par Elisabeth Studer

Nissan : non à un Ghosn bis privilégiant Renault

Nissan aurait rejeté la demande de son partenaire Renault d'envoyer un successeur doté de pouvoirs similaires à ceux détenus auparavant par le désormais président déchu, Carlos Ghosn. C'est en tout cas ce qu'ont indiqué mardi des sources proches du dossier. Laissant ainsi entrevoir l'ampleur de la lutte entre les deux partenaires pour la prise de pouvoir.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Nissan aurait rejeté la demande de son partenaire Renault d'envoyer un successeur doté de pouvoirs similaires à ceux détenus auparavant par le désormais président déchu, Carlos Ghosn. C'est en tout cas ce qu'ont indiqué mardi des sources proches du dossier. Laissant ainsi entrevoir l'ampleur de la lutte entre les deux partenaires pour la prise de pouvoir.

De même source, on indique que Renault, principal actionnaire de Nissan qui a décidé de maintenir Ghosn à sa tête - conformément à ce qui lui impose la loi française - malgré son arrestation en novembre dernier pour inconduite financière présumée, aurait émis une telle requête lors de la réunion du conseil d'urgence du constructeur japonais qui s'est tenue le 22 novembre.

La proposition visait à protéger les intérêts du constructeur français et à maintenir son influence au sein de Nissan après le limogeage de Carlos Ghosn.

Mais le président de Nissan, Hiroto Saikawa, a déclaré vouloir revoir la structure de management de l'Alliance Renault Nissan. Estimant que la concentration excessive de pouvoir autour du dirigeant désormais en détention avait compromis la transparence et la gouvernance.

Saikawa estime également que les relations entre Nissan et Renault sont déséquilibrées et que la structure actuelle favorise le constructeur français. Bien que son bénéfice soit inférieur à celui de Nissan, Renault détient 43,4% du constructeur japonais, qui ne détient que 15% de son homologue français mais sans droit de vote, et 34% de Mitsubishi Motors , troisième partenaire de l'Alliance.

D'autres sources affirment par ailleurs qu'en vertu de l’accord conclu entre Nissan et Renault, le constructeur automobile japonais se doit d'intégrer des cadres supérieurs issus de son homologue français.

Le 30 novembre dernier, Saikawa, Thierry Bollore, patron de de Renault par intérim, et Osamu Masuko, président de Mitsubishi Motors, ont décidé de d'assurer la direction de l'alliance tripartite par le biais d'un processus de consultation. Ce qui constitue une rupture apparente avec le processus de prise de décision mis en oeuvre  jusqu'à présent par Carlos Ghosn, indiquent pour leur part les dirigeants japonais.

Néanmoins, la lutte pour le leadership devrait se poursuivre car, aux termes de l'accord en vigueur entre Nissan et Renault, le poste de PDG et de président de l'Alliance doit être assuré par un membre du personnel du constructeur français, estiment quant à eux des analystes.

Le gouvernement français redouble d'efforts en faveur de Renault

Le gouvernement français, principal actionnaire de Renault, a également intensifié ses efforts pour maintenir le contrôle de du constructeur français sur l’Alliance.

Il a ainsi déclaré qu'une personne issue de Renault devrait continuer à diriger Renault-Nissan B.V., société basée à Amsterdam et chargée de superviser le partenariat, et que les participations croisées actuelles devraient être maintenues.

Les analystes estiment en effet que dans le contexte social extrêmement tendu observé à l'heure actuelle en France, il est on ne peut plus essentiel pour Emmanuel Macron que Renault maintienne son rôle dans l'économie du pays tout en créant des emplois.

Sources : Kyodo

Pour résumer

Nissan aurait rejeté la demande de son partenaire Renault d'envoyer un successeur doté de pouvoirs similaires à ceux détenus auparavant par le désormais président déchu, Carlos Ghosn. C'est en tout cas ce qu'ont indiqué mardi des sources proches du dossier. Laissant ainsi entrevoir l'ampleur de la lutte entre les deux partenaires pour la prise de pouvoir.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.