par Elisabeth Studer

Semi-conducteurs : Le Maire dénonce la dépendance à l'Asie

La dépendance de l'industrie européenne aux composants électroniques venus d'Asie la rend "qu'une pénurie mondiale de semi-conducteurs contraint chaque jour un peu plus de constructeurs à interrompre l'activité de leurs usines.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

La dépendance de l'industrie européenne aux composants électroniques venus d'Asie la rend "vulnérable", a regretté lundi le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire. Des propos qui interviennent alors qu'une pénurie mondiale de semi-conducteurs contraint chaque jour un peu plus de constructeurs à interrompre l'activité de leurs usines.

Une dépendance vis à vis de l'Asie inacceptable selon Le Maire

"Notre dépendance vis-à-vis de l'Asie est excessive et inacceptable (...) elle nous rend vulnérables", a déclaré le ministre lors d'un point-presse à l'issue d'un échange avec le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton.

La France doit éviter le rachat d'entreprises stratégiques

Le ministre a notamment prévenu que l'Europe et la France devaient "veiller à éviter le rachat d'entreprises stratégiques" par des concurrents étrangers. "Il y a un certain nombre de projets de rachat, sur lesquels nous ne sommes pas favorables", a-t-il insisté.

Il n'a pas cité les projets auxquels il faisait allusion, mais au moins deux acquisitions dans le secteur des semi-conducteurs sont en cours en Europe.

L'américain Nvidia est en passe d'avaler le britannique ARM, tandis que le taïwanais GlobalWafers a conclu un accord en décembre pour acquérir son concurrent allemand Siltronic.

Ces deux opérations sont encore suspendues au feu vert de plusieurs autorités de la concurrence.

Bruno Le Maire a mis en avant "soit le droit de la concurrence, soit les textes qui existent au niveau européen ou au niveau national sur les investissements étrangers" pour éviter de tels rachats.

Le Maire plaide en faveur d'un projet d'intérêt commun dédié à l'électronique

Bruno Le Maire propose également que l'Union européenne adopte "dès cette année" un nouveau projet important d'intérêt européen commun (PIEC) dédié à l'électronique, à l'image de celui conclu sur les batteries électriques.

"La France a déjà identifié 18 projets" qui pourraient être "éligibles" à ce projet, a indiqué le ministre.

Selon lui, cet enjeu devient d'autant plus urgent avec la pénurie de semi-conducteurs qui touche le monde actuellement et pénalise notamment le secteur automobile.

Cellule de crise en France

Alors que Joe Biden a  affirmé vouloir prendre le taureau par les cornes - les conséquences financières de la pénurie augmentant chaque jour un peu plus -  la France a de son côté lancé une cellule de crise sur le sujet qui réunit les filières électronique et automobile.

L'objectif dans cette situation d'"urgence" est "d'avoir une meilleure allocation des composants", a déclaré   Bruno Le Maire.

 Notre avis, par leblogauto.com

Encore une fois, le gouvernement français semble découvrir  l'immense dépendance de l'Europe face à la Chine ... Pourtant  rien de nouveau sous le soleil en la matière ... Reste que la crise du Covid-19 aura peut-être mis un avant une situation fort dangereuse ... mais difficile à modifier en quelques mois,  car nécessitant de mettre les bouchées doubles pour installer de nouvelles usines en Europe. Sans compter sur une éventuelle  hausse des coûts que cela pourrait entraîne, le prix de la main d'oeuvre européenne étant loin d'être aussi "avantageux" que celui pratiqué dans l'Empire du Milieu.

Sources : AFP

A lire également :

. Pénurie de puces : Biden pour un état des lieux et une stratégie

. Pénurie de puces : constructeurs US et japonais impactés

Pour résumer

La dépendance de l'industrie européenne aux composants électroniques venus d'Asie la rend "qu'une pénurie mondiale de semi-conducteurs contraint chaque jour un peu plus de constructeurs à interrompre l'activité de leurs usines.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.