Batteries VE / UK : Britishvolt pourrait trouver preneur
par Elisabeth Studer

Batteries VE / UK : Britishvolt pourrait trouver preneur

Recharge Industries, une start-up australienne a confirmé mercredi avoir présenté une offre de reprise sur Britishvolt, société qui avait pour projet de construire une usine de batteries pour véhicules électriques outre Manche. Un dossier d’autant plus important que le manque de sites de production de ce type sur le sol britannique pourrait remettre en cause l’essor des véhicules électriques au Royaume-Uni.

Zapping Le Blogauto Essai Peugeot 408 Hybrid 225

Offre de rachat de la totalité du site et des installations

Recharge a déposé une offre pour racheter "la totalité du site et des installations" de Britishvolt. Après des mois de lutte pour sa survie, la société avait dû se résoudre la semaine dernière à se placer sous la procédure de faillite. Licenciant en parallèle près de 300 employés. Recharge "offre une perspective pour conserver les employés actuels de Britishvolt et développer" sa technologie de batterie, indique désormais le potentiel repreneur.

Offre non-engageante

L'offre reste "non-engageante" à ce stade, a tenu à préciser le PDG de la start-up australienne David Collard. Notons que Britishvolt n'avait pas réussi à lever suffisamment de fonds pour financer le projet d’un coût total de 3,8 milliards de livres.

Le gouvernement britannique avait quant à lui suspendu le versement de 100 millions de livres à l'avancée du projet. Une somme émanant du Fonds de transformation automobile du gouvernement, structure mise en place en vue de séduire les développeurs de batteries pour VE au Royaume-Uni.

La start-up dédiée à la production de batteries pour véhicules électriques avait obtenu près de 1,7 milliard de livres sterling (près de 2 milliards d’euros) de financement privé d'Abrdn et de Tritax pour son projet de gigafactory à grande échelle dans le Northumberland, dans le nord-est de l'Angleterre.

Notre avis, par leblogauto.com

WAE Technologies, filiale britannique du géant minier australien Fortescue, vient d’annoncer pour sa part qu’il projetait d'ouvrir une usine de batteries pour véhicules électriques au Royaume-Uni. Un projet d’autant plus attendu, que la faillite de Britishvolt avait fait craindre un net ralentissement de l’essor des VE dans le pays, faute d’équipements. Remettant potentiellement en cause la possibilité pour le Royaume-Uni d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

Selon les estimations initiales de Britishvolt, le site devrait produire suffisamment de batteries pour alimenter 300 000 voitures électriques, créera environ 3 000 emplois sur place et 5 000 autres dans la région.

A noter que Recharge, qui est financée par la société new-yorkaise Scale Facilitation, porte un projet similaire d'usine de batteries à Geelong, près de Melbourne en Australie.

 

Sources : AFP

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Recharge Industries, une start-up australienne a confirmé avoir présenté une offre de reprise Britishvolt, société qui avait pour projet de construire une usine de batteries pour véhicules électriques outre Manche, mais qui a été récemment mise en faillite.

WAE Technologies, filiale britannique du géant minier australien Fortescue, vient d’annoncer pour sa part qu’il projetait d'ouvrir une usine de batteries pour véhicules électriques au Royaume-Uni. Un projet d’autant plus attendu, que la faillite de Britishvolt avait fait craindre un net ralentissement de l’essor des VE dans le pays, faute d’équipements. Remettant potentiellement en cause la possibilité pour le Royaume-Uni d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.