par Gautier Bottet

Volvo reprend le contrôle de ses opérations en Chine

Comme l'y autorise à présent la loi, Volvo a repris en totalité le contrôle de ses opérations en Chine. Il est le premier constructeur à sortir du système de coentreprise. Ce qui devrait surtout se traduire par un impact sur les comptes de résultat, son partenaire étant aussi la maison mère, Geely.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

  • Volvo désormais propriétaire à 100% de ses usines et de son centre de développement en Chine

Depuis 2018, le système de coentreprise en Chine évolue, et la production automobile sort progressivement des catégories de produit pour lesquels il est nécessaire de s'associer à une entreprise chinoise. A ce jour, il reste nécessaire d'avoir un partenaire (sauf pour produire des véhicules électriques), mais un constructeur étranger peut désormais posséder plus de 50% du capital d'une coentreprise. Plusieurs constructeurs ont ainsi modifié la répartition des parts, et du contrôle, de leur(s) coentreprise(s) en Chine. C'est par exemple le cas pour BMW ou Volkswagen.

Mais 2022 verra l'ultime évolution du système, puisqu'il n'y aura plus d'obligation de partenariat. Volvo sera le premier à en prendre acte puisque le constructeur suédois sort du système de coentreprise en faisant l'acquisition de la totalité des parts de son partenaire. Qui n'est autre que Geely. Ce qui rend bien entendu l'opération plus simple, d'un point de vue financier comme politique, puisque Volvo est par ailleurs une filiale du groupe chinois...

Sont concernées par l'opération les usine de Chengdu et Daqing, ainsi que le centre de recherche et développement de Shanghai. Au final, cela reste une opération symbolique et essentiellement comptable. Désormais, les investissements, gains et profits seront comptabilisés à 100% chez Volvo et non plus selon la représentation dans la coentreprise.

Cependant, lorsque Håkan Samuelsson, CEO de Volvo, précise que le constructeur suédois est "le premier constructeur majeur non-chinois à avoir le contrôle total de ses opérations en Chine", on ne peut que s'étonner... Et Tesla ? A moins de ne pas considérer Tesla comme un constructeur majeur ? Pourtant en 2021 l'américain pourrait bien vendre plus de voitures dans le monde que... Volvo. Ceci grâce à la Chine d'ailleurs.

Pour résumer

Comme l'y autorise à présent la loi, Volvo a repris en totalité le contrôle de ses opérations en Chine. Il est le premier constructeur à sortir du système de coentreprise. Ce qui devrait surtout se traduire par un impact sur les comptes de résultat, son partenaire étant aussi la maison mère, Geely.

Gautier Bottet
Rédacteur
Gautier Bottet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.