par Elisabeth Studer

Allemagne : dépendance au pétrole russe plus forte qu’annoncée

Quelques mois avant l'entrée en vigueur de l'embargo pétrolier, prévu pour la fin de l'année, l'Allemagne est encore largement dépendante des importations russes. Chiffres à l'appui.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

L’Allemagne a continué à largement s’approvisionner en pétrole russe en juin

La réponse du gouvernement fédéral à une demande du groupe parlementaire de l'Union chrétienne-démocrate au Bundestag, dont le journal allemand « die Welt" s’est fait l’écho est claire : « un total d'environ 2,3 millions de tonnes de pétrole brut et de produits pétroliers ont été importés de Russie en juin ».

« Cela signifie que la part de la Russie dans la consommation allemande de pétrole en juin était d'environ 30 % » a-t-il été précisé.

Selon Statista, en juin 2022, l'Allemagne a importé plus de 1,8 million de tonnes de pétrole brut de Russie, après avoir légèrement augmenté le volume de ces importations par rapport au mois précédent. Par rapport à juin 2021, le volume des importations a diminué de près de 7 %. Sur la période observée depuis le début de 2021, les importations ont culminé à plus de 2,8 millions de tonnes en janvier 2022.

Un quota d’importation promis à 12 % …

En avril dernier, le ministre allemand de l'Economie Robert Habeck (Verts) avait pourtant déclaré que l'Allemagne pourrait remplacer à court terme toutes les importations de pétrole russe, à l'exception des quantités traitées dans la raffinerie de Schwedt, et que le quota d'importation pourrait être réduit à 12 %.

La raffinerie Schwedt mise sous tutelle

Vendredi, le gouvernement fédéral a placé la raffinerie PCK de Schwedt sous la tutelle de l'Agence fédérale des réseaux, retirant ainsi le contrôle à l'actionnaire majoritaire russe Rosneft. Une mesure qui pourrait engendrer la fin des livraisons de pétrole russe à l’Allemagne.

Pas de plan clair sur la manière de procéder sans les importations de pétrole russe

Le chef du groupe parlementaire de l'Union chrétienne-démocrate, Jens Spahn, a quant à lui critiqué le fait qu'il n'y ait toujours pas de "plan compréhensible du gouvernement » sur la manière de procéder sans les importations de pétrole russe. "Oui, nous voulons et devons devenir indépendants du pétrole russe", a déclaré Spahn au "Welt". Mais selon lui, « la dépendance vis-à-vis du pétrole russe est en fait encore bien plus élevée que ce que prétend Habeck."

Sources : DTS

Pour résumer

Quelques mois avant l'entrée en vigueur de l'embargo pétrolier, prévu pour la fin de l'année, l'Allemagne est encore largement dépendante des importations russes.
Le chef du groupe parlementaire de l'Union chrétienne-démocrate, Jens Spahn, a quant à lui critiqué le fait qu'il n'y ait toujours pas de "plan compréhensible du gouvernement » sur la manière de procéder sans les importations de pétrole russe. "Oui, nous voulons et devons devenir indépendants du pétrole russe", a déclaré Spahn au "Welt". Mais selon lui, « la dépendance vis-à-vis du pétrole russe est en fait encore bien plus élevée que ce que prétend Habeck."

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.