par Elisabeth Studer

Concessionnaires Ford : prix d’entrée sur marché des VE "inacceptable"

Rififi autour de la stratégie électrique de Ford par rapport à ses concessionnaires.
En début de semaine, le sénateur Richard Blumenthal a déclaré qu'il prévoyait de demander à la Federal Trade Commission (FTC), ainsi qu'aux autorités de l'État, d'enquêter sur le programme de certification des véhicules électriques de Ford. Accusant le constructeur de violations potentielles des règles juridiques concernant les franchises dans ce qu'il qualifié de « traitement inacceptable » des concessionnaires.
Pour rappel, en septembre dernier, Ford a indiqué à ses concessionnaires que les tarifs qu’ils devront pratiquer sur les véhicules électriques du constructeur seront à brève échéance fixes et non négociables et qu’ils devront investir jusqu'à 1,2 million de dollars pour continuer à pouvoir vendre ce type de modèle.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Les législateurs appellent Ford à repousser la date butoir

Richard Blumenthal a rejoint un groupe bipartite de législateurs de l'État du Connecticut pour critiquer les plans lors d'une conférence de presse virtuelle qui comprenait également un membre de haut rang de la Connecticut Automotive Retailers Association. Les législateurs ont appelé Ford à repousser à nouveau la date limite du 2 décembre fixée aux concessionnaires pour s'inscrire au programme. "Je suis convaincu qu'il y a ici un sujet qui doit faire l'objet d'une enquête", a déclaré Blumenthal, affirmant que la question était d'un "profond" intérêt public. "Je pense juste que Ford commet une terrible erreur ici s'il persiste dans cette approche » a-t-il ajouté.

Ford refuse de prolonger le délai

Peine perdue : Ford a indiqué dans un communiqué qu'il ne prolongerait pas le délai. "Le programme volontaire permet à nos concessionnaires de savoir quand et comment s'inscrire et nous comprenons que certains concessionnaires opérant sur des marchés avec une pénétration limitée des véhicules électriques peuvent choisir de ne pas s'inscrire à ce cycle", a déclaré le porte-parole de Ford, Marty Günsberg.

Assez de concessionnaires pour répondre à la demande

"Pour ces concessionnaires, Ford offre un deuxième point d'entrée en 2025 alors que la production de véhicules électriques de Ford évolue rapidement. Nous sommes convaincus que nous aurons suffisamment d'inscriptions de concessionnaires pour ce round pour pouvoir servir nos clients à l'échelle nationale » a par ailleurs ajouté le constructeur. Même pas mal ! Le porte-parole a tenu par ailleurs à ajouter que Ford ne pensait pas que le programme volontaire viole les lois sur les franchises du Connecticut.

Un programme de certification très contraignant et couteux pour les concessionnaires

Le programme de certification, déployé auprès des concessionnaires en septembre dernier, les obligerait à investir jusqu'à 1,2 million de dollars dans les chargeurs, la formation du personnel et de nouvelles normes commerciales en vue d’une refonte de l'expérience de vente au détail, permettant de s’adapter aux véhicules électriques. Les concessionnaires peuvent choisir de ne dépenser « que » 500 000 $, mais ne seraient pas autorisés à vendre plus de 25 véhicules électriques par an dans ce cas. Ford a par ailleurs indiqué que les chiffres d'investissement pourraient varier en fonction des incitations fédérales et étatiques.

Les détaillants qui choisissent de ne pas investir seraient contraints de vendre uniquement des modèles et des hybrides à essence.

Un prix à l’entrée sur le marché du VE jugé trop élevé

Le représentant de l'État du Connecticut, Roland Lemar, un démocrate, s'est dit préoccupé par le prix demandé aux concessionnaires de Ford, lequel s’avère supérieur à ce que d'autres marques ont demandé à leurs réseaux de dépenser. Il souhaite que le constructeur retravaille les principaux éléments du programme. "Ils doivent annuler cet élément contractuel et ne doivent en aucun cas obliger nos concessionnaires à respecter la date limite du 2 décembre", a-t-il déclaré. "S'ils ne le font pas, je peux leur assurer... qu'il y aura des répercussions à la fois au niveau de l'État et au niveau fédéral." La sénatrice Heather Somers, R-Conn., a déclaré qu'elle avait «des inquiétudes profondes et graves» au sujet du programme. "Le montant des investissements requis pour nos concessionnaires locaux est stupéfiant" a-t-elle ajouté.

Notre avis, par leblogauto.com

Ford semble rester insensible à ces vives réactions des législateurs. Adoptant la posture « du même pas mal », voire même affirmant à demi – mots que s’inscrire au programme de VE de Ford permettait aux concessionnaires d’accroître leurs débouchés commerciaux. A la limite même, ils devraient au contraire remercier le constructeur de leur offrir de telles opportunités de ventes

 

Sources : PublicnewsTime, Automotive News

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

Rififi autour de la stratégie électrique de Ford par rapport à ses concessionnaires.
En début de semaine, le sénateur Richard Blumenthal a déclaré qu'il prévoyait de demander à la Federal Trade Commission (FTC), ainsi qu'aux autorités de l'État, d'enquêter sur le programme de certification des véhicules électriques de Ford. Accusant le constructeur de violations potentielles des textes législatifs concernant les franchises via un « traitement inacceptable » des concessionnaires.
Pour rappel, en septembre dernier, Ford a indiqué à ses concessionnaires que les tarifs qu’ils devront pratiquer sur les véhicules électriques du constructeur seront à brève échéance fixes et non négociables et qu’ils devront investir jusqu'à 1,2 million de dollars pour continuer à pouvoir vendre ce type de modèle.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.