Accueil Opel Opel perquisitionné dans le cadre du dieselgate

Opel perquisitionné dans le cadre du dieselgate

546
6
PARTAGER

Opel empêtré à son tour dans le scandale du dieselgate. Des perquisitions se sont déroulées lundi chez  le constructeur, la justice enquêtant sur une potentielle falsification des données des émissions polluantes de certains de ses moteurs diesel.

3 modèles Opel dans le viseur

Les perquisitions porteraient sur des soupçons de « manipulation illégale » de logiciels installés sur près 95 000 véhicules. Sont concernés les modèles Insignia, Zafira et Cascada des années 2012, 2014 et 2017.

Opel a tenu à préciser de son côté que la police avait perquisitionné son siège à Rüsselsheim, et son implantation de Kaiserslautern.

Mise en veilleuse du système de gestion des gaz ?

En juillet dernier, le ministère allemand des transports avait d’ores et déjà annoncé qu’une audition officielle serait menée contre Opel en ce qui concerne trois modèles de la norme diesel Euro 6.

Bild avait alors affirmé que la KBA – Agence fédérale de l’automobile allemande – détenait  « des éléments solides » permettant de prouver que le système de gestion des gaz d’échappement de certains modèles diesel d’Opel passait entièrement à l’arrêt durant la conduite « pour des raisons qui ne sont pas explicables techniquement ».

Le journal allemand affirmait alors qu’au total, 60.000 véhicules seraient concernés dans le monde, dont 10.000 en Allemagne. Leurs émissions d’oxyde d’azote excéderaient « plus de 10 fois » affirmait même Bild.

L’agence de presse allemand DPA avait quant à rappeler à cette date qu’en 2016, la KBA avait déjà demandé à plusieurs constructeurs, dont Opel, de réduire leurs émissions. S’agissant d’Opel, 90.000 véhicules étaient alors concernés.

Opel affirme respecter les normes

De son côté, Opel joue avec les mots …. ou plutôt avec les torts. Ne se prononçant pas directement sur le fait que les données d’émissions aient été falsifiées ou pas, le constructeur préfère clamer haut et fort que ses voitures respectent les normes en vigueur.

La filiale du groupe PSA affirme par ailleurs « coopérer pleinement avec les autorités ». Le groupe automobile français a quant à lui refusé de s’exprimer sur le sujet.

Opel blanchi en Allemagne en 2017

Rappelons toutefois qu‘en avril 2017, le tribunal de Francfort avait abandonné son enquête préliminaire sur Opel à propos d’éventuelles manipulations des niveaux d’émissions. Il considérait alors « n’avoir aucune présomption d’acte répréhensible » concernant le constructeur.

Cette enquête faisait suite à une plainte déposée en mai 2016 contre Opel par l’association allemande de défense de l’environnement Deutsche Umwelthilfe (DUH), qui accusait le constructeur de fausses déclarations et d’atteinte à la santé.

Via cette décision du tribunal de Francfort, Opel se voyait ainsi blanchi dans cette affaire en Allemagne. Même son de cloche côté français à l’époque, puisque qu’à la suite de l’enquête menée par la DGCCRF, les investigations de la direction des fraudes  n’avaient « pas mis en évidence de faits constitutifs d’une infraction de tromperie ».

Des tests peu concluants

Malgré d’importants écarts entre émissions mesurées en laboratoire et en conditions réelles, la justice allemande avait donc alors conclu qu’Opel n’aurait pas mis en place de stratégie de fraude aux tests d’homologation. Pourtant les tests réalisés par l’UTAC – sous l’autorité de la commission Royal – sur deux Zafira et un Mokka s’étaient avérés peu satisfaisants.
Sur le test D1 (sur banc d’essai), l’Opel Mokka avait ainsi dépassé de plus de 10 % la limite tolérée par la commission pour les émissions de NOx. Sur le test D3 (sur piste), le Mokka et les deux Zafira avaient émis respectivement 560, 864, 936 mg de NOx par kilomètre, le seuil de tolérance étant quant à lui fixé à 400 mg/km tandis que la norme européenne prévoit des émissions inférieures à 80 mg/km.

Sources : AFP, Bild, Le Monde, Automobilwoche

Crédit Illustration : Opel

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Opel perquisitionné dans le cadre du dieselgate"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
amiral_sub
Invité

A quand des normes euro identiques pour les essence et diesel, avec mesures en conditions réelles ?

Lee O Neil
Invité

On y arrive petit à petit.
Dans la première phase de la norme Euro 6, les essences pouvaient rejeter 10 fois plus de particules que les diesels !
Le passage à la norme Euro 6b a ramené les émissions de particules au même niveau que les diesel, d’où l’apparition des filtres à particules pour les moteurs essence.
Le cycle WLTP tend à avoir une représentativité nettement meilleure que l’ancien cycle NEDC complètement dépassé.
Pour les mesures en conditions réelles, certains constructeurs le font et les communiquent et il y a eu les mesures réalisées sur une centaine de voiture par la commission Royal.

amiral_sub
Invité

mais l’écart sur les NOx entre essence et diesel reste énorme. L’idéal serait 0 NOx et 0 PM (faisable)

Thomas
Invité

OUF, les moteurs PSA ne sont pas concernés 😉

greg
Invité

Remarque typiquement franchouillarde.

amiral_sub
Invité

attendons un peu, soyons patients

wpDiscuz