par Thibaut Emme

PSA, Renault - loi Florange : 2 poids, 2 mesures pour l'Etat ?

L'Etat a usé de tactique (merci le Ministre Macron) pour forcer Renault a adopter les droits de vote doubles (la fameuse loi Florange), mais chez PSA Peugeot Citroën, l'Etat a "forcé" la famille Peugeot a renoncer à ce doublement des droits de vote et ce, dès 2014.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

L'Etat a usé de tactique (merci le Ministre Macron) pour forcer Renault a adopter les droits de vote doubles (la fameuse loi Florange), mais chez PSA Peugeot Citroën, l'Etat a "forcé" la famille Peugeot a renoncer à ce doublement des droits de vote et ce, dès 2014.

L'Assemblée Générale de PSA Peugeot Citroën s'est tenue le 29 avril dernier. En plus de l'officialisation du transfert du siège social à Rueil Malmaison, PSA a annoncé que la famille renonçait à la possibilité des droits de vote doubles pour ne pas peser d'avantage que les deux autres actionnaires de référence, à savoir l'Etat français et le constructeur chinois Dongfeng.

Louis Gallois, Président du Conseil de Surveillance de PSA, a annoncé : "(...) que dans le cadre des accords conclus à l'occasion des augmentations de capital réalisées en 2014, les sociétés du groupe familial Peugeot s'étaient engagées à neutraliser l'impact de leurs droits de vote doubles, en assemblée générale, en égalisant ceux-ci au niveau du nombre d'actions détenues par les sociétés Dongfeng et Sogepa".

C'était donc une condition sine qua non, négociée lors de l'augmentation de capital qui a sauvé le groupe. Il est tout de même cocasse de voir en quelques heures deux Assemblées Générales au cours desquelles l'Etat prend deux positions opposées sur les droits qu'ouvre la loi Florange pour les actionnaires qui détiennent leurs actions depuis plus de 2 ans.

Source : PSA, Reuters, illustration : PSA

Pour résumer

L'Etat a usé de tactique (merci le Ministre Macron) pour forcer Renault a adopter les droits de vote doubles (la fameuse loi Florange), mais chez PSA Peugeot Citroën, l'Etat a "forcé" la famille Peugeot a renoncer à ce doublement des droits de vote et ce, dès 2014.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.