pays du Golfe, en 2022 et 2023, de diesel et de gaz liquéfié. Une signature intervenant à l'occasion d'une visite du chancelier allemand Olaf Scholz à Abou Dhabi.
Il n'en demeure pas moins que l'Allemagne demeure à l'heure actuelle fortement dépendante du pétrole russe.
En avril dernier, le ministre allemand de l'Economie Robert Habeck (Verts) avait déclaré que Berlin pourrait remplacer à court terme toutes les importations de pétrole russe, à l'exception des quantités traitées dans la raffinerie de Schwedt, et que le quota d'importation pourrait être réduit à 12 %. Des chiffres à comparer aux 3 millions de tonnes de diesel que les Emirats devraient au maximum acheminer vers l’Allemagne … sur une année.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.