Diesel Opel : Berlin avertit d'une procédure imminente de rappel
par Elisabeth Studer

Diesel Opel : Berlin avertit d'une procédure imminente de rappel

L'horizon s'assombrit pour a été perquisitionné lundi dans le cadre d’une enquête pénale, le ministère allemand des Transports va ordonner le rappel de près de 100.000 véhicules Opel. Le constructeur est soupçonné d'avoir falsifier les données des émissions polluantes de certains de ses modèles diesel.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

L'horizon s'assombrit pour Opel face au scandale du dieselgate. Alors que le constructeur a été perquisitionné lundi dans le cadre d’une enquête pénale, le ministère allemand des Transports va ordonner le rappel de près de 100.000 véhicules Opel. Le constructeur est soupçonné d'avoir falsifier les données des émissions polluantes de certains de ses modèles diesel.

Perquisitions dans le cadre d'une enquête pour fraude

Selon des informations transmises par le parquet de Francfort, la police allemande a mené des perquisitions au siège d'Opel à Rüsselsheim, ainsi qu'à Kaiserslautern, dans le cadre d'une enquête pour fraude.

Le constructeur est accusé d'avoir "mis en circulation des voitures avec un logiciel illégalement manipulé". L'enquête fait suite à une plainte de la KBA, l'Agence fédérale de l'automobile, tutelle du secteur automobile allemand.  Le parquet a précisé que la fraude concernerait quelque 95.000 voitures en Europe, ajoutant que l'enquête ne visait pour l'instant aucun dirigeant en particulier.

Une procédure officielle de rappel en cours

S'exprimant via communiqué officiel, le ministère a parallèlement indiqué dans la journée de lundi qu'en 2015, la KBA avait découvert l'existence de quatre logiciels capables de fausser les valeurs du niveau des émissions et avait ordonné à Opel de procéder à une mise à jour logicielle pour mettre fin à ces pratiques.

"Après la découverte début 2018 d'un cinquième dispositif logiciel dont la KBA a établi le caractère illégal, une procédure officielle est en cours avec pour objectif d'imposer un rappel obligatoire des modèles Cascada, Insignia et Zafira", précise en suivant le ministère. Ajoutant que le rappel officiel « de près de 100.000 voitures » était "imminent".

"La KBA a informé le parquet en avril des soupçons de présence de logiciels inacceptables chez Opel", a tenu à préciser un porte-parole du ministère.

Opel soupçonné de faire traîner la procédure

Le ministère reproche par ailleurs à la filiale de PSA d'avoir fait délibérément traîner la procédure en ralentissant l'audition.

En 2016, Opel avait admis que son modèle Zafira était équipé d'un logiciel qui rendait inopérants les systèmes de traitement des gaz d'échappement dans certaines circonstances. Le constructeur  avait alors invoqué un vide juridique.

Opel réfute en bloc

De son côté, le constructeur rejette via communiqué officiel avoir eu recours à des logiciels illégaux susceptibles de manipuler les données d'émissions. Il réfute également avoir oeuvré en vue de retarder l'avancement du dossier. Il indique d'ores et déjà que si un rappel devait être ordonné, Opel le contesterait par la voie judiciaire.

Le constructeur tient également à préciser que si en Allemagne, 31.200 véhicules étaient initialement visés par la KBA, 22.000 ont reçu une mise à jour et que seules 9.200 voitures restent concernées par le rappel annoncé lundi.

Sources : Reuters, Opel, AFP

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

L'horizon s'assombrit pour a été perquisitionné lundi dans le cadre d’une enquête pénale, le ministère allemand des Transports va ordonner le rappel de près de 100.000 véhicules Opel. Le constructeur est soupçonné d'avoir falsifier les données des émissions polluantes de certains de ses modèles diesel.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.